Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Pauvres Ecureuils !

Triste épilogue des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) 2017 pour l’équipe nationale de football à Bamako. Les Ecureuils ont été punis par les Aigles du Mali. Sèchement battus (5-2), les joueurs béninois disent adieu à la messe continentale du cuir rond prévue au Gabon. Les rongeurs ont été piétinés puis écrasés dans l’antre surchauffé des Aigles déchainés et sans pitié.
Pourtant, les Maliens étaient déjà qualifiés avant la dernière journée. Et on s’attendait à la détermination des visiteurs pour arracher la qualification au pays de la légende Salifou Kéita. Au stade du 26 mars, les Ecureuils avaient organisé la journée porte ouverte pour une avalanche de buts. Trois réalisations maliennes en première période après une entame pied au plancher. Les poulains d’Omar Tchomogo inexistants n’ont pu sortir la tête de l’eau. Condamnés au naufrage par un jeu décousu, stérile et insipide, ils sont emportés par le flot de buts.
Avec un capital de 11 points avant le voyage infernal, les Ecureuils avaient besoin d’un petit nul pour composter leur ticket. Ils quittent finalement Bamako avec une valise de buts, ouvrant la voie royale au Togo d’Emmanuel Adébayor, rival à distance et facile vainqueur de l’inoffensif Djibouti dans le délire du stade de Kégué.
On avait perdu l’habitude d’une défaite avec un score fleuve. Depuis la balade de la Cote d’ivoire de Drogba à Cotonou et ce 6 buts à 1 écœurant, le onze national semblait définitivement tourner la page. Mais l’équipe de Tchomogo a été étrillée dans le désert par les dignes fils de Soundiata. Une leçon de football à l’initiative du maitre Alain Giresse. Un Mali plaisant, enthousiaste et talentueux s’est amusé à domicile, offrant même à son public un slalom pour le cinquième but d’anthologie qui a fait chavirer tout un stade.
Miné par des querelles intestines, le football béninois s’est offert en spectacle à Bamako. Seul Djibouti a fait pire lors de la journée de clôture des éliminatoires en se faisant voler en éclats à Lomé. L’équipe nationale de football n’a pas résisté à la crise au sein de la fédération. Présenté comme le porte-bonheur, Anjorin Moucharaf a signé son comeback dans l’illusion. Les Ecureuils seront absents à une nouvelle phase finale de la Can. Il faut remonter à 2010 et l’expédition angolaise pour retrouver les dernières traces des rongeurs.
Dans un pays sans un championnat régulier de football, on se jette dans les compétitions continentales avec l’espoir illégitime de monter sur le podium. La lourde défaite face au Mali est pédagogique et devrait entrainer des mesures fortes. On doit tirer les grandes leçons du désastre et travailler pour des perspectives éclatantes.
Sur tous les paliers, les acteurs du football doivent apprendre à être humbles. On a rêvé du miracle avec une fédération malade, un staff technique en panne d’expérience, et des joueurs , en grande majorité, sans compétition dans les jambes , sortis pour la plupart d’écuries de seconde zone. Les ingrédients de l’échec étaient réunis. La logique de l’impasse était toute tracée.
Eliminé sous un déluge de buts, le onze national est face à son avenir. C’est le destin du football béninois qui se joue. Mais les acteurs du chaos sont toujours dans la barque. Pour combien de temps encore ?

5-09-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

Editorial : L’école à nouveau dans la tourmente
19-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Ils ont repris du service. L’Ecole béninoise est à nouveau prise en otage. La période d’accalmie n’a duré que le temps d’un clignement des paupières. (...) Lire  

En vérité : Trois tickets ‘‘dauphinat’’ à (...)
19-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Tribune verte : Passons en mode renouvelable (...)
19-01-2017, La rédaction
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon (...)
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon !
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Conjoint envouté !
13-01-2017, Naguib ALAGBE
editorial : La violence religieuse en vogue
11-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Merci !
23-12-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
editorial : Libérez la parole !
22-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
editorial : Le mariage de raison
20-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La manne culturelle en suspens
15-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Soumission ou sanction
13-12-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : L’amalgame syndical !
7-12-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Zèle et excès à la Haac !
30-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Le péril du feu
30-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le duo Ajavon-Kotingan
28-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Le mystère de la cocaïne !
24-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La croisade pour la paix
21-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Rembourser les fonds …messieurs !
16-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La tournée présidentielle
14-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le péché du faucon
14-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : La carte anti corruption !
9-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 900

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)