Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Accusé Koupaki, levez-vous !

L’ancien premier ministre de Boni Yayi est dans le viseur des ex-barons du régime défunt. Pascal Irené Koupaki est sur la sellette. Interpellé inlassablement sur des dossiers exhumés à l’ère du Nouveau départ, le promoteur de la Nouvelle conscience semble menacé par l’œil de la conscience. Des critiques fusent de toutes parts, et le technocrate hissé au secrétariat général de la présidence court le risque d’un naufrage sous le déluge des préjugés et de dénonciations.
L’ex-garde des sceaux du gouvernement Yayi vient de jeter une nouvelle pierre à celui qui fut l’une des éminences grises de la refondation yayiste. Dans la sulfureuse affaire Segub, Valentin Djènontin s’offusque de " l’ironie déconcertante de Koupaki" qui avait conduit les travaux du Conseil des ministres dans le dossier à polémique. Le député invite d’ailleurs le néo "rupturien" à un débat contradictoire. Après sept ans dans l’Exécutif Yayi, Koupaki ne vit pas sa reconversion en fleuve tranquille. Sous la permanente menace d’être rattrapé par l’histoire, l’ancien candidat à la présidentielle semble évidemment une cible de choix.
Quelle est la ligne de défense de Koupaki ? Le silence. Si travailler avec Yayi n’est pas en soi un crime, se taire sur des accusations graves reste un péché. Et le ministre d’Etat ne peut continuer à végéter dans le silence sans apparaitre comme le maillon faible de la rupture. Seule la stratégie de la parole va lui permettre d’éviter la détérioration de sa propre image. Car à vrai dire, Koupaki est dans une posture pas enviable. Il y a un brin de pathétique dans la lecture des décisions des Conseils des ministres qui abrogent des décrets qu’il avait lui-même contribué à prendre. Presque une tragédie de la conscience.
On ne peut d’emblée affirmer que les déclarations de Djènontin sont vraies ou fausses. Pour autant, la virginité de Pik n’est pas une certitude. Mais en se réfugiant dans le silence, le secrétaire général du gouvernement de la rupture joue mal. Le refus de réponse à la vague d’accusations s’apparente à un aveu de culpabilité. Sorti d’une merveilleuse théorisation de la vertu par le discours sur la nouvelle conscience, Koupaki s’amuse avec des allumettes et le bidon d’essence. Il expose sa crédibilité au feu.
Comme l’apprenti sorcier de Bergson incapable de justifier ou de rejeter les sortilèges qu’on lui attribue, le ministre d’Etat nage dans le fleuve du silence et descend inconsciemment dans les profondeurs. Il doit relever la tête et sortir de situation par le gilet de sauvetage de la parole.
Koupaki n’a plus le choix. La répétition de son nom dans des affaires héritées du yayisme lui impose une autre stratégie de défense que l’indifférence voire la banalisation. Son style n’est pas approprié à ce flux négatif lancé par ses détracteurs. Le Nouveau départ si cher à Patrice Talon risque d’être plombé si Koupaki, un des piliers de la rupture et homme de confiance du chef de l’Etat, ne lave pas la vidange jetée sur ses habits.
Sorti de longues années de yayisme pour l’expérience du Nouveau départ, l’ancien premier ministre devenu un des hommes forts de la présidence Talon devrait se préparer à recevoir des coups et surtout à expliquer qu’il n’a été pendant sept ans qu’un ange dans le gouvernement de la refondation.

11-08-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Quelle échéance pour la Cité ministérielle ?
23-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
C’est la saison du lancement des grands travaux. Après deux ans et demi d’exercice du pouvoir, Patrice Talon est plus que jamais déterminé à marquer (...) Lire  

En vérité : Vivement les travaux !
22-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Appui diplomatique pour Pag (...)
22-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Lumière sur les lois de règlement
18-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop (...)
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle (...)
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Vivement les travaux !
22-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Appui diplomatique pour Pag !
22-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop ?
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle !
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : La saison des congrès !
15-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Intrigue destin de Koutonou
11-10-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : La route des pêches au ralenti
11-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le combat contre la faim
10-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Lépi actualisée à consulter !
9-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Enfin, l’énergie solaire !
5-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Yayi sort le grand jeu
3-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Cyclique intoxication !
3-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Regards sur la 7ème législature
1er-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’illustration 4 sur 154 !
28-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérit : L’alibi Fitness !
28-09-2018, Naguib ALAGBE
Editorial : L’illustration 4 sur 154 !
27-09-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1470

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)