Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Avis aux dictateurs !

La perpétuité pour Hissène Habré. Le procès de l’ancien tyran tchadien a rendu son verdict. Après deux décennies d’interminables feuilletons politico judiciaires, le dictateur sanglant est condamné à la prison à vie par les chambres africaines extraordinaires de Dakar. Le monstre paiera pour ses atrocités. L’Afrique toute entière célèbre cette sentence historique. Reconnu coupable de crime contre l’humanité et de crime de guerre, le tortionnaire subira le châtiment de la justice africaine.
Le message de Dakar est lisible et annonce un tournant pour un continent sur lequel paradent encore quelques fous du pouvoir et autres espèces sanguinaires. Alors que certains dirigeants africains séjournent dans le froid glacial des geôles de la Haye , le procès de Habré prouve que l’Afrique elle-même peut juger ses dirigeants indélicats. Le verdict punitif tombé sur Habré est une victoire pour les familles des victimes de la folie meurtrière de celui qui fut président du Tchad entre 1982 et 1990.
Ceux qui oppriment leur peuple ne sont plus à l’abri de la prison à vie. Les chefs d’Etat africains qui érigent la torture en mode de gouvernance jouent avec le feu. Pour le sinistre Habré, le peuple tchadien n’était que voué à des exécutions sommaires, à des répressions. L’évocation même de violence sexuelle au cœur du procès a amplifié l’émotion et la consternation. Le lugubre Habré n’avait pas de limite dans l’accomplissement du mal.
L’espoir renait de ses cendres avec le procès de Habré et le verdict des chambres africaines extraordinaires. Les obsédés du pouvoir et autres petits princes machiavéliques doivent plutôt penser à se convertir à la pratique de la vraie démocratie et non celle altérée qui fait le lit de la perversion et des exactions. Beaucoup vivent dans l’illusion du pouvoir à vie. Une espèce aux idées ringardes nourrit le rêve secret de mandats sans limites. Une race asservie à l’expérimentation interne lance parfois vainement le ballon d’essai pour la quête d’un troisième mandat interdit au risque de mettre leur pays à feu et à sang. La gouvernance à marche forcée dans le tohu-bohu et la politique dévastatrice remuent des esprits malins.
La gestion du cas Habré donne déjà du grain à moudre aux anti-Cour Pénale Internationale (Cpi) qui revendiquent une justice africaine pour les chefs d’Etat bourreaux de leurs peuples. Loin de cette vieille querelle enflammée par le cas Gbagbo encagé à la Haye, l’exploit de Dakar génère la fierté tant recherchée sur la capacité des africains à juger leurs dictateurs. Ce procès Habré est une réponse aux accusations massives contre la Cpi inlassablement aux trousses des seuls dirigeants africains.
L’Afrique ouvre l’ère de l’impunité sur son sol. L’époque du pillage des richesses, de l’oppression du peuple, des dérives des présidents psychopathes , semble couler inexorablement dans les eaux de ruissellement de l’histoire.
Un quart de siècle après sa chute, le dictateur Habré dont la conscience subit la foudre de 40.000 morts, n’a besoin que de dix mois de procès pour vivre désormais sans répit sous le poids écrasant de la prison. Ce procès expérimental pour l’Afrique est un succès. Harcelé par les fantômes de ses milliers de victimes, l’ancien bourreau du palais de N’djamena n’a plus, à vie, droit à la tranquillité.
Ce sera pour le tyran, une conversation avec les morts dans une prison africaine. La perpétuité. Une bonne nouvelle.

1er-06-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Grand test diplomatique pour Talon et quatre de ses pairs de la sous-région ! Avec les présidents Roch-Marc Christian Kaboré, Nana Akufo-Addo, (...) Lire  

Editorial : La cité ministérielle : à quelles (...)
16-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA (...)
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
En toute sincérité : Infidélité dans le couple : (...)
13-10-2017, La rédaction
En vérité : L’Uac au défi de la modernité (...)
12-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hehomey, un tigre en papier ?
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ !
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)