Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


plume libre : L’hypocrisie politique !

Patrice Talon poursuit sa chevauchée dans la rupture. Le chef de l’Etat joue seul sa symphonie qui perce le silence de cimetière des chapelles partisanes. Sous un air de pensée unique adoptée par l’absence d’opposants et la grande hypocrisie, le pays fait la traversée de la nouvelle gouvernance. Sur les vagues de la polémique, le régime célèbre les six mois de son existence avec la décision d’interdiction des activités des fédérations, unions, associations d’étudiants dans les quatre universités du pays. Touchée par la pathologie du silence, la classe politique remue ses tares.
Fcbe a beau hausser le ton, globalement les politiciens opposent la carte de l’indifférence à l’ultime polémique qui secoue la rupture. Devant l’implacable sentence gouvernementale sur le destin des organisations d’étudiants, les leaders et autres figures du monde politique sont à genoux , dans une étonnante apathie que symbolise le refus de parole. Seuls le charivari syndical et quelques voix isolées de défenseurs de libertés publiques aiguillonnent le niveau d’alerte. Les réseaux sociaux sont en ébullition après le coup de tonnerre de la rupture. La réponse de Talon à la pagaille des étudiants n’a pas déclenché qu’un déluge de récriminations. La solution a bien paru thérapeutique aux yeux des partisans de méthode radicale. Face à l’incurable agitation sur nos campus, le président ne pouvait que recourir à des choix extrêmes.
Que pense la classe politique de la décision d’interdiction ? Excepté Fcbe qui dénonce "une décision qui rétrograde le processus démocratique dans lequel s’est engagé notre peuple depuis 26 ans", elle n’a ni condamné ni salué la mesure du pouvoir de la rupture. Toujours mus par des motifs obscurs, la plupart des grands partis et alliances de partis développent des absurdités dans un silence qui s’apparente à une fuite de responsabilité. Prd, Rb, Un et les alliances opportunistes végètent dans l’hypocrisie et observent en spectateurs, la gouvernance de l’entame de mandat.
Cette classe politique vicieuse ne scrute l’horizon que pour assouvir ses instincts. Asservie à ses calculs et à ses intérêts, elle cultive la négation sur ses obsessions égoïstes. Ce n’est pas la première fois que les politiciens et soi-disant maîtres de l’opinion, portent les cagoules pour trouver l’exil dans le silence. Dans la vaine attente d’être conviée à la gestion du régime du changement , la Vieille Garde avait adopté la même attitude en 2006, 2007 et 2008 avant de plonger , après ses désillusions , dans l’anti yayisme viscéral qui aboutit à l’illusion du candidat unique et au flop vertigineux de mars 2011.
La peur au ventre et confinée dans l’espoir de trouver une place au soleil de la rupture, la classe politique s’adonne à son sport favori ,aidée par ses réflexes opportunistes. Les cadors du landerneau taillent une étrange posture leur offrant de potentiels subterfuges pour réapparaitre dans de faux semblants. La tactique est connue : dans une métamorphose incongrue, ils viendront éructer la parole encore opportuniste avec des jugements de valeur anecdotiques sur Talon qu’ils accuseront plus tard de tous les noms d’oiseau.
Une décision d’interdiction s’invite dans la rupture : que ceux qui ne sont pas d’accord se lèvent maintenant ou se taisent à jamais. Il n’est pas exclu que l’hypocrisie politique se transforme en péril existentiel. Pour ou contre ? Cette question exclut le silence.

10-10-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)