Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Grèves à haut risque !

Le ciel scolaire est nuageux. La météo sociale annonce une tempête sur l’école. A quelques jours de l’ouverture des classes, le tonnerre gronde. La nation est habituée à ce climat capricieux, mais les prévisions, en cette fin de mandat de Boni Yayi, amplifient nos inquiétudes. Le niveau d’alerte est passé d’orange à écarlate. On s’apprête à vivre le pire. Avec une étonnante résignation qui lie le destin du pays à la fatalité. L’école déjà en ruine coule vers le chaos. Un suicide collectif en vue. Au rendez-vous de la bêtise humaine.
Tombé dans l’enfer syndical et le je-m’en-foutisme gouvernemental, le secteur de l’éducation reçoit de plein fouet l’estocade des éternels protagonistes. Pour la rentrée scolaire 2015-2016, le Front pose ses préalables dans un tombereau de revendications. Les potentiels grévistes exigent entre autres l’adoption des Statuts particuliers de la maternelle, du primaire et du secondaire au plus tard le 30 septembre conformément aux accords Gouvernement/centrales et confédérations syndicales ; le démarrage effectif du paiement des 10 000f Cfa à partir de ce mois de septembre ; la résolution des problèmes catégoriels au niveau des ministères sectoriels ; la jouissance des 25% de revalorisation du point indiciaire des Agents de l’Etat conformément au décret 2011-505 du 05 Août 2011… et le chapelet est loin d’être complètement égrené. Le Front croit ainsi définir ses « chantiers prioritaires » en cette période de fin de règne.
Et l’appel toujours vibrant est lancé aux enseignantes et enseignants pour la grande mobilisation. Le style syndical chargé de stéréotypes, module les envies des vedettes du débrayage. Mais à quelques mois du départ de Yayi de la Marina, l’échauffement du front, le refrain de la grève repris avec enthousiasme, expédient des spécificités anachroniques. Non pas que les revendications massives sont infondées, mais la temporalité politique et le contexte du gonflement des muscles de grévistes tiennent de l’insolite.
A force de faire du bruit et d’exhiber la grève, l’arme fatale, les syndicalistes du Front des trois ordres d’enseignement feignent de nier l’évidence : Yayi est fini. Et la fronde reste le cadet de ses soucis. Si les grévistes se sont laissé tourner en bourrique durant les deux mandats, ce n’est pas en fin de séjour présidentiel, que Yayi sera ému par leur traditionnelle menace. Devant cette montagne de revendications, Yayi n’aura pas froid aux yeux. Et je fais le pari que le locataire de la Marina banalise déjà ces sautillements d’un Front qui joue naïvement les poils à gratter du Président.
Yayi est fini. Ceux qui font la grève aujourd’hui ou menacent de boycotter la rentrée scolaire semblent plutôt nostalgiques de la révision de la Constitution accoucheuse de bonus pour Yayi. Puisque à moins d’un troisième mandat, le chef de l’Etat ne pourra évacuer les exigences des enseignants grévistes. Le Front joue mal et risque de tomber dans le piège du gouvernement. Il ne faut surtout pas offrir l’alibi rêvé pour un cafouillage rusé sur le trône conclu par des prolongations illicites.
Yayi a ses urgences, les syndicalistes avancent en terrain miné. La légitimation sociale clamée à gorge déployée ne ruine pas les priorités politiques du président. Aucune revendication ne peut donner de l’insomnie à Yayi plutôt pressé par le temps qui épuise son ultime mandat. L’option du jusqu’au-boutisme fera le lit de l’impasse.
Pour les syndicalistes, il faut reprendre le chemin des classes, en attendant de revenir à la charge après le départ de Yayi. Le nouveau Président de la République, au nom du principe de la continuité de l’Etat, devrait inaugurer, on l’espère, une nouvelle ère dans le secteur de l’éducation. Le non-respect de la parole donnée de l’Exécutif et les inconséquences syndicales ont plongé l’école dans l’abîme. Triste destin pour l’ancien quartier latin de l’Afrique.

17-09-2015, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En toute sincérité : Entre midi et deux !
27-04-2018, Naguib ALAGBE
Douze heure trente ! A Cotonou c’est la pause. Publique ou pas, l’administration peut maintenant se vider momentanément de son personnel. Il faut (...) Lire  

En vérité : Bail sans pagaille !
26-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique judiciaire : 7 ans de travaux forcés (...)
26-04-2018, Isac A. YAÏ
Editorial : L’agro industrie en hibernation
26-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Jeunesse, grande inquiétude (...)
25-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Plaidoyer pour l’hygiène publique
25-04-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Bail sans pagaille !
26-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’agro industrie en hibernation
26-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Jeunesse, grande inquiétude !
25-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Attention…Enfin promulguée !
24-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La main tendue des syndicats
24-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une décision salvatrice
19-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sacré bond énergétique !
19-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Les larmes de Yayi
18-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dettes de Voyages !
18-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Les flammes du désespoir
17-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Entre le marteau et l’enclume
16-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les camions de la mort
12-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le Bénin en exemple !
12-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Houngbédji six sur six !
11-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Renfort pour le dégel
10-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : A un pas du dégel
9-04-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Anvers, solution aux travers !
9-04-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’indice de la Rupture !
6-04-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1320

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)