Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : SOS pour l’Université de Parakou !

Le plus grand temple du savoir du septentrion est en souffrance. L’Université de Parakou gémit sous le poids de ses charges et semble vouée à porter sa croix. Enfoncée dans le dédale de l’impasse pour couler dans une logique infernale, elle peine à sortir du calvaire. La thérapie est désormais toute trouvée : le mois de solidarité décrété pour donner du souffle à l’université placée sous perfusion financière. Dos au mur et menacée par la catastrophe, elle cherche une bouée de sauvetage, de l’oxygène pour se requinquer et ne peut pas s’affaler sur les granites de médiocrité.
Le mois de solidarité décrété depuis le 7 novembre prend fin ce week-end avec l’apothéose, la nuit du samedi 05 au dimanche 06 décembre, l’évènement historique, la nuit de la solidarité. Sans doute que l’avenir immédiat de l’Université de Parakou se jouera au cours de cette nuit de solidarité. Son destin sera aux mains des bonnes volontés à sa rescousse. Car l’heure est grave, et il faut régler des urgences pour sauver l’Université en péril.
La dynamique de la solidarité installée par l’équipe rectorale devrait apporter du sang neuf à l’université. Toutes les aides sont attendues. Hommes politiques, opérateurs économiques, notables, artisans, les hommes de métiers, tous ceux qui peuvent apporter leur touche à l’édifice.
Preuve de patriotisme, les enseignants, les autorités de l’Université mutualisent déjà leurs efforts pour faire respirer le joyau en sursis. Les besoins sont estimés à environ 3 milliards 500 millions. Créée en 2001-2002 avec un effectif clairsemé de 1200 étudiants, elle est passée à plus de 25.000 apprenants. Avec seulement 4600 places. Un déficit d’amphithéâtres qui soumet les étudiants à des salles et cours volants. Impossibilité de faire des évaluations massives. C’est à jets continus que les examens sont programmés. Les étudiants contraints au repos forcé sont finalement condamnés à un emploi du temps chargé et affreux. Face aux questions cruciales de capacité d’accueil, la jeune université de Parakou n’offre pas une hygiène mentale à ses étudiants.
« Après le pain, disait Danton, l’éducation est le plus grand besoin ». Le mois de solidarité devrait à tout prix permettre la mobilisation des ressources pour sortir l’Université de la galère et de la précarité. L’objectif est d’améliorer les conditions de travail dans ce lieu de savoir. Il faut égrener méticuleusement les urgences et libérer les étudiants de la psychose et de la sinistrose imposées par la grisaille permanente. En plus des amphithéâtres, la création des salles de vidéoconférences devrait résoudre l’équation des enseignants missionnaires. La modernisation des bibliothèques pour faciliter les recherches, la construction d’un auditorium … sont à charge positive. Dans ce village planétaire dominé par la gouvernance de l’internet, il faut sortir de l’archaïsme et évoluer au rythme des technologies de l’information et de la communication. L’université de Parakou doit s’adapter au déterminisme technologique.
L’enjeu de la nuit de solidarité est de faire de cette université, un temple du savoir répondant aux exigences du 21ème siècle marqué par le diktat du système LMD. Dans ce contexte électoral, on attend les projets des candidats à la présidentielle pour le rayonnement de nos universités. Pour une formation de qualité et une relève apte à assumer ses responsabilités devant l’histoire, le secteur de l’éducation doit être la reine des priorités.
L’ancien quartier latin de l’Afrique est face à son destin. Quel président pour sortir l’école des décombres ? En attendant la résolution de ce mystère, le mois de solidarité organisé par l’Université de Parakou s’invite dans la présidentielle.

3-12-2015, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Une position pour l’histoire ! Un ‘‘Non’’ qui rassure. Le Bénin, urbi et orbi, par la voix de son ministre des affaires étrangères l’a soutenu devant (...) Lire  

Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Cauris au gré des intérêts (...)
20-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Couple et Incompatibilités (...)
17-02-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Des sacrifices pour l’intérêt (...)
14-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La voie de la fusion !
14-02-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La voie de la fusion !
14-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un os dans la gorge de Talon
9-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une nouvelle Can pour le Bénin
8-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le coup de l’Arcep !
8-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Talon dans l’antre des Soglo
1er-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Apaiser les tensions religieuses
31-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une option inopportune
30-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’école au pied du mur !
30-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Azannaï en sapeur-pompier
24-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal :Le Gabon au tapis !!!
23-01-2017, Ambroise ZINSOU
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon !
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Conjoint envouté !
13-01-2017, Naguib ALAGBE
editorial : La violence religieuse en vogue
11-01-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 930

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)