Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Le mandat de transition !

Patrice Talon épuise bientôt sept mois d’un quinquennat qui s’achève en 2021. La traversée se fait sur le mode du nouveau départ. Le chef de l’Etat a proclamé sa volonté de mandat unique et renonce, fait historique, à briguer la présidence à la fin de l’échéance. Après 10 ans de changement et de refondation, le pays bascule dans la rupture qui prend l’allure d’un régime de transition. Le modèle Talon affiche ses spécificités que le mandat adopte et répand sur la gouvernance. La classe politique s’adapte aux exigences du quinquennat.
La fin du yayisme et du pouvoir Fcbe a ouvert une nouvelle ère dont l’histoire s’écrit au quotidien par l’équipe de la rupture et un président qui cadencent la vie de la nation dans ce décor du Nouveau départ. On est tombé de plain-pied dans une transition qui édicte ses valeurs et son mode d’emploi de la politique. Talon défriche et laboure son champ.
Tout ou presque place la République dans une période transitoire. Elément fondamental, le chef de l’Etat fera sa valise à la fin d’un seul mandat. Cette seule évidence impose des réglages. Talon est libéré des contraintes qu’impose la quête d’un second quinquennat. Des mesures fortes serviront de ressort à la gouvernance. Sous un déluge d’abrogations, de suppressions et de nouvelles créations, la rupture s’opère dans un environnement longtemps dominé par de vieilles habitudes.
Les acteurs politiques s’enlisent dans la fange de l’extrême prudence et cherchent l’équilibre nécessaire pour assurer des questions existentielles. Dans la phobie de l’opposition, les grands partis et alliances de partis frappent aux portes de la mouvance. L’Union fait la Nation est dans les bottes de Talon, le Prd guette le train de la rupture, la Rb masque mal son désir de se mettre dans la danse. Même les Fcbe, semblent allergiques à l’opposition et marmottent instinctivement les airs de la rupture. Dans l’ambiance de transition, la classe politique refuse de ramer à contre courant et se met, non sans hypocrisie, en mode nouveau départ.
Le vent de réformes qui souffle sur le pays est un des symboles du quinquennat de transition, surtout qu’au cœur de la révolution "talonniste" se trouve la révision de la Constitution , plus d’un quart de siècle après le référendum de décembre 1990. Sur l’immense chantier des réformes politiques et institutionnelles, Patrice Talon inscrit son unique mandat dans l’histoire.
L’ancien homme d’affaires, grand vainqueur de la présidentielle du 20 mars 2016, enfile le costume de l’homme de la transition et adopte sa ligne de prédilection, celle du Nouveau départ axé sur la rupture. L’ex télécommande est désormais sur la console et affiche sa vocation d’offrir de nouvelles sonorités au pays sorti d’une décennie de yayisme. Le Tgv des réformes n’a pas encore atteint sa vitesse de croisière, mais le visage du Bénin de Talon se dessine progressivement.
Cinq ans pour une forme de transition taillée par l’agenda de la rupture et les chantiers d’un Président qui, chose rarissime sous les tropiques, n’est pas candidat à sa propre succession.

27-10-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Lumière sur les lois de règlement
18-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
On n’en parle pas souvent. Mais il s’agit d’un indicateur de bonne gouvernance et de transparence financière. La plupart du temps, les esprits se (...) Lire  

Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop (...)
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle (...)
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Standing ovation pour le Onze (...)
17-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Médiateur : acte 3 ou stop ?
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Encore Biya, bêtise continuelle !
18-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un plus pour l’état civil !
15-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : La saison des congrès !
15-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Tribune verte : Intrigue destin de Koutonou
11-10-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : La route des pêches au ralenti
11-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le combat contre la faim
10-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Lépi actualisée à consulter !
9-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Enfin, l’énergie solaire !
5-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Yayi sort le grand jeu
3-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Cyclique intoxication !
3-10-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Regards sur la 7ème législature
1er-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’illustration 4 sur 154 !
28-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérit : L’alibi Fitness !
28-09-2018, Naguib ALAGBE
Editorial : L’illustration 4 sur 154 !
27-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Vendre le Bénin aux Béninois
27-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Pme à l’honneur
26-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La rançon de l’alcoolisme !
26-09-2018, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1470

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)