Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Le casse-tête des mesures sociales !

A l’épreuve du lourd passif de la refondation, le gouvernement de la rupture porte la croix de la gestion du pouvoir. Devant Patrice Talon se dresse l’équation du social, le champ de prédilection du régime défunt. L’exercice risque de se muer en corvée pour le Nouveau départ. Le pouvoir cauri avait marqué de gros points dans la navigation sociale, et Yayi a dû crapahuter dans l’opinion publique pour finalement boucler deux mandats dans la foulée d’un K.O historique, véritable séisme électoral.
L’une des grandes inconnues de l’ère de la rupture était la gestion des initiatives sociales héritées de Yayi. L’ancien président avait pris l’ascenseur populiste pour écrire sa propre histoire à la Marina. Et son passage n’a pas soulevé que de la poussière. Les populations ont plané sur le vent social et profité des mesures sorties des entrailles du yayisme.
Il y eut la valse des gratuités portées dans des célébrations tous azimuts et cette senteur de vertu que tissaient les apparences. La gratuité de la césarienne est logée en lettres d’or dans les échos de l’autosatisfaction venus du bilan dressé par le régime défunt. Malgré ses paradoxes et incongruités, le festival de gratuité dans le secteur de l’éducation a marqué les esprits. Les effets d’annonce, les gymnastiques voire des dérobades ont permis à Yayi d’apparaitre comme le géniteur de mesures sociales. Les bourses du Haut commissariat à la solidarité nationale avaient provoqué l’hérésie. La prise en charge des enfants de 0 à 5 ans et les enjambées sur le Régime d’Assurance Maladie Universelle (RAMU) ou les microcrédits assuraient l’extase sous la ventilation sociale.
L’épisode Yayi laissait à la rupture cet héritage au parfum de défis. Refroidi par le coût des mesures sociales et la conjoncture économique, Talon peut-il prendre le risque de sortir du champ social ? En se coltinant le fardeau de la présidence de la République, l’ancien homme d’affaires n’a pas le choix. Le déminage escompté pendant la période de l’état de grâce ne pouvait déboucher sur la suppression des mesures qui alimentent les espérances et aimantent la sympathie des masses. La politique de l’hypnose a, durant la dernière décennie, utilisé le ressort social.
Après avoir fondu dans des déclarations de renoncement, le gouvernement a rapidement fait marche arrière, affichant dans la douleur son engagement à poursuivre la gratuité de la césarienne. Ecrasée par des soucis de financement, la rupture est néanmoins moralement contrainte de maintenir la mesure à incidence financière. Elle ne peut que froncer les sourcils ; il lui est impossible de briser la dynamique sans être accusée de félonie. Le visage social se laisse découvrir dans la promesse ferme de subventions à bonne date pour sauver la gratuité dans l’enseignement. L’exonération de la scolarité des filles épouse la volonté de l’équipe Talon.
Le quinquennat du Nouveau départ placé sous le signe de l’action réformatrice va sans doute amplifier l’adhésion populaire par une politique sociale axée sur la rationalité des initiatives. L’obsession populiste avait longtemps poussé à la politique spectacle et à un bal de mesures financièrement éprouvantes. Il est désormais question de quitter la démesure et le sensationnel sans coup de frein sur le social.

20-09-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

tribune verte : L’audace d’assainir les villes
1er-12-2016, La rédaction
Sous la rupture, les villes s’apprêtent à faire leur toilette. Le Gouvernement Talon retrousse les manches pour débarrasser huit principales villes (...) Lire  

Plume libre : Zèle et excès à la Haac !
30-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Le péril du feu
30-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le duo Ajavon-Kotingan
28-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Le mystère de la cocaïne (...)
24-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La croisade pour la paix
21-11-2016, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Plume libre : Zèle et excès à la Haac !
30-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Le péril du feu
30-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le duo Ajavon-Kotingan
28-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Le mystère de la cocaïne !
24-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La croisade pour la paix
21-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Rembourser les fonds …messieurs !
16-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La tournée présidentielle
14-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le péché du faucon
14-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : La carte anti corruption !
9-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Les taxis de l’illusion !
8-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Talon en patron !
7-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Fermer la parenthèse Ajavon !
3-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Des urgences malgré la cocaïne !
2-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Choix vital pour l’UN !
31-10-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Le mandat de transition !
27-10-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Tous les médecins à l’hôpital
26-10-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Carton jaune pour Lafia et Azannai !
26-10-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : La réformette anti Pollution !
24-10-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 870

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)