Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Promotion de la musique traditionnelle au Bénin : Akpohounkè réédite le Festival Hanlissa ce 23 août

JPEG - 146 ko
Aubin Akpohounkè, initiateur du festival

L’édition 2015 du festival Hanlissa aura bel et bien lieu le 23 août prochain, au stade de l’amitié de Kouhounou à Cotonou. A travers une conférence de presse qu’il a donnée ce mercredi 05 août, l’animateur de l’émission Hanlissa et promoteur de ce festival, Aubin Akpohounkè a tenu à confirmer l’information. Et pour cette édition, c’est la doyenne de la musique féminine du Bénin Sophie Aguidigbadja de son nom d’artiste “Edia Sophie’’ qui sera à l’honneur, a-t-il confié. Autour d’elle, seront présentes une dizaine d’anciennes gloires de la musique traditionnelle venues de l’ensemble du territoire national, pour offrir un spectacle de taille aux mélomanes. À en croire Aubin Akpohounkè, le public aura l’occasion ce 23 août de s’offrir un moment unique d’extase en compagnie des mélodies d’artistes très rares sur la scène musicale. Motif pour lequel il invite le public à effectuer massivement le déplacement du stade de l’amitié ce jour-là.
Il faut rappeler que le festival Hanlissa a pour vocation de promouvoir et de valoriser la musique et les danses traditionnelles du Bénin. “Nous avons créé le Festival Hanlissa parce que nous avons constaté que sur la plupart des événements culturels, les artistes de la musique traditionnelle, surtout les anciennes gloires sont oubliées’’, a-t-il souligné. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’émission Hanlissa a été initiée. Et à travers elle, le promoteur Aubin Akpohounkè ne ménage aucun effort pour aller à la recherche de cette catégorie d’artistes en vue de sa promotion.
Notons que Edia Sophie, née en 1938, est la toute première chanteuse du Bénin. Souffrante depuis 2008 sous le poids de l’âge, elle jouit actuellement d’une santé qui, à en croire Aubin Akpohounkè, garantit sa présence effective le 23 août prochain au stade de l’amitié de Kouhounou. Les amoureux de la bonne musique y sont donc vivement conviés.

7-08-2015, Eustache f. AMOULE


CHRONIQUES

En toute sincérité : Pas de roi sans reine, pas de reine sans (...)
28-07-2017, La rédaction
En amour, on se dispute, on s’entredéchire mais on reste unis. C’est ainsi que va la vie, et nul ne peut affirmer le contraire. Les conflits font (...) Lire  

En vérité : Micmac à préjudice pour Djougou (...)
27-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le geste du cœur !
26-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Après Macron, la Cedeao… !
25-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un éternel recommencement !
25-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Un en chute libre
24-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Culture en danger…
30-06-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 450

Les outils d’une gouvernance au service des peuples : L’ouvrage (...)
27-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
La salle de conférence d’Azalaï hôtel de Cotonou, a abrité dans la matinée d’hier, la première séance de vulgarisation de (...)  

Organisation du Hadj 2015 : Le plaidoyer d’un convoyeur de (...)
21-07-2017, La rédaction
Si l’organisation du Hadj 2016 a été un succès, sous la houlette du Nouveau départ, et que celui de 2017 se prépare (...)  

Adjogan : le rythme de la canne : L’héritage des Aïnonvi
21-07-2017, La rédaction
Autrefois canne à percussion, le adjogan s’est révélé au fil des jours un rythme exécuté dans les cours royales lors des (...)  

Au centre multicorps de Cotonou : Comédiens et danseurs dans (...)
21-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
La thématique est originale et les acteurs se retrouvent dans un nouveau rôle, une nouvelle expérience avec la (...)