Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


2ème édition du Festival international Salgota Salsa : La finale prévue pour ce vendredi

JPEG - 92.5 ko

La deuxième édition du festival Salgota Salsa connaîtra son apothéose le vendredi prochain à Molinox Vip à Agla à Cotonou. Cette phase finale à réunira les salseros de renom afin de donner une visibilité à cette danse. « Pour cette finale, plusieurs vedettes de la Salsa et de Tchingoumè seront sur le podium. A l’issue de cette soirée, la Reine de la Salgota et deux princesses seront élues. Elles partiront avec plusieurs lots. L’entrée est à 10.000 F Cfa et la réservation à 25.000 par couple », a expliqué le professeur Codo, promoteur de ce festival.
Ce festival a débuté le 12 août dernier par un concert live qui a connu la présence des artistes tels que Jospinto, Charly Guédou et S.K. Pounto. Le clou de ce lancement a été l’inauguration d’un centre de formation en danse dédié à Gnonas Pédro à Aïbatin. Pour l’initiateur de Salgota Salsa, c’est une manière de rendre hommage à cet illustre artiste du rythme Salsa qui a bien représenté le Bénin de par le monde entier.
A en croire le professeur Codo, la Salgota Salsa est née de la fusion de la Salsa et de Tchingoumè. C’est donc une version purement béninoise de la Salsa entre temps exportée vers les Amériques. « La Salgota a été créée pour faire la promotion de Tchingoumè à l’international. Comme la Salsa est royalement dansée dans tout le monde entier depuis plus de 400 ans, j’ai donc créé cet alliage pour faire la promotion du rythme Tchingoumè qui est typiquement béninois. Car, pour mieux faire la promotion d’un produit, il faut s’appuyer sur quelque chose d’existant et bien connu de tous. Raison pour laquelle je m’appuie sur la Salsa pour faire la promotion de Tchingoumè. Ainsi, à travers la Salgota, le Bénin sera connu partout dans le monde », a expliqué professeur Codo. Ainsi, à travers ce festival, le promoteur compte donner une visibilité au secteur culturel Béninois qui pourra rapporter des devises à l’économie nationale.

25-08-2016, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

En vérité : Le style Zinzindohoué !
27-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Ça y est ! Les bons apôtres pour une révision de qualité sortent des bois. En dehors des Béninois qui se sont fait leur religion sans, au préalable, (...) Lire  

Editorial : Le calme après la tempête
27-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Plaidoyer pour les journées de (...)
23-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fausse route pour l’Unamab !
23-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Nouvel an chinois : 2017 : l’année du coq
5-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 450

Ministère de la culture : Urgence des réformes à l’Ensemble (...)
24-03-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Guerre des clans, conflits d’attributions, népotisme, manque de visibilité... La liste n’est pas exhaustive. Très (...)  

Marcel Zounon, Directeur de l’Ensemble artistique national du (...)
24-03-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Marcel Zounon, à quand remonte la création de l’Ensemble artistique national du Bénin ? L’Ensemble artistique national (...)  

Alougbine Dine : « … Qu’on arrête de faire du désordre à l’ensemble (...)
24-03-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Quelles ont été les raisons de votre départ précipité de la tête du théâtre national ? On ne saurait dire qu’il y a eu un (...)  

Professeur Bienvenu Akoha : « Il faut organiser une journée de (...)
24-03-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Comment concevez-vous le rôle de l’Ean ? La politique culturelle doit avoir une philosophie derrière et la (...)