Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Résidence de création artistique à Parakou : Les plasticiens pour la sauvegarde de l’environnement

JPEG - 46.7 ko

« L’œil du plasticien pour sauver l’environnement ». Ainsi est intitulé le thème de la résidence de création artistique en public à Parakou. Initiée par la Fédération des Associations professionnelles des plasticiens et graphistes du Bénin (Faplag-Bénin) en partenariat avec l’Association culturelle Art Culture Tourisme Sans Frontière (Act-st), cette résidence a réuni les artistes plasticiens de Parakou à la place Bio Guerra, du 27 au 30 décembre dernier. A travers cette résidence, la Faplag-Bénin veut démontrer au public la capacité des artistes plasticiens à lutter pour la sauvegarde de l’environnement. « En effet, la protection de l’environnement consiste à prendre des mesures pour limiter, à défaut de supprimer l’impact négatif des activités de l’Homme sur son environnement. Au-delà de la simple conservation de la nature, il s’agit de comprendre le fonctionnement systémique, et éventuellement planétaire de l’environnement, d’identifier les actions humaines qui l’endommagent au point de porter préjudice aux générations actuelles ou futures, et de mettre en place les actions de correction. Cette action est donc à la fois scientifique, car elle nécessite de développer nos connaissances ; citoyenne puisque les décisions à prendre ont un coût pour les générations actuelles et un impact pour les générations futures ; politique car, les retombées d’une telle action sont forcément collectives et parfois planétaires », a expliqué Eric Georges Nougloi, responsable de Act-st. A l’en croire, cette résidence est une opportunité pour les artistes plasticiens de Parakou d’apporter leur contribution à la protection de l’environnement. « C’est une résidence qui donne l’occasion aux artistes créateurs de participer à la protection de l’environnement en communion avec le public. Notre souhait serait qu’au terme de la résidence, que les œuvres de Parakou soient primées. Aussi, souhaiterions-nous que les plasticiens de Parakou bénéficient de renforcement de capacités avant la prochaine édition de 2016 », a-t-il conclu.

5-01-2016, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

En vérité : Le geste du cœur !
26-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
L’eau potable, bientôt, jaillira dans les Collines ! Allégresse à Bantè, Dassa-Zoumè, Glazoué, Ouessè, Savalou et Savè. L’annonce en vaut la peine. (...) Lire  

En vérité : Après Macron, la Cedeao… !
25-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un éternel recommencement !
25-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Un en chute libre
24-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Culture en danger…
30-06-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 450

Organisation du Hadj 2015 : Le plaidoyer d’un convoyeur de (...)
21-07-2017, La rédaction
Si l’organisation du Hadj 2016 a été un succès, sous la houlette du Nouveau départ, et que celui de 2017 se prépare (...)  

Adjogan : le rythme de la canne : L’héritage des Aïnonvi
21-07-2017, La rédaction
Autrefois canne à percussion, le adjogan s’est révélé au fil des jours un rythme exécuté dans les cours royales lors des (...)  

Au centre multicorps de Cotonou : Comédiens et danseurs dans (...)
21-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
La thématique est originale et les acteurs se retrouvent dans un nouveau rôle, une nouvelle expérience avec la (...)  

15 ans après son dernier passage au Bénin : Aïcha Koné replonge le (...)
5-07-2017, La rédaction
Le temps n’est vraiment pas clément ce samedi soir. Mais pour l’amour de la musique et surtout pour la diva Aïcha (...)