Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Mtc : Une saison touristique orpheline de la culture

JPEG - 44.4 ko

Un tourisme orphelin de la culture ! C’est sans doute l’option du régime du nouveau départ. Sinon comment expliquer que le Bénin procède à l’ouverture d’une saison touristique et cynégétique, sans pour autant songer au lancement de la saison artistique. Un paradoxe dont seul le ministre en charge de la culture détient les secrets. Faire la promotion du tourisme au détriment de l’art, est-ce vraiment la vision du chef de l’Etat ? En effet, un circuit touristique est un tout. Au détour de la visite d’un site, l’hôte peut décider de se porter sur tel ou tel autre rendez-vous culturel. Le touriste établit son programme en tenant aussi compte de l’agenda culturel, un répertoire des différents festivals prévus pour le compte de la saison artistique en cours. Il existe également des habitués de certains rendez-vous culturels qui, en raison de la crise qui secoue le secteur culturel depuis avril 2016, ne pourront satisfaire leur soif de la diversité culturelle de la terre de Béhanzin. Car, depuis 5 mois environ, la saison artistique peine à être une réalité.
C’est dire qu’à l’ère du nouveau départ, le secteur culturel est loin d’être logé à la bonne enseigne. A en croire le ministre Ange N’koué : « le tourisme d’une manière générale, contribue efficacement à la croissance économique, à la création d’activités génératrices de revenus, à la création d’emplois pour les jeunes, à l’apport substantiel de devises dans la formation du Produit intérieur brut (Pib) ». Mais, l’autorité semble oublier que cela ne devient une réalité que dans les pays qui, très tôt ont su que l’art et la culture sont en amont et en aval du tourisme. Ce sont des éléments indissociables du secteur touristique. Que veut-on alors faire découvrir aux touristes s’il n’y a aucune manifestation susceptible d’accrocher et de susciter la curiosité des visiteurs ? Il est évident que le Bénin regorge de plusieurs sites touristiques, mais ces sites à eux seuls ne sauraient suffire. Les touristes vont à la rencontre des peuples et de leur culture. C’est pourquoi, l’on peut se demander à juste titre si le ministre Ange N’Koué est en phase avec la vision du chef de l’Etat. Bloquer le lancement d’une saison artistique sur la base des querelles de clocher, le Bénin mérite mieux.

5-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Les nouveaux chantiers de la Cour
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
L’effet de contagion est manifeste. Comme Patrice Talon à la tête de l’Etat, Joseph Djogbénou place sa présidence à la Cour constitutionnelle sous le (...) Lire  

Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les indésirables sacs plastiques
12-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les merveilles du coton
11-06-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 510

Danse traditionnelle : Les supers anges Hwendonamboua honorent (...)
11-06-2018, Patrice SOKEGBE
Les supers anges Hwendonamboua ne cessent d’honorer le Bénin au concert des nations, dans le domaine des danses (...)  

Concert à l’Institut Français de Cotonou : Les Frères Guèdèhounguè (...)
30-05-2018, La rédaction
Venus nombreux au concert des frères Guèdèhounguè à l’IFC, le samedi dernier le public a vécu d’intenses moments de (...)  

15ème édition du FITHELYCOB : Le théâtre pour une bonne éducation (...)
30-05-2018, La rédaction
L’Espace Mayton a abrité le lancement de la 15ème édition du Festival international itinérant de théâtre des lycées et (...)  

Réaction de quelque secréaires généraux après la décision de la (...)
25-05-2018, La rédaction
Kassa Mampo, Sg/Cstb « Si la presse est atteinte, c’est un danger » Nous ne sommes pas surpris. Après la fermeture (...)