Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : La polémique Zinsou !

Quittant l’Hexagone pour une entrée fracassante au gouvernement, le Franco-béninois Lionel Zinsou veut prendre du galon dans le cercle du pouvoir et briguer la présidence de la République. Le poste de premier ministre n’a pu arrêter le flux ambitieux du poulain de l’ancienne Métropole. Et pour l’ami de Laurent Fabius, la Marina devient une obsession. Parrainé alors par Boni Yayi en fin de cycle, le sexagénaire rêve d’accrocher la lune dans son pays d’origine.
Le successeur de Pascal Irené Koupaki à la primature a incontestablement des atouts et le profil pour le job. Le banquier français est un tissu de compétence, et surtout un homme de grande culture. Connu du milieu des affaires, sa notoriété dépasse les frontières de nos ex-colonisateurs. Sa capacité n’est pas remise en cause. Mais, l’ami de Yayi élevé en France sait bien comment on devient président dans ce pays de démocratie. Et que la trajectoire du locataire de l’Elysée ne donne pas lieu à un raccourci. Zinsou n’ignore pas non plus que son Bénin qui lui est parfois étranger n’est pas en panne de présidentiable. D’ailleurs la saison bat son plein et on attend un record de candidats dont des banquiers dans le starting-block.
Malgré ses qualités , l’ancien pensionnaire du Lycée Louis-le-Grand , qui durant toute sa vie a alterné l’été et l’hivers français, n’a pas souvent la sensation de l’harmattan et du froid tropical du mois d’Août. Les frissons du printemps et de l’automne ont plutôt modelé l’organisme de l’étonnant protégé de Yayi. Le potentiel candidat Zinsou traîne une tare préjudiciable à ses prétentions présidentielles. Nommé premier ministre, il y a seulement cinq mois, il est pressé d’occuper le fauteuil le plus convoité de la République. En mode musclé, le chef de l’Etat répète les gammes de la nouvelle coqueluche du yayisme illusoire.
Le Franco-béninois candidat à la candidature unique des Fcbe pour le scrutin du 28 février 2016 peut-il actuellement être candidat sérieux à une présidentielle en France ? Comment imagine-t-il conquérir le pouvoir en 6 mois ? L’enjeu de la candidature de Zinsou n’est pas seulement politique. C’est l’image du Bénin et de l’Afrique qui est en jeu. Pour un candidat qui est plus connu de Fabius que du paysan béninois, l’ambition prend la forme d’une insulte à la nation. Yayi doit éviter d’être complice de cette candidature sans pudeur. Porté par la machine Fcbe pour une réélection au premier tour en 2011, le président sortant semble s’investir dans un choix politique qui fait du pays la risée du monde.
Au miroir de la candidature de Zinsou , on est hébété par le reflet de l’image d’un pays qui n’avait pourtant pas besoin de ce joker encombrant sorti par Yayi longtemps coincé dans l’illusion révisionniste. Il faut oublier Zinsou pour mettre le pays à l’abri d’une blessure morale.
Même cette France ne prendra pas au sérieux l’ancienne colonie à genoux devant le binational inconnu au bercail. La présidentielle est d’abord une rencontre avec les populations et non cette espèce d’exhibition pour un candidat éloigné des réalités sociopolitiques du terrain. En 6 mois, sauf par la magie de l’ancien colon, ou l’effet de l’hybridisme, le candidat Zinsou ne sera lui-même qu’une curiosité pour les électeurs.
Il faut épargner au Bénin et au continent noir, ce mépris politique. Zinsou dont les compétences forcent l’admiration peut prendre date s’il est mû par l’obsession de diriger son pays d’origine. Pas en 2016. Peut-être en 2021. Il pourrait alors obtenir une légitimation populaire et tenter de réaliser son rêve.

19-11-2015, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Une position pour l’histoire ! Un ‘‘Non’’ qui rassure. Le Bénin, urbi et orbi, par la voix de son ministre des affaires étrangères l’a soutenu devant (...) Lire  

Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Cauris au gré des intérêts (...)
20-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Couple et Incompatibilités (...)
17-02-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Des sacrifices pour l’intérêt (...)
14-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La voie de la fusion !
14-02-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La voie de la fusion !
14-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un os dans la gorge de Talon
9-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une nouvelle Can pour le Bénin
8-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le coup de l’Arcep !
8-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Talon dans l’antre des Soglo
1er-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Apaiser les tensions religieuses
31-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une option inopportune
30-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’école au pied du mur !
30-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Azannaï en sapeur-pompier
24-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal :Le Gabon au tapis !!!
23-01-2017, Ambroise ZINSOU
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon !
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Conjoint envouté !
13-01-2017, Naguib ALAGBE
editorial : La violence religieuse en vogue
11-01-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 930

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)