Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Marches, remerciements, prières…la fin !

Boni Yayi subit les affres de fin de mandat et cherche vainement à retrouver ses habituelles sensations. Devant le cours irrémissible des choses et l’implacable évidence, le Président brûle ses dernières cartes. Longtemps adossé à des pratiques dont il a l’apanage, Yayi peine à se libérer des manœuvres érigées en pilier de la gouvernance à l’ère cauri. A moins de neuf mois de la passation de pouvoir à la Marina, il découvre la fragilité de sa méthode et le revers de la manipulation politique. Confronté à la résistance de ses propres partisans, Yayi rumine son impuissance.
Malgré les fonds mis à la disposition des supporters du Président, la marche programmée n’a pas eu lieu. Les militants invités par le leader cauri ont fait une petite révolution, refusant de descendre dans la rue pour une parade de soutien au chef de l’Etat. Fait rarissime et événementiel, Yayi n’a pas réussi à convaincre ses traditionnels marcheurs. Grosses désillusions pour le président.
A la vérité, le temps des marches de soutien, de remerciement, des messes d’action de grâce ou des spectaculaires séances de prière, est révolu. La recette du Président pour entretenir sa popularité artificielle est périmée. La jauge de l’illusion est cassée. La fin de mandat a réveillé les consciences et personne ne veut encore s’offrir en spectacle dans la rue pour des marches téléguidées et rémunérées. Même dans le camp cauri, on est prêt à tourner la page Yayi. La logique de 2016 s’est définitivement installée et provoque l’emballement politique.
Pendant neuf ans, une théâtralité particulière s’est exercée sur les enjeux du pouvoir, loin de la dynamique politique de la performance. Marches, prières, remerciements ont scandé la vie du régime cauri. Et Yayi, en chef d’orchestre, a cru cultiver sa légitimité dans l’agitation des foules partisanes et la comédie dans la rue et les églises. La trame du roman de la refondation a montré la pure démarcation avec la réalité. La rhétorique de la séduction a été adoptée au détriment de la rationalité.
La fin de mandat dispense ses vertus et ses contraintes. Yayi ne contrôle plus les marcheurs et n’inspire ni prière ni remerciement. Le temps a érodé les ardeurs et inhibé les passions des masses. La question n’est plus de savoir ce que fera le président, il s’agit plutôt de connaître le favori de la prochaine présidentielle. La politique de marche de soutien, tombe dans l’anachronisme et l’archaïsme ruineux. Yayi est désormais affaibli par le temps.
Il ne reste au Président en fin de mandat qu’à abandonner les projets populistes et à négocier un atterrissage en douceur. Les urgences se bousculent en cette fin de règne pour l’homme de la refondation. Sur l’essentiel, et en route pour la fin, Yayi a l’obligation de mieux définir les priorités de fin de règne pour ne pas faire sa valise le 06 avril 2016 avec des regrets inutiles.
Boudé voire lâché par les marcheurs et autres organisateurs de choses incongrues, Yayi doit quitter les nuages de la manipulation politique et descendre sur terre pour prendre le tunnel de la réalité. Rythmée longtemps par la sonorité des marcheurs, l’hypocrisie des remerciements, les prières partisanes, la République a hâte de vivre de nouvelles et saines émotions.
Avec la désobéissance des marcheurs, une nouvelle ère s’ouvre. L’allégeance est en ruine. Yayi coincé dans la caverne du temps voit sa marge de manœuvre se réduire. C’est comme, dira Bergson, l’apprenti sorcier incapable de gérer les sortilèges qu’il a créés.
Difficile fin de mandat en perspective pour le chef longtemps adoubé et vénéré. A coup de marches de soutien, de prières, de remerciements, de montages politiques, Yayi se délectait des privilèges du trône. Fcbe et alliés ont jusqu’ici brandi leurs cartes de fidélité et marché pour soutenir le président. Les rois ont eux aussi pris le pouls du bitume en l’honneur de Yayi. On aura tout vu. La fin de mandat remet désormais tout en cause.

12-08-2015, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Grand test diplomatique pour Talon et quatre de ses pairs de la sous-région ! Avec les présidents Roch-Marc Christian Kaboré, Nana Akufo-Addo, (...) Lire  

Editorial : La cité ministérielle : à quelles (...)
16-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA (...)
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
En toute sincérité : Infidélité dans le couple : (...)
13-10-2017, La rédaction
En vérité : L’Uac au défi de la modernité (...)
12-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hehomey, un tigre en papier ?
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ !
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)