Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Calme-toi, Yayi !

L’ancien Président de la République est revenu d’Abidjan avec le sourire. Le tête-à-tête du 06 avril à la Marina n’a pu donner la joie à Boni Yayi. Et il s’est offert une nouvelle rencontre avec son successeur en Côte d’Ivoire dans les ferveurs de la médiation d’Allassane Ouattara et de Faure Gnassingbé. En surexcitation permanente depuis son départ du pouvoir, Yayi avait besoin de ce rendez-vous pour se libérer du lourd fardeau de la peur. Surpris par un deuxième face-à-face entre Talon et Yayi, le peuple descend dans les profondeurs de l’incompréhension.
Yayi a, dans la douleur, fait ses valises et quitté la Marina. L’échec du premier ministre candidat Lionel Zinsou a ruiné ses espoirs d’un après pouvoir doré. L’élection de son pire ennemi Talon lui promettait plutôt des cauchemars. Après 10 ans de beaux rêves, le petit « dieu » de la Marina voit son audience clairsemée. En proie à l’isolement, il tombe dans toutes les incertitudes. En face, il y a l’ancien exilé Talon en chair et en os, plébiscité Président. Presque à genoux le roi, au bas de l’échelle, quémande la clémence de la principale victime de son règne. Yayi en position de faiblesse, lui qui savait bondir, se mettre en boule, gronder et menacer les petits de la République, insulter la classe politique et épiloguer sur la "démocratie nescafé". Les temps ont vraiment changé.
A Abidjan, l’ancien super homme a eu des garanties formelles de Talon. Ouattara et Faure sont vraisemblablement venus au secours du roi anxieux. Talon a pompé dans ses réserves de vertu pour rassurer son ancien ami devenu son bourreau, aujourd’hui repenti. Yayi ne s’est pas fait prier pour se fondre dans des confessions, exhiber la repentance et jouer à l’enfant de chœur. Au balcon du théâtre de fin de règne et de la comédie du désespéré. Faire l’âne pour obtenir le foin, c’est le mode de vie du leader cauri. Et Yayi ne mourra pas comme l’âne de Buridan.
Maintenant qu’il est rentré au bercail avec le cadeau d’Abidjan , Yayi doit assumer la contrepartie des concessions de Talon , immense homme dont la grandeur d’esprit tranche avec les agitations, le règlement de compte, les rancunes incurables de son prédécesseur.
On peut quitter le pouvoir et se condamner à des pathologies. Le mal de Yayi est cette obstination à ne pas accepter son nouveau statut : ancien Président de la République. Le diagnostic est implacable. Yayi doit passer à la thérapie avec sa conscience et intégrer la nouvelle donne. Yayi doit cesser de se promener dans le pays et de se défouler. Car, la patience de Talon a des limites. Et surtout, il ne faut pas mettre le nouveau président, chantre de la rupture dans la triste obligation de passer à des actes punitifs.
La gentillesse de Talon fait peser sur Yayi l’obligation de sagesse. Son périple dans le Septentrion au lendemain de la passation de charges, était une provocation. Qu’il se calme donc et ne s’expose pas à la foudre du Nouveau départ. Le communiqué absurde de l’ancien secrétaire général du gouvernement était déjà symptomatique de la schizophrénie. Yayi court dans tous les sens, sans boussole, sans le pouvoir. Seul contre le temps et l’espace, dans le néant.
Cependant, la roue tourne avec désormais Talon qui écrit les nouvelles pages de l’histoire. Yayi tarde toujours ou du moins il feint de ne pas comprendre le message du peuple et organise une résistance illusoire. Après Abidjan, il lui faut descendre sur terre et respecter Talon. C’est une urgence.

20-04-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon !
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Langage de vérité et énième soutien inconditionnel à Talon et à ses réformes, signés Me Adrien Houngbédji. Une fois de plus, le président du Parti du (...) Lire  

En toute sincérité : Conjoint envouté !
13-01-2017, Naguib ALAGBE
editorial : La violence religieuse en (...)
11-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Merci !
23-12-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
editorial : Libérez la parole !
22-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
editorial : Le mariage de raison
20-12-2016, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon !
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Conjoint envouté !
13-01-2017, Naguib ALAGBE
editorial : La violence religieuse en vogue
11-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Merci !
23-12-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
editorial : Libérez la parole !
22-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
editorial : Le mariage de raison
20-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La manne culturelle en suspens
15-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Soumission ou sanction
13-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : L’amalgame syndical !
7-12-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Zèle et excès à la Haac !
30-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Le péril du feu
30-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le duo Ajavon-Kotingan
28-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Le mystère de la cocaïne !
24-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La croisade pour la paix
21-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Rembourser les fonds …messieurs !
16-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La tournée présidentielle
14-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le péché du faucon
14-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : La carte anti corruption !
9-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Les taxis de l’illusion !
8-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Talon en patron !
7-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 900

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)