Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : La réforme qui agite la politique !

La météo politique annonce des débats houleux sur les réformes de Patrice Talon. Le projet phare de mandat unique remue déjà la classe politique presque jetée dans l’emballement. Les projections sur la surchauffe parlementaire se font sur des bruits des coulisses et des indiscrétions. Si certains illustres acteurs ont vendu la mèche, d’autres ont aisément annoncé leur véto sur la réforme si chère au Président du Nouveau départ. Les partis et alliances Fcbe, Rb , Fdu et Pcb ne font plus mystère de leur volonté à ramer à contre courant de la marche réformatrice relative à la question du mandat unique.
Le chemin des réformes ne sera sans doute pas un boulevard pour Talon. Et l’un des piliers de son action réformatrice risque d’être fortement secoué. Pour toucher au précieux article 42 de la Constitution du 11 décembre 1990, le chef de l’Etat doit puiser dans ses ressources intimes et recourir à l’arme de persuasion. « Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. En aucun cas nul ne peut exercer plus de deux mandats constitutionnels », détaille la disposition relative à la limitation de mandat. Talon n’est pas en course pour un record de longévité au pouvoir mais vise le mandat unique au nom « d’une exigence morale ». Le projet de réforme fait plutôt jaser. La résistance anti mandat unique se prépare face à l’offensive annoncée de la machine Talon, symbole de la rupture.
De l’obsession du pouvoir assortie d’une quête mal masquée d’un troisième mandat pendant la dernière décennie, on passe à une soif inhabituelle d’un seul mandat. Dans la logique du respect de la parole donnée, Talon tient à cette promesse inscrite en lettres d’or dans les réformes du Nouveau départ. Il n’y aura pas dans les différentes chapelles politiques, un concert à l’unisson pour les sonorités du mandat unique. L’ancienne télécommande et sponsor de la politique ne roulera pas en roue libre.
Pro et anti mandat unique s’échauffent déjà. Des voix s’élèvent pour faire le lit d’un rejet du projet. Il ne reste aux différents partis et alliances de partis que de monter au créneau pour afficher officiellement leur ligne politique. Mais il ne suffira pas pour les partisans du Oui et les adeptes du Non de créer un antagonisme artificiel et hasardeux. Les choix doivent être justifiés par des arguments accouchés par la raison, loin de la mécanique d’approbation ou l’instinct de refus nuisible. Dans la dynamique de la démocratie éclairée, on espère que la politique ne pervertira pas l’enjeu et qu’elle ne se mettra pas au service de rivalités infécondes.
Moins de deux mois après sa brillante élection, Talon négocie un virage délicat dans la construction de la nécessaire rupture. Avant le Référendum, l’option privilégiée par l’icône du Nouveau départ, le parlement reste le passage obligé, pour la prise en considération du projet de révision. Le débat devra nous épargner des préjugés résiduels et autres intentions nourries aux ingrédients malsains. Le peuple de la rupture a confié la destinée de la République au candidat réformateur, chantre d’un nouveau départ. Le discours d’investiture de Talon aura été un tissu d’engagements fondés sur le socle du mandat unique. Seul le débat permettra de valider ou non l’une des réformes les plus sensibles de la rupture.

26-05-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Attention… Loi contre conflits récurrents !
23-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Un arsenal juridique pour sceller la paix entre éleveurs et agriculteurs. Pour l’instant, nous ne sommes qu’à l’étape de proposition de loi. Mais déjà, (...) Lire  

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir (...)
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir !
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction
En vérité : Une histoire d’unanimité !
21-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’Afrique si pauvre et si riche
21-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La traite du 21ème siècle !
20-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Passes d’armes entre renaissants
20-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le vœu de l’éclairage public
13-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : De Sinsin à da Cruz !
9-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Changement de cap à l’Uac
9-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux pas d’Alassane Séidou
8-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le moratoire tant attendu
6-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les femmes encore à la traîne
31-10-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1170

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)