Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Le syndicalisme dans la présidentielle !

Le monde syndical est l’une des attractions pour les présidentiables. Sur ce pôle, les candidats développent une nouvelle stratégie de campagne qui donne au scrutin du 28 février une dynamique inédite. Dans les ferveurs politiques et la fièvre électorale, les prétendants au fauteuil de la Marina célèbrent des noces précoces avec les syndicats et charrient des vocations dictées par l’enjeu. Comme un rituel adapté à la présidentielle, le rendez-vous entre candidats et syndicats façonne l’obsession.
La démarche des candidats tient à une certaine rationalité dans la quête du pouvoir. A l’écoute des travailleurs, ceux qui briguent la présidence s’offrent l’idéal creuset pour prendre le pouls social et contrôler le baromètre. Ces échanges ont un parfum de consensus dégagé dans la logique d’un mode de gouvernance apaisé. Et la rhétorique utilisée vante cette soif de consensus en pleine précampagne électorale. Parfois, la séance vire à l’exhibition de candidats vite mis en posture crâneuse. Malgré cette propension malsaine, la discussion avec les partenaires sociaux relève par essence de vertu.
Problème : Les débats suscités par ces rencontres entre candidats et syndicalistes traînent un goût d’inachevé. Au-delà du supposé consensus social et des enjambées d’apparence positives, on semble encore condamné à subir les affres du syndicalisme agité proche de l’anarchie. Les candidats occultent les vices qui gangrènent le monde syndical. Il est surtout question, et c’est une urgence, de créer une nouvelle race de syndicalistes.
La République vit sous la malédiction des grèves. Les héritiers de Bakounine et de Jean Grave ont envahi les lieux et ont perverti le syndicalisme, aidés, il est vrai, par les faux-fuyants, la générosité et les fausses promesses d’un régime aussi accrocheur que flexible. Pour un oui ou un non, les grévistes professionnels saccagent tout et créent le néant. Ce mode d’emploi du cortège syndical semble ne pas émouvoir les candidats trop absorbés par la politique de séduction. Il faut sortir des stéréotypes de propagande et tenir le langage de vérité avec les syndicalistes.
Il est évident que la pagaille a, ces dernières années, pavé le milieu syndical au point même de déboucher sur des querelles fratricides à la bourse du travail, le sanctuaire des syndicalistes. Avec les grèves réflexes voire des grèves maladives et cette pathologie qui gouverne quelques psychopathes de la maison. Le mal est profond et risque d’être fatal au pays en quête d’émergence.
Pour un « nouveau départ » selon l’heureuse expression de Patrice Talon ou un triomphe de ce que Koupaki appelle la « Nouvelle conscience », il faut une sorte d’hygiène indispensable au fonctionnement d’un syndicalisme jusqu’ici trop enclin à la grève et au chantage. Avril 2016 s’annonce comme un tournant dans l’histoire du pays.
Les chantiers du nouveau Président de la République sont nombreux. Le syndicalisme à l’oxygène de la grève devrait désormais quitter le « ni Dieu, ni maître » de Jean Grave et le carcan d’une politisation à outrance. Le mélange de genres a abouti à de l’amalgame avec des syndicalistes fanfaronnant dans la sphère politique sous l’aiguillon de la corruption et de choses goupillées sans le parrainage de l’éthique.
La campagne ne doit pas se limiter à des yeux doux aux syndicalistes. Il faut crever l’abcès et réfléchir sur la thérapie de choc, seule solution à la perversion du syndicalisme.

27-01-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En toute sincérité : Infidèle sans conscience !
16-02-2018, Naguib ALAGBE
Les hommes sont tous des infidèles. Admettons-le par pure galanterie. Et évitons pour une fois, d’être avec elles, à couteaux tirés sur la question. (...) Lire  

Editorial : Le Fonds culturel sous un nouveau (...)
15-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dans la dynamique des réformes (...)
15-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Une douleur qui précède la joie (...)
14-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’idéal d’une jeunesse de bonne (...)
14-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le dialogue pour le dégel social
30-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Remue-ménage à la Cour !
29-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’appel des évêques
29-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une promesse non tenue
25-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)