Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Candidatures de femmes !

Dans le concert des présidentiables, on entend les échos lointains des plaintes de Marie Elise Gbèdo. A la tribune de l’université de vacances du Prd, l’ancienne ministre de Yayi s’est mise en boule. Le motif de son exaspération tient de l’insolite : personne ne suscite sa candidature. Déjà présente dans la course à la présidentielle, Gbèdo tarde à sortir de l’illusion nostalgique. Dans l’ambiance de précampagne électrisante, la brave femme revendique son droit à la candidature suscitée et vogue sur ses intentions chimériques.
Hélas, Gbèdo et les potentielles femmes candidates risquent de gémir sous le poids de la frustration. Elles sont condamnées à poireauter et à vivre dans l’imaginaire, ruminant leur désir et vantant leur fantasme. Destin de femme dans un pays où les femmes excellent dans le radotage sur la parité sans véritablement s’illustrer dans une démarche engageante.
Sans être misogyne ni phallocrate, le chroniqueur n’est pas ému par cette agitation de la gent féminine à l’heure de la présidentielle alors que jusqu’ici, les candidates ne sont promises qu’à un score minable. Presque condamnées à un destin de menu-fretins, elles ont l’habitude de tourner en rond dans une campagne dominée par les hommes, ténors de la politique. En 2011, Gbèdo a eu l’amère tasse de 00,% réservée aux poids plumes. Jamais dans l’histoire de la présidentielle depuis le renouveau démocratique, aucune femme n’a atteint la barre de 1%.
Combien de femmes votent pour les candidates ? Cette interrogation comporte en elle-même les paradoxes de la galère de nos sœurs et de nos mères lancées dans la course à la présidentielle. Championnes des commérages, elles s’affrontent et vivent pleinement dans l’autodestruction pour finalement se gargariser de discours enflés, pleins de fiel.
Sauf miracle, 2016 ne sera pas l’année du sacre d’une femme à la Marina. La démocratie leur offre néanmoins le rêve de tenir le haut du pavé dans une compétition plutôt promise aux cadors de la politique et icônes du monde des affaires. Qui va susciter une candidature de femme ? Et après, ces candidates, en parade bruyante, traîneront le fardeau d’une seule obsession, celle de négocier des postes ministériels.
A la vérité, les femmes ne semblent pas prêtes à aller au front et à mener des combats politiques. Combien sont-elles présidentes de partis politiques ? Trop enclines à fondre dans les lamentations sur leur absence dans les instances dirigeantes des partis, elles cherchent maladroitement les boucs émissaires. Incapables de renverser la tendance et se révolter contre ce qu’elles considèrent comme la dictature des hommes, elles épousent la fatalité.
Le rêve d’une femme présidente a, par une mécanique politique, toujours viré au cauchemar. Souvent isolées dans la campagne et réduites au rôle de faire-valoir, les candidates s’offrent en spectacle. Au marquoir de la présidentielle, leur compteur reste bloqué. Coincées dans la queue du peloton, elles luttent pour échapper à la lanterne rouge, loin des performances qu’elles vantent , sans modestie, dans les chimères. Sur le terrain électoral, on n’a rien à espérer de ces ténors autoproclamés et avocates de ce qu’on qualifie abusivement de sexe faible.
La démocratie béninoise cherche vainement la héroïne de la République, candidate susceptible au moins de bousculer la hiérarchie et d’assumer un statut d’outsider de la présidentielle. Passionnées de la parité, les femmes doivent maintenant faire le pari politique de sortir de la fosse des scores humiliants à la présidentielle.

30-09-2015, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme !
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)