Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : L’arbitre Talon !

La Commission Djogbénou en charge des réformes politiques et institutionnelles a adopté son rapport. Après une courte prolongation arrachée pour jouer la console consensuelle, elle a finalement accouché du précieux document. Globalement, les points sensibles, la Haac, la Cour constitutionnelle, la Cour suprême, ont eu l’aval du consensus. Pour la question cruciale du mandat unique, la Commission s’en remet à l’arbitrage du chef de l’Etat. Sur la pelouse des réformes, Talon devrait donc prendre le sifflet, en attendant le grand match politique à l’hémicycle où les députés tiendront la destinée du projet phare de la rupture.
Presque dans la chirurgie expéditive, la Commission a vite réglé certains détails purgés de polémique. L’élection du président de la Cour suprême par ses pairs. A la Haac, le président sortira des professionnels des médias. Un mandat de 9 ans renouvelable par tiers pour la Cour constitutionnelle dont les membres passent à 9, tous désignés par les avocats, les professeurs de droit et de science politique et les magistrats. Pour trancher sur ces questions, la Commission a semblé marcher sur l’eau.
La chaude équation du mandat unique a failli brûler les doigts à Djogbénou et ses pairs de la Commission. Retourné à Talon sur fond de polémique et de défaut de consensus, le point du mandat unique ne devrait pas être gommé. Mais, que fera alors le chantre du Nouveau départ ? Sur le principe de l’unicité du mandat présidentiel, Talon ne devrait pas bouger. C’est le centre névralgique de son projet de conquête du pouvoir et le cœur de la rupture. Renoncer au mandat unique pervertira l’esprit de la rupture et videra l’offre programmatique du candidat Talon de son contenu. Sauf coup de tonnerre, le chef de l’Etat ne devrait pas baisser pavillon
Seulement, Talon peut évoluer et faire preuve de flexibilité sur la question de la durée du mandat unique. De 7 ans dans le cahier de charges de la Commission, il n’est pas exclu que le réformateur de la Marina joue en effet la carte de souplesse et révise à la baisse le septennat. Un délai de 6 ans dans les veines du consensus reste une possible piste à explorer.
Politiquement, Talon cherchera à être maitre du jeu dans un environnement de la rupture marqué par l’adhésion populaire à son projet de société bâti sur des fondations réformatrices. Le successeur de Yayi, sauf improbable revirement, devrait envoyer à l’Assemblée nationale un texte illuminé par l’intouchable mandat unique.
La bataille des réformes aura lieu à l’hémicycle. Après le débat fleuve au sein de la Commission, les députés prendront le relais des chaudes envolées au Palais des Gouverneurs. Engagé pour un mandat unique considéré comme « une exigence morale, Talon ira jusqu’au bout dans sa lutte pour la suppression d’un second mandat dans la Constitution. L’homme du Nouveau départ n’est pas partisan de la course pour le record de longévité au pouvoir. La décennie du yayisme a montré le vrai visage du Président taillé par la Constitution du 11 décembre 1990. Et les enjambées dans le renouvellement du mandat ont conduit à la politique du pourrissement. Talon n’abdiquera pas sur son chantier de prédilection.

16-06-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Mérite à la Rupture !
11-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Pour la Rupture et le président Patrice Talon, le risque politique est énorme. Mais, audace en deçà, lâcheté au-delà. Ça, c’était avant. A l’époque où (...) Lire  

En vérité : Vivres détournés et indignité (...)
7-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil diplomatique
7-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Un réquisitoire signé Mahougnon (...)
6-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le budget selon l’opposition
6-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un cadeau suspect
5-12-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Mérite à la Rupture !
11-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil diplomatique
7-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le budget selon l’opposition
6-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un cadeau suspect
5-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La bombe à retardement
29-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’appel de Léhady Soglo
28-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Viol en crescendo !
27-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Repenser les fêtes identitaires
27-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir !
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction
En vérité : Une histoire d’unanimité !
21-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’Afrique si pauvre et si riche
21-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1170

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)