Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : La querelle du Cos-Lépi !

L’Assemblée nationale n’a toujours pas désigné ses représentants au sein du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi). Embourbés dans une bataille politique sans concession, les députés avortent inlassablement l’échéance. Un nouveau rendez-vous est fixé pour lundi prochain dans le brouillard des incertitudes. Le Cos-Lépi aimante les désirs et enfle les appétits à l’hémicycle dans un contexte de chamboulement politique, d’intensification des calculs et de vacarme des coulisses.
Pour éviter le cafouillage et les querelles de clocher, la représentation nationale a réglé les détails précieux en se calquant sur la majorité et la minorité de la fameuse nuit du 19 au 20 mai 2015. L’opposition gagna alors au forceps le match du perchoir avec le score étriqué mais historique de 42 à 41 qui hissa Adrien Houngbédji au perchoir dans un come back spectaculaire. Malgré les retournements de veste et changements de tunique dans le cirque parlementaire, la majorité et la minorité sont reconduites sur le papier.
Mais dans la jungle, les députés n’ont pas changé leur mode de vie. Le Cos Lépi réveille l’instinct de conservation et l’obsession de la quête de rente. On devrait connaitre les membres de l’Assemblée nationale pour le Cos depuis le 1er juillet passé. Moulés dans les faux-fuyants et la cupidité, les députés ne se sont pas embarrassés de violer la loi qu’ils ont eux-mêmes votée. Et ils pataugent dans la boue de l’illégalité en se servant du levier des reports. La politique a pris le Cos-Lépi en otage.
Le spectacle à l’hémicycle et cette guerre de tranchées agitent les tristes souvenirs de la querelle des clans qui avait malmené les anciennes mandatures du Cos-Lépi. La forte politisation de cet organe l’a toujours poussé au balbutiement. Avec le choc majorité-minorité pour respectivement cinq sièges contre quatre et un total de neuf places arrachées pour le seul parlement, le Cos-Lépi gémit sous le fardeau de la politique.
Et si on confiait le Cos aux techniciens ? La composition de cette structure révèle le poids écrasant des soi-disant maitres de l’opinion. La présence du Directeur général de l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (Insae) et du Directeur du service national en charge de l’état civil est presque anecdotique. Dans l’étouffoir politique, les deux techniciens sont inaudibles voire inexistants.
En cette ère des réformes politiques et institutionnelles, on devrait sous l’aiguillon de la rupture débarrasser le Cos-Lépi de sa charge politique. Il faut extirper les députés de cette précieuse structure et mettre les techniciens au gouvernail de la machine. L’équilibre de la terreur sur lequel le parlement fonde sa stratégie de contrôle politique du Cos-Lépi installe un climat de suspicion permanente et une potentielle situation conflictuelle.
On croyait que ce nouveau Cos-Lépi appelé à exister pendant six mois dans une période de sécheresse électorale ne devrait pas mettre les députés en transe. Mais les émoluments agitent déjà les esprits. Prêts à tout pour une place au soleil, certains n’hésitent pas à nager dans les caniveaux pour atteindre leur but. La désignation des représentants de l’Assemblée nationale au Cos-Lépi peut bien devenir le premier feuilleton politique de l’après cent jours de Talon. A moins que les acteurs du cinoche optent pour l’épilogue lundi.

21-07-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Attention… Loi contre conflits récurrents !
23-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Un arsenal juridique pour sceller la paix entre éleveurs et agriculteurs. Pour l’instant, nous ne sommes qu’à l’étape de proposition de loi. Mais déjà, (...) Lire  

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir (...)
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir !
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction
En vérité : Une histoire d’unanimité !
21-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’Afrique si pauvre et si riche
21-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le vœu de l’éclairage public
13-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : De Sinsin à da Cruz !
9-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Changement de cap à l’Uac
9-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux pas d’Alassane Séidou
8-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le moratoire tant attendu
6-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les femmes encore à la traîne
31-10-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1170

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)