Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Il faut sauver la police !

La rupture s’offre son premier projet de loi portant collectif budgétaire. Après deux mois de gestion du pouvoir, Patrice Talon veut faire des réglages financiers dans le budget hérité du pouvoir cauri. L’Assemblée nationale devrait examiner le nouvel outil du Nouveau départ. Le successeur de Boni Yayi à la présidence de la République est sous le poids écrasant de l’héritage de la vaine refondation. De la pluie d’abrogations de décrets à la sécheresse des caisses de l’Etat, la nation a hâte de découvrir le collectif budgétaire de l’ère Talon. Et la police souvent pas vernie espère le geste salvateur du chef de l’Etat, surtout qu’elle vient d’être privée de mesures fécondes.
La police nationale est jetée dans ses tribulations après l’avalanche de suppressions qui ruine ses espérances. Le conseil des ministres inaugural du Nouveau départ avait en effet abrogé entre autres, le décret portant avantages spécifiques alloués aux personnels de santé, de la police nationale, le décret portant allocation d’indemnités forfaitaires aux autorités de la police nationale et à leurs collaborateurs immédiats. Les émoluments et avantages accordés aux officiers généraux des forces de sécurité publique et assimilées ainsi que les indemnités de logement aux personnels de forces de sécurité publique et assimilées ont été touchés par le rouleau compresseur de la rupture. Même le décret portant attribution de primes de risque aux personnels des forces de sécurité publique et assimilées est emporté par le tsunami d’abrogations. La police nationale se lamente sous les décombres de l’illusion.
A vrai dire, Boni Yayi avait tout mélangé et pris de décrets fantaisistes à la veille de son départ de la Marina. Le 5 avril, à quelques heures de l’inexorable fin de règne, l’ancien président a laissé une brouette de décrets à incidence financière, destinés à rendre le pays ingérable à son ennemi intime plébiscité par le peuple de la rupture.
Pour autant, le Nouveau départ ne peut annuler la masse de mesures à visage social sans trouver une nouvelle recette pour requinquer la police apparemment condamnée à broyer du noir. Le collectif budgétaire offre à Talon une opportunité pour faire vivre ceux qui ont à charge la sécurité intérieure et qui doivent affronter le grand banditisme. Combien de flics sont déjà morts dans les braquages ? Combien sont victimes des coups de feu du gangstérisme ? Combien ont une invalidité résultant des caprices du syndicat du crime ? Mais, dans quelles conditions travaille cette police ?
L’ancien homme d’affaires élu président de la République a déjà à son actif des décisions fortes, productives et surtout génératrices d’économies pour le pays. La machine de la rupture tourne à plein régime et provoque l’amaigrissement des dépenses de l’Etat. On évoque des dizaines de milliards dans le secteur du coton avec la suppression des subventions de l’Etat. La disparition d’institutions budgétivores, de postes taillés sur mesure devrait arrêter la saignée. Avec les économies réalisées par la magie des décisions de la rupture, l’équipe Talon peut soulager la police et mettre fin au chemin de croix de ces hommes et femmes qui détiennent une des clés de la vie de la nation.
L’avenir de la police nationale devient une urgence pour le gouvernement Talon. Et il faut vite régler les questions existentielles qui menacent la santé d’un corps souffrant, exposé à l’anémie financière. Il faut sauver la police.

21-06-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme !
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)