Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


DJ Highfa, une légende du Dj-in béninois :

Jean Emmanuel Tossa, alias DJ Highfa, est un Dj franco-béninois né à Besançon en 1981. Passionné de la musique, il baigne dans la culture hip-hop et funk puis s’essaie à la danse hip hop pendant l’adolescence. Il s’est fait une renommée au plan national et international à travers son art.

Les doigts très agiles et disposés à donner une harmonie hors pair à l’ensemble musical, à travers sa table de mixage, Jean Emmanuel Tossa est l’un des Dj qui ont marqué positivement l’histoire de la musique moderne béninoise, en l’occurrence le Rap, le Rnb, l’Afro Pop... Tout petit, sa maman lui faisait écouter un 45 tours de Run Dmc pour calmer ses pleurs. Après des allers et retours dans les styles musicaux, ce n’est qu’en 2000 qu’il créa son premier « Sound System » à Cotonou avec son ami et partenaire Dj Selekta Seb. L’homme garndit en Afrique entre le Bénin et le Togo puis repart en France à Bayonne et à Toulouse pour poursuivre ses études. Il participe à de nombreux concerts et Sound system jamaïcains, ce qui lui permet de rentrer en contact avec le business musical. Dans ce milieu, il rencontre Selekta Steph (fondateur du Reality Crew Sound System) et Bunny Dread (Kans Sound Paris), deux personnes très actives sur la scène reggae française et qui vont profondément influencer son parcours.
Durant ses études en France, entre 2000 et 2009, il continue de gérer son Sound System au Bénin avec l’aide de Selekta Seb. En 2009, son diplôme d’économie en poche, il décide de rentrer au Bénin où il construit son premier studio d’enregistrement, Legacy Records. En plus de ses différents projets, il commence à enregistrer ses premières mix-tapes de dance hall pour ses proches amis. Et grâce à ses succès, il est rapidement contacté pour animer des soirées et des événements.
Du jeune Dj débutant spécialisé dans la Dance hall et le Hip Hop, il élargit très rapidement son répertoire musical à l’électro et à la musique nigériane. En 2010, il est contacté par le plus grand Dj nigérian, Dj Jimmy Jatt pour participer à son show annuel, le Jimmy’s Jump Off, qui regroupe les plus grands Djs au Nigeria. Depuis cette date, il participe à toutes les éditions de ce show. Le prochain numéro se déroulera d’ailleurs le 30 septembre à Lagos. Par la même occasion, il est aussi contacté par Matthew Ohio, promoteur émérite et fondateur de la plateforme Industry Nite, qui réunit le gratin des stars nigérianes une fois par semaine. En 2013, il est invité en tant que Dj au ‘’Felabration’’, le plus grand festival musical du Nigeria rendant hommage à Fela Kuti. Fort de ses expériences, il multiplie les allées et venues entre le Bénin et le Nigeria. Consolidé par ses relations avec le show business nigérian, il assoit sa notoriété au Bénin.
Dès lors, DJ Highfa se produit dans les clubs du Bénin, du Nigeria et du Togo. Il anime plusieurs soirées, privées notamment celle de Akon en 2010, participe à Moov épiq nation en 2012, et au Yellow Summer de Mtn au Bénin en 2013. Il multiplie également les scènes en faisant les premières parties de grands concerts d’artistes étrangers tels que Soprano, Lafouine, Sexion d’Assaut et travaille avec des artistes tels que Roccah, Dibi Dobo, Ccc, Nicoteen, May D, Kemtaan... puis lance une émission grand public parlant spécifiquement du Djing [...]. Il a parcouru plusieurs Clubs nationaux et internationaux. Il participera bientôt aux festivals et concerts ci-après : les 12 et 26 Septembre, Lounge Bar Le Spot, Lomé, le 18 Septembre : Concert Hip Hop Atinkpo, Théâtre de la Verdure, Cotonou le 19 Septembre : Concert Nasty Nesta/DovenD, Blackstage, Cotonou, le 26 Septembre : Wahh (We are hip hop), Centre Culturel Arema, Lomé et le 30 Septembre au festival Jimmy’s Jump Off, Get Arena, Lagos. Il s’agit bien d’une légende du Dj-in au Bénin et dans la sous-région.
Roméo ACHIDI

21-09-2015, La rédaction


CHRONIQUES

Plume libre : L’amalgame syndical !
7-12-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Les centrales syndicales jettent sans répit des pierres dans le jardin de la rupture. Le mode d’action n’a pas changé : un grondement de la (...) Lire  

tribune verte : L’audace d’assainir les (...)
1er-12-2016, La rédaction
Plume libre : Zèle et excès à la Haac !
30-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Le péril du feu
30-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le duo Ajavon-Kotingan
28-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Le mystère de la cocaïne (...)
24-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 420

3ème édition du festival Mia : Pour la promotion des instrumentistes
29-11-2016, La rédaction
La ville de Cotonou accueille la 3ème édition du festival des Meilleurs Instrumentistes d’Afrique (Mia). Ce grand (...)  

« L’affaire Coovi : Chronique d’un procès au goût d’inachevé (...)
24-11-2016, La rédaction
L’assassinat de l’ancien président de la Cour d’appelde Parakou, Sévérin CodjoCoovia,pendant longtemps, défrayé la (...)  

Métier de la broderie : Un secteur d’activité menacé
20-10-2016, La rédaction
Spécialité des Sénégalais, la broderie est un métier qui permet d’apporter une touche particulière aux vêtements. Malgré (...)  

Louis Biao, Directeur général l’Anssfd : « Nous mettons hors d’état (...)
29-09-2016, La rédaction
Après l’affaire Icc-Services, le gouvernement a mis en place l’Agence Nationale de Surveillance des Systèmes (...)