Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Cent jours .Et après !

Le bilan des cent jours de l’avènement de Patrice Talon au pouvoir a suscité un déchainement de passions et entrainé des conclusions vairées et contradictoires dans la République. On a rivalisé de surenchère dans les réquisitoires et apologie. Entre procès et défense de la rupture, le temps continue sa marche et épuise inexorablement le mandat du président du Nouveau départ. Talon rêve « être porté en triomphe » à la fin de son quinquennat par les Béninois. Le chemin qui mène à 2021 est encore pavé de certitudes mais aussi de grandes inconnues.
Malgré les attaques instinctives contre le gouvernement de la rupture et de la bile déversée sur son bilan, la tendance est à l’excuse du temps et de la précocité. Les pierres lancées à l’équipe de Talon en état de grâce paraissent anecdotiques alors que les fleurs de cent jours ont l’aspect de choses trop partisanes. De toute évidence, le successeur de Yayi a jeté les bases de la rupture et pris des mesures fortes en réponse aux attentes infinies d’un peuple sorti d’une décennie tumultueuse de changement et de la refondation.
Si durant les cent premiers jours de son mandat, Talon a profité de l’effet du vent dominant, la suite risque d’imposer au président les contraintes dictées par les défis. Nous voici dans l’après cent jours et le chef de l’Etat doit passer à la vitesse supérieure. La période de grâce semble maintenant s’effriter sous les exigences du temps et les pressions amplifiées. Talon est face à son destin à la présidence de la République. La gouvernance de la rupture passera à l’examen de la raison et sera soumise au baromètre de l’opinion intransigeante. Difficile au pouvoir de se refugier derrière des excuses factices après cent jours vécus, il est vrai, dans l’opération de salubrité visant à débarrasser le pays des anomalies du yayisme et à installer la machine du Nouveau départ.
Seul le travail indiquera la santé de la rupture. Et seul le résultat permettra à Talon de garder la confiance du peuple. Sorti de la présidentielle avec une notoriété légendaire, le géniteur du Nouveau départ a affolé les compteurs, mais il doit davantage assouvir les espérances. Les chantiers s’étendent à perte de vue et se résument dans l’amas de défis encastrés dans le lourd héritage du yayisme. Si les cent premiers jours ont entre autres servi à diagnostiquer les maux, à déminer la gouvernance, à éradiquer certaines pathologies et à secouer le nid de la fraude, il faut désormais huiler le moteur avec le pragmatisme sur les chantiers touchés par l’immobilisme.
Talon devrait accélérer les réformes après l’épisode de la théorisation articulée par la commission Djogbénou. Sur l’insécurité, le casse tête de l’économie, le panier de la ménagère en souffrance, la déliquescence du secteur de l’éducation, la crise du football…, la rupture doit décanter le marécage et faire naître l’espoir. Le plus dur commence pour le président réformateur. La nation vit dans l’attente presque insoutenable de l’impact social de la gouvernance du Nouveau départ.
Maintenant que se sont écoulés les cent jours dans le fleuve du temps, on est à l’embouchure d’une nouvelle dynamique. Au-delà de l’indispensable architecture de la rupture, de la suppression d’institutions budgétivores, de l’abrogation de décrets suspects, de l’annulation de choses pourries, la gouvernance a besoin de prendre un nouveau virage avec beaucoup plus d’intensité.
Après cent jours, le mandat se poursuit.

18-07-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)