Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Patience, monsieur le Président !

Boni Yayi s’est encore illustré dans un discours plaintif à Djougou. Avec les symptômes d’un chef d’Etat en détresse ou plutôt très affecté par la virulence du réquisitoire des opposants. La fonction présidentielle devient un fardeau pour Yayi. Et il répète ses gammes préférées. L’écho des jérémiades du père de la nation fait mouvoir la République. Même en fin de mandat, le successeur du Général Kérékou tarde à quitter les nuées des sanglots. A la petite semaine, l’homme fort de Cotonou gémit sous le poids de l’exercice du pouvoir et des pierres lancées par le camp anti cauri.
Le concert de lamentations offert à Dougou a connu une audience clairsemée. Les médias et les réseaux sociaux se sont néanmoins chargés d’assurer le relais de la parole du Président. Inutile d’épiloguer sur la sonorité et le refrain de prédilection de l’orateur de luxe. Yayi étale ses souffrances.
Et pourtant, le Président en fin de mandat égrène ses derniers mois au Palais. L’année prochaine à pareil moment, on ne devrait plus parler de lui. Il aura déjà fait sa valise. Pourquoi se laisse-t-il alors ronger par la douleur ? Je croyais que le président devrait avoir le dos large et ne pas céder à la colère ni à des répliques sans fin. Heureusement, le temps, dans sa fluidité irréversible, emporte inlassablement le reste du second mandat. Et bientôt, le leader cauri entrera dans la cour des anciens présidents de la République. Parle-t-on encore au quotidien de Kérékou ? Combien de fois évoque-t-on le nom d’Emile Derlin Zinsou ? Si Nicéphore Dieudonné Soglo n’avait pas atterri à la mairie de Cotonou, sans doute qu’il ne serait pas sporadiquement secoué par la presse et le camp anti Rb. La patience est la vertu que Yayi devrait développer en cette fin de règne. La fonction présidentielle ne lui garantit pas que des fleurs, il devrait apprendre à encaisser les coups.
Seul problème : après le 06 avril 2016, des privilèges liés à la fonction tomberont aussi du giron du président. Plus d’hélicoptère. Yayi découvrira l’état de nos routes. Plus de message à la nation. Plus de revue de troupe ni de motards. Plus d’audience au palais. Plus de voyage officiel et de cortège … Surtout, et cela risque de marquer la vie de l’après-pouvoir de Yayi, le leader adulé n’aura plus droit aux marches de soutien, les messes d’action de grâce, les séances de prière…j’imagine le choc pour celui qui, plongé pendant 10 ans, dans les vivats populistes, était parfois déifié. Yayi perdra les honneurs et le parfum de l’allégeance.
Le chef de l’Etat n’a pas à se soucier des diatribes et chaudes envolées des opposants. Il se mettra bientôt à l’abri, aidé alors par l’implacable Constitution qui limite le mandat présidentiel. Malheureusement, on continuera à parler de lui pendant environ un semestre, avant l’évènement du 06 avril 2016 et la prise de fonction du nouveau Président de la République. Il doit bien négocier l’épilogue de mandat en sauvegardant la paix, héritage en or, laissé par Kérékou. Sans tomber dans les flux et reflux de la colère et la politique néfaste du tac au tac, Yayi, avec l’avantage de la prise d’initiatives, a la clé de la paix. Loin de l’esbroufe saisonnière , des coups d’éclat et de la ruse, il pourra régler ce détail vital.
Malgré Djougou et le flot de paroles, de plaintes, ponctué par une autodéfense à peine audible, Yayi n’arrêtera pas le cours de l’histoire. Il doit assumer son destin. On fera le bilan de son séjour à la Marina. Le bain de foule, la politique de séduction, le discours émotionnel, les alibis politiques ne changeront rien. La page Yayi sera tournée. Contre vents et marées.

25-08-2015, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En toute sincérité : Couple tête baissée !!
24-02-2017, Naguib ALAGBE
Sur le revers d’un veston, un long cheveu blond. Dans une poche, la facture d’un romantique restaurant. Et, un discret mais éloquent parfum émanant (...) Lire  

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Cauris au gré des intérêts (...)
20-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Couple et Incompatibilités (...)
17-02-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Des sacrifices pour l’intérêt (...)
14-02-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La voie de la fusion !
14-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un os dans la gorge de Talon
9-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une nouvelle Can pour le Bénin
8-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le coup de l’Arcep !
8-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Talon dans l’antre des Soglo
1er-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Apaiser les tensions religieuses
31-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une option inopportune
30-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’école au pied du mur !
30-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Azannaï en sapeur-pompier
24-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal :Le Gabon au tapis !!!
23-01-2017, Ambroise ZINSOU
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon !
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Conjoint envouté !
13-01-2017, Naguib ALAGBE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 930

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)