Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


7e édition du Festival Hanlissa : Un spectacle inédit assuré par les anciennes gloires

Des milliers de spectateurs ont pris part le dimanche dernier à l’édition 2016 du festival Hanlissa. Il s’agit d’un évènement culturel qui réunit sur une même scène des anciennes gloires de la musique béninoise. Ce fut une édition réussie pour le promoteur Aubin Akpohounkè au regard de l’effervescence et des émotions suscitées au sein du public.

JPEG - 146 ko

Sur scène, des sexagénaires, septuagénaires voire des octogénaires dont les voix ont traversé plusieurs générations. Et en face un public déchainé, dont les cris de joie et les applaudissements ont enflammé le hall des arts de Cotonou pendant trois heures d’animations époustouflantes. L’édition 2016 du festival Hanlissa aura ainsi brillé de mille feux. Tout a en effet commencé autour de 19 heures. Plusieurs artistes de la nouvelle génération prennent place pour soutenir l’évènement. Le promoteur Aubin Akpohounkè fait ensuite son entrée, sous des ovations nourries du public et sur fond d’une des mélodies de l’homme-orchestre Sagbohan Daniolou. Il salue le public, souhaite la bienvenue à ses fans, têtes couronnées, et personnalités politiques et culturelles venues nombreux l’accueillir. Un hommage mérité a été ensuite rendu aux vaillants artistes traditionnels décédés Namanvo et Djeli.
A 20 h 45, c’est l’apothéose avec la prestation de Ezin Gangnon qui a transmis par la suite, publiquement, le témoin à son fils Adisso. Cérémonial identique et instant d’émotion également avec le vétéran d’Agonli dont le public n’a pas oublié le timbre vocal. Une dizaine d’anciennes gloires de la musique se succéderont sur scène pour raviver les passions. Le passage de Dénis Dakossi, El Régo, de Ambroise Akoha a remis le public sur ses pieds. Jusqu’au-delà de 22 heures, le Hall des arts de Cotonou bougeait aux sons des mélodies des temps anciens.

5 bourses d’étude offertes
C’est à travers le don de cinq bourses d’études Universitaires que le groupe Ltj média world Corporation International accompagne la promotion de la culture béninoise par le biais du Festival Hanlissa. Les bénéficiaires, membres du Staff de Hanlissa production, pourront s’inscrire en licence professionnelle et bénéficier de trois ans de formation pour une valeur totale de 4,25 millions de francs Cfa. Pour Armistice Christian Dossa et Frédéric Marius Adannou, respectivement Administrateur Général et Directeur de la Communication et de l’Information de de Ltj World Corporation International, l’initiative vise à venir en aide aux étudiants démunis, en ces temps où la formation universitaire coûte cher. « Ce programme de bourses d’études est initié pour venir en aide aux nouveaux bacheliers béninois comme étrangers sans grands moyens. C’est notre contribution à l’excellence en leur permettant d’accéder à une formation de qualité », a souligné Armistice Christian Dossa. Quant à Aubin Akpohounkè, promoteur du festival Hanlissa, il a remercié les responsables du Programme National de Bourses d’études de Ltj World Corporation International pour leur sens de générosité. Environ 3.000 sont bourses disponibles pour être distribuées sur toute l’étendue du territoire national. Qu’il s’agisse de la Communication d’Entreprise, du Management des Ressources Humaines, du Secrétariat de Direction, de la comptabilité et Gestion, du Marketing et actions commerciales ou encore des Métiers de l’Audiovisuel, presque tous les domaines sont couverts par les bourses. Ltj World Corporation International est une structure basée en Inde et ayant des représentations dans 16 pays au monde dont le Brésil, la France, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Burkina Faso, le Ghana et le Togo.
Opportune AKOUTE (Stag)

30-08-2016, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Le style Zinzindohoué !
27-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Ça y est ! Les bons apôtres pour une révision de qualité sortent des bois. En dehors des Béninois qui se sont fait leur religion sans, au préalable, (...) Lire  

Editorial : Le calme après la tempête
27-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Plaidoyer pour les journées de (...)
23-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fausse route pour l’Unamab !
23-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Nouvel an chinois : 2017 : l’année du coq
5-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 450

Ministère de la culture : Urgence des réformes à l’Ensemble (...)
24-03-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Guerre des clans, conflits d’attributions, népotisme, manque de visibilité... La liste n’est pas exhaustive. Très (...)  

Marcel Zounon, Directeur de l’Ensemble artistique national du (...)
24-03-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Marcel Zounon, à quand remonte la création de l’Ensemble artistique national du Bénin ? L’Ensemble artistique national (...)  

Alougbine Dine : « … Qu’on arrête de faire du désordre à l’ensemble (...)
24-03-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Quelles ont été les raisons de votre départ précipité de la tête du théâtre national ? On ne saurait dire qu’il y a eu un (...)  

Professeur Bienvenu Akoha : « Il faut organiser une journée de (...)
24-03-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Comment concevez-vous le rôle de l’Ean ? La politique culturelle doit avoir une philosophie derrière et la (...)