Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : La mise en garde du Président !

Sur le piédestal du Nouveau départ, Patrice Talon imprime son rythme à la navigation dans l’océan de la rupture. Dans un style qui étaye la singularité du président et marque les esprits, il étoffe sa crédibilité. Avec fermeté et assurance dans le discours, Talon avance toujours à visage découvert, loin de l’obscurité et l’habituelle ambiguïté. La clarté dans la parole a conduit le successeur de Yayi à quitter le couvent de l’hypocrisie pour éliminer les tabous, dégager les patates chaudes au point de toucher un sujet incompatible avec les épidermes sensibles : l’amnistie. Porte ouverte ou labyrinthe ? Talon est droit dans ses bottes, la tête sur les épaules.
Le promoteur du Nouveau départ n’a pas besoin de littérature sur l’amnistie pour expliquer sa vision et couper court aux supputations. Juste quelques mots pour requinquer nos espérances évanouies. « Il n’y a pas d’amnistie. Le mot amnistie n’a été utilisé qu’une seule fois au Bénin au cours de la Conférence nationale (1990). Et a déjà été oublié ». La réponse du président est publiée dans les colonnes du journal le Monde. L’interview de Talon au confrère français a apporté des certitudes à la nation de la rupture. Le Nouveau départ ne se conjuguera pas avec l’amnistie. Pas question de fantasmer sur ce qui fut et ne sera point. Au nom de la de la fermeté pour faire agir la justice.
La déclaration de Talon sur l’amnistie a une senteur de vertu. En cette entame de mandat, le message est à la fois fort et éloquent. Le président ne mise lui-même sur aucune amnistie en fin de quinquennat. On ne devrait pas craindre pour la gouvernance à l’ère du Nouveau départ. Epargné de l’obsession ruineuse de l’amnistie, Talon se libère des vices qui obligent à faire la quête du pardon et de médiateurs en fin de mandat et à s’arracher de sourire mitigé lors de passation de charge au sommet de l’Etat , la peur au ventre.
Ce message qui replace l’amnistie dans son contexte historique exige une bonne lecture des partisans du président. Ils répondront de leurs actes, en cas de malversation. Talon quitte la dynamique de l’impunité et débarrasse la République de sésame que peut s’offrir le chef de l’Etat pour s’enfermer dans la grotte, à l’abri de toute poursuite.
Concentré sur l’installation de la nouvelle architecture du Nouveau départ, Talon, dont le mandat est placé sous le signe des réformes institutionnelles et politiques, a promis faire de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. Son prédécesseur Yayi, artisan de la marche verte contre la corruption n’avait pas osé ouvrir une petite fenêtre pour l’impossibilité de l’amnistie. Après dix ans de scandale et de corruption endémique, le régime du changement et de la vaine refondation a laissé le pays dans un état que Talon qualifie de « catastrophique ».
Le tableau est évidemment sombre pour un coup de pinceau d’une gouvernance qui a noirci l’image de la République pendant la décennie cauri. Le rêve de l’immunité tourne désormais au cauchemar. « Il n’y a pas d’amnistie », tranche Talon aux commandes du Nouveau départ. Aux sons et couleurs de la rupture, le président a haussé le ton. Les temps ont vraiment changé.

23-05-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)