Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


« Monsieur, Blanchette et le Loup » : Une recréation de José Pliya au Fitheb 2016.

L’édition 2016 du Festival international du théâtre du Bénin a accueilli hier, la représentation du conte « Monsieur, Blanchette et le Loup ». Une création de José Pliya et une mise en scène présentée par trois comédiens.

Après la France, les Caraïbes, Parakou et Bohicon, c’est le tour de Cotonou d’accueillir la représentation du chef-d’œuvre de José Pliya, « Monsieur, Blanchette et le Loup ». Hier, dans la grande salle du Fitheb, cette pièce a été présentée au public. En effet, « Monsieur, Blanchette et le Loup » est une nouvelle création de José Pliya, inspirée de « La chèvre de Monsieur Seguin » d’Alphonse Daudet. Cette création met en scène un « Monsieur » incarné par Marc Marchand, éleveur, propriétaire de belles chèvres au pelage varié qui n’avait pour objectif que de vivre heureux avec ses chèvres. Mais, « Monsieur » a pour voisin un « Loup » vagabond et très séducteur représenté par Philippe Villiers. Après la disparition miraculeuse de plusieurs de ses chèvres, « Monsieur » ramène d’un long voyage Blanchette, une vache pas comme les autres, représentée par Karine Pedurand. Pour sa sécurité, « Monsieur » emprisonne « Blanchette » à la maison. Mais, la soif de liberté a conduit cette dernière à la mort. A travers cette représentation aux essences coloniales, José Pliya se préoccupe de savoir s’il faut rester prisonnier et vivre, ou s’il faut être libre et prendre le risque de la mort. A cet effet, il affirme : « Un conte, c’est des symboles. Chaque imaginaire a la latitude d’interpréter ce qu’il voit ». Ainsi, de la nature des vêtements à la couleur de la peau des acteurs, tout revêt un code linguistique. Selon l’auteur, ce récit, bien que vivant, est réservé aux enfants. « Le public n’a pas été un partenaire du jeu parce que c’est un spectacle pour les enfants, et la majeure partie du public était constitué des adultes », fait-il remarquer. D’un autre côté, José Pliya se dit satisfait de cette représentation qu’il tenait à faire dans son pays natal depuis un bon moment. Notons que ce spectacle sera reproduit ce jour, au lieu retenu pour le festival à Togbin.
Cyrille LIGAN (Coll.)

31-03-2016, La rédaction


CHRONIQUES

tribune verte : Freiner à temps la dégradation des sols (...)
8-12-2016, Isac A. YAÏ
La baisse de la fertilité des sols focalise désormais les attentions de par le monde. En marge de la journée mondiale des sols, célébrée le 05 (...) Lire  

Plume libre : L’amalgame syndical !
7-12-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
tribune verte : L’audace d’assainir les (...)
1er-12-2016, La rédaction
Plume libre : Zèle et excès à la Haac !
30-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Le péril du feu
30-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le duo Ajavon-Kotingan
28-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 420

3ème édition du festival Mia : Pour la promotion des instrumentistes
29-11-2016, La rédaction
La ville de Cotonou accueille la 3ème édition du festival des Meilleurs Instrumentistes d’Afrique (Mia). Ce grand (...)  

« L’affaire Coovi : Chronique d’un procès au goût d’inachevé (...)
24-11-2016, La rédaction
L’assassinat de l’ancien président de la Cour d’appelde Parakou, Sévérin CodjoCoovia,pendant longtemps, défrayé la (...)  

Métier de la broderie : Un secteur d’activité menacé
20-10-2016, La rédaction
Spécialité des Sénégalais, la broderie est un métier qui permet d’apporter une touche particulière aux vêtements. Malgré (...)  

Louis Biao, Directeur général l’Anssfd : « Nous mettons hors d’état (...)
29-09-2016, La rédaction
Après l’affaire Icc-Services, le gouvernement a mis en place l’Agence Nationale de Surveillance des Systèmes (...)