Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Les taxis de l’illusion !

Le gouvernement de la rupture annonce son projet de création et de mise en exploitation d’une flotte de taxis dans les villes du Bénin. Sur la lancée du Nouveau départ, Patrice Talon ne tarit pas d’initiatives et dans la grande agitation des réformes, il joue les cartes de la rupture parfois sous une tempête de polémique. Et la relance de la circulation urbaine de taxis revient au cœur des priorités du régime. Contre vents et marées.
Dans la masse des projets de la nouvelle ère, la création et la mise en exploitation de la flotte de taxis dans les villes sont fondées sur un objectif déclaré. L’Exécutif Talon veut améliorer la mobilité urbaine et apporter sa contribution à la promotion des artisans-propriétaires-conducteurs. Par la belle magie de la recette urbaine, on se noie précocement dans les fantasmes avec la promesse d’une augmentation de l’offre de qualité en matière de transport et le développement touristique. Le talonnisme agite une nouvelle dynamique et fait miroiter une flotte de taxis. Le mode d’action est plutôt déconcertant et amplifie le pessimisme. On a mis la charrue avant les bœufs.
Pour balayer les préjugés de navigation à vue, la rupture passe à une sorte d’exhibition en affichant sa stratégie pour faire prospérer le projet. Une vaine théorisation qui n’évacue pas le doute. Le premier volet consiste à sélectionner 300 conducteurs auto-entrepreneurs de même type, de mêmes signes distinctifs. L’Etat s’érige en facilitateur puisque ces conducteurs seront « financés par les banques de la place, hors droits de douane, à un taux d’intérêt bonifié », précise le Conseil des ministres. Le deuxième volet couronne la petite inspiration d’une ouverture aux autres promoteurs dans la limite de 10 véhicules taxi-ville au maximum par personne, et dans la limite globale de 300 véhicules, de même type et de mêmes signes distinctifs.
La rupture semble tenir un potentiel outil de développement. Mais, il va falloir résoudre certaines équations pour ne pas condamner ce projet à un destin infécond. Il faut régler le problème des voies et doter nos villes d’un réseau routier qui répond aux exigences du 21ème siècle. La relance de la circulation urbaine escomptée et la fluidité de la mobilité recherchée risquent d’être un pur produit de l’imagination si la cruciale question de l’aménagement des voies est reléguée au rang d’accessoire dans la volonté ardente de passer à la création de flotte de taxis.
Le plus gros obstacle à l’efficacité du projet et à la rentabilité pour ceux qui vont s’y investir, reste l’éternelle équation des conducteurs de taxi moto, les "zémidjan ". Ce mode de transport est un instrument de lutte contre le chômage et est trop ancré dans la société. Le Général Kérékou avait vainement tenté de supprimer la pratique de " zémidjan". Et son projet de champ de manioc n’a pu liquéfier le phénomène. Désormais face à cette patate chaude, Talon ne peut opter pour la dérobade et chercher à évoluer sur un terrain miné.
La création de flotte de taxis, projet rayonnant dans l’agenda de la rupture, exige du gouvernement Talon, un travail de dépoussiérage de choses endurcies, de défrichage de chantiers obstinés et de déminage. La précipitation peut entrainer le flop ou l’impasse et pousser, dans la tension sociale, à un nouveau rétropédalage déchirant.

8-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme !
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)