Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


« Monsieur, Blanchette et le Loup » : Une recréation de José Pliya au Fitheb 2016.

L’édition 2016 du Festival international du théâtre du Bénin a accueilli hier, la représentation du conte « Monsieur, Blanchette et le Loup ». Une création de José Pliya et une mise en scène présentée par trois comédiens.

Après la France, les Caraïbes, Parakou et Bohicon, c’est le tour de Cotonou d’accueillir la représentation du chef-d’œuvre de José Pliya, « Monsieur, Blanchette et le Loup ». Hier, dans la grande salle du Fitheb, cette pièce a été présentée au public. En effet, « Monsieur, Blanchette et le Loup » est une nouvelle création de José Pliya, inspirée de « La chèvre de Monsieur Seguin » d’Alphonse Daudet. Cette création met en scène un « Monsieur » incarné par Marc Marchand, éleveur, propriétaire de belles chèvres au pelage varié qui n’avait pour objectif que de vivre heureux avec ses chèvres. Mais, « Monsieur » a pour voisin un « Loup » vagabond et très séducteur représenté par Philippe Villiers. Après la disparition miraculeuse de plusieurs de ses chèvres, « Monsieur » ramène d’un long voyage Blanchette, une vache pas comme les autres, représentée par Karine Pedurand. Pour sa sécurité, « Monsieur » emprisonne « Blanchette » à la maison. Mais, la soif de liberté a conduit cette dernière à la mort. A travers cette représentation aux essences coloniales, José Pliya se préoccupe de savoir s’il faut rester prisonnier et vivre, ou s’il faut être libre et prendre le risque de la mort. A cet effet, il affirme : « Un conte, c’est des symboles. Chaque imaginaire a la latitude d’interpréter ce qu’il voit ». Ainsi, de la nature des vêtements à la couleur de la peau des acteurs, tout revêt un code linguistique. Selon l’auteur, ce récit, bien que vivant, est réservé aux enfants. « Le public n’a pas été un partenaire du jeu parce que c’est un spectacle pour les enfants, et la majeure partie du public était constitué des adultes », fait-il remarquer. D’un autre côté, José Pliya se dit satisfait de cette représentation qu’il tenait à faire dans son pays natal depuis un bon moment. Notons que ce spectacle sera reproduit ce jour, au lieu retenu pour le festival à Togbin.
Cyrille LIGAN (Coll.)

31-03-2016, La rédaction


CHRONIQUES

Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Nous nous sommes donnés comme mission depuis un certain temps d’apporter notre expertise et notre expérience au service de la culture béninoise qui (...) Lire  

Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Formule ‘‘Portabilité mobile’’ !
19-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Que fait Talon de sa majorité (...)
19-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Bénin sportif, pourquoi pas (...)
18-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Culture en danger…
30-06-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 450

Organisation du Hadj 2015 : Le plaidoyer d’un convoyeur de (...)
21-07-2017, La rédaction
Si l’organisation du Hadj 2016 a été un succès, sous la houlette du Nouveau départ, et que celui de 2017 se prépare (...)  

Adjogan : le rythme de la canne : L’héritage des Aïnonvi
21-07-2017, La rédaction
Autrefois canne à percussion, le adjogan s’est révélé au fil des jours un rythme exécuté dans les cours royales lors des (...)  

Au centre multicorps de Cotonou : Comédiens et danseurs dans (...)
21-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
La thématique est originale et les acteurs se retrouvent dans un nouveau rôle, une nouvelle expérience avec la (...)  

15 ans après son dernier passage au Bénin : Aïcha Koné replonge le (...)
5-07-2017, La rédaction
Le temps n’est vraiment pas clément ce samedi soir. Mais pour l’amour de la musique et surtout pour la diva Aïcha (...)