Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : La polémique Zinsou !

Quittant l’Hexagone pour une entrée fracassante au gouvernement, le Franco-béninois Lionel Zinsou veut prendre du galon dans le cercle du pouvoir et briguer la présidence de la République. Le poste de premier ministre n’a pu arrêter le flux ambitieux du poulain de l’ancienne Métropole. Et pour l’ami de Laurent Fabius, la Marina devient une obsession. Parrainé alors par Boni Yayi en fin de cycle, le sexagénaire rêve d’accrocher la lune dans son pays d’origine.
Le successeur de Pascal Irené Koupaki à la primature a incontestablement des atouts et le profil pour le job. Le banquier français est un tissu de compétence, et surtout un homme de grande culture. Connu du milieu des affaires, sa notoriété dépasse les frontières de nos ex-colonisateurs. Sa capacité n’est pas remise en cause. Mais, l’ami de Yayi élevé en France sait bien comment on devient président dans ce pays de démocratie. Et que la trajectoire du locataire de l’Elysée ne donne pas lieu à un raccourci. Zinsou n’ignore pas non plus que son Bénin qui lui est parfois étranger n’est pas en panne de présidentiable. D’ailleurs la saison bat son plein et on attend un record de candidats dont des banquiers dans le starting-block.
Malgré ses qualités , l’ancien pensionnaire du Lycée Louis-le-Grand , qui durant toute sa vie a alterné l’été et l’hivers français, n’a pas souvent la sensation de l’harmattan et du froid tropical du mois d’Août. Les frissons du printemps et de l’automne ont plutôt modelé l’organisme de l’étonnant protégé de Yayi. Le potentiel candidat Zinsou traîne une tare préjudiciable à ses prétentions présidentielles. Nommé premier ministre, il y a seulement cinq mois, il est pressé d’occuper le fauteuil le plus convoité de la République. En mode musclé, le chef de l’Etat répète les gammes de la nouvelle coqueluche du yayisme illusoire.
Le Franco-béninois candidat à la candidature unique des Fcbe pour le scrutin du 28 février 2016 peut-il actuellement être candidat sérieux à une présidentielle en France ? Comment imagine-t-il conquérir le pouvoir en 6 mois ? L’enjeu de la candidature de Zinsou n’est pas seulement politique. C’est l’image du Bénin et de l’Afrique qui est en jeu. Pour un candidat qui est plus connu de Fabius que du paysan béninois, l’ambition prend la forme d’une insulte à la nation. Yayi doit éviter d’être complice de cette candidature sans pudeur. Porté par la machine Fcbe pour une réélection au premier tour en 2011, le président sortant semble s’investir dans un choix politique qui fait du pays la risée du monde.
Au miroir de la candidature de Zinsou , on est hébété par le reflet de l’image d’un pays qui n’avait pourtant pas besoin de ce joker encombrant sorti par Yayi longtemps coincé dans l’illusion révisionniste. Il faut oublier Zinsou pour mettre le pays à l’abri d’une blessure morale.
Même cette France ne prendra pas au sérieux l’ancienne colonie à genoux devant le binational inconnu au bercail. La présidentielle est d’abord une rencontre avec les populations et non cette espèce d’exhibition pour un candidat éloigné des réalités sociopolitiques du terrain. En 6 mois, sauf par la magie de l’ancien colon, ou l’effet de l’hybridisme, le candidat Zinsou ne sera lui-même qu’une curiosité pour les électeurs.
Il faut épargner au Bénin et au continent noir, ce mépris politique. Zinsou dont les compétences forcent l’admiration peut prendre date s’il est mû par l’obsession de diriger son pays d’origine. Pas en 2016. Peut-être en 2021. Il pourrait alors obtenir une légitimation populaire et tenter de réaliser son rêve.

19-11-2015, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)