Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Exposition à la fondation Zinsou : Romuald Hazoumé met en scène un art engagé dans “Aré”

La Fondation Zinsou accueille depuis le 6 juin “Aré”, une exposition d’art contemporain de Romuald Hazoumé. Pendant 6 mois, les visiteurs pourront découvrir le travail de l’artiste, qui dénonce les travers de la société, avec un certain nombre de clins d’œil à l’actualité.

JPEG - 128.5 ko

C’est 10 ans après l’ouverture de la Fondation Zinsou où il a été le premier plasticien exposé que Romuald Hazoumé revient dans ce haut-lieu de culture africaine. “Aré” est le titre de cette exposition, terme qui désignait en terre Yoruba les porteurs de connaissances qui voyageaient pour diffuser le savoir et la culture. Tout un programme donc, pour cette exposition qui mélange les genres et mêle le contemporain à la tradition, deux notions qui ne semblent pas contradictoires au fil de la visite.
Car cette exposition est loin de ce que l’on peut attendre d’une simple visite de musée : pour commencer, elle s’exporte en dehors du bâtiment censé l’accueillir. Une fresque géante se dresse face à la Fondation Zinsou, représentant ces vendeurs d’essence qui risquent chaque jour leur vie. C’est le courage de ces femmes et hommes que Romuald Hazoumé a voulu saluer en introduction.
Ensuite, l’artiste ne se contente pas d’un genre artistique et varie les supports. Ainsi, on peut, entre la photographie de la fresque et les nombreuses sculptures, se laisser hypnotiser par une vidéo représentant les danses sacrées Yoruba, mêlant les percussions entraînantes et les costumes flamboyants.
Mais l’exposition ne s’arrête pas au thème de la tradition que l’artiste béninois a, semble-t-il, voulu sublimer, elle dénonce également les travers de la société. Ainsi, les affaires Talon ou Azannaï se retrouvent représentées par des sculptures de bidons en plastique, volontairement difformes et disgracieuses. D’autres œuvres sont elles aussi des métaphores, mais plus générales sur les maux de la société : tel est le cas de “Rouleau décompresseur”, lourde sculpture représentant quelques bidons bombés présents sur une roue, écrasant sur son passage des bidons plats et en mauvaise posture représentant le peuple, tandis que l’expression “la roue tourne” doit sûrement siffler à l’oreille du visiteur. Et c’est sur une œuvre grande de taille et forte de sens, “Mongouv.com”, que s’achève la visite : un mur de bidons représentant le peuple qui se dresse devant un petit tas d’autres bidons, le gouvernement. Le peuple semble faire bloc face aux quelques bidons désordonnés, bouches ouvertes comme pour protester contre les situations anormales dont il a pris conscience. Peut-être une note d’espoir, après tout le négatif qui a été dénoncé précédemment.
Sony PAUCOT

10-08-2015, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : L’école à nouveau dans la tourmente
19-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
Ils ont repris du service. L’Ecole béninoise est à nouveau prise en otage. La période d’accalmie n’a duré que le temps d’un clignement des paupières. (...) Lire  

En vérité : Trois tickets ‘‘dauphinat’’ à (...)
19-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Tribune verte : Passons en mode renouvelable (...)
19-01-2017, La rédaction
En vérité : Imposteurs, à la barre !
18-01-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le temps, l’ennemi du PAG
18-01-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Soutien cinq étoiles à Talon (...)
16-01-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Nouvel an chinois : 2017 : l’année du coq
5-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 420

Fête du Vodoun : Allada aux couleurs des rites et rythmes (...)
11-01-2017, La rédaction
La fondation Afriqu’Espoir et la cour royale d’Allada ont célébré le lundi dernier la fête du vodoun. C’était au palais (...)  

Réjouissances de fin d’année : La Dal offre un géant concert aux (...)
9-01-2017, Isac A. YAÏ
Les populations de la cité des Kobourou ont vécu l’un des plus grands évènements culturels de l’année. Parakou a vibré (...)  

Mtc : Une saison touristique orpheline de la culture
5-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Un tourisme orphelin de la culture ! C’est sans doute l’option du régime du nouveau départ. Sinon comment expliquer que (...)  

Festival international de Porto-Novo : Le colloque scientifique a (...)
5-01-2017, Karim O. ANONRIN
En attendant la cérémonie officielle d’ouverture prévue pour le samedi prochain au Stade Charles de Gaulle, le Festival (...)