Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Soupçons de mauvaise gestion au Bubédra : Des artistes dénoncent une fraude dans la redistribution des droits d’auteurs

La Fédération des Associations de Musiciens Traditionnels du Bénin (Famtb) doute de la gouvernance actuelle au sein du Bureau Béninois des Droits d’Auteurs (Bubédra). A travers un sit-in le vendredi dernier, ces artistes ont porté leurs soupçons et autres revendications à la connaissance des autorités de l’institution.

Les artistes regroupés au sein de la Famtb sont préoccupés par la mauvaise gestion des droits d’auteurs. En effet, certaines personnes auraient la possibilité d’émarger au Bubédra sans avoir la qualité d’artiste. De quoi frustrer la Famtb qui a saisi l’opportunité de la tenue du Conseil d’Administration pour mieux se faire entendre. « Nous exigeons que l’on retrouve à tout prix les artistes fictifs et que l’on sanctionne les auteurs et responsables des malversations opérées au Bubédra », a déclaré Jean Pierre Kiki Hountin, au nom de ses confrères mécontents. Cependant, il n’y a pas que cette question qui fâche les artistes. Il y avait aussi au menu de ce sit-in, ce que les manifestants appellent l’immixtion désagréable de certains responsables d’Associations dans cette affaire dont ils ne maitrîsent pas le contour et la nécessité que les musiciens traditionnels soient traités à la mesure de la loi de la majorité dans les prises de décisions concernant le Bubédra, notamment en ce qui concerne la désignation du Président du Conseil d’Administration. Les autres récriminations et doléances sont contenues dans une lettre adressée au Ministre en charge de la Culture, en date du 28 septembre 2015. Pour ces manifestants, la non satisfaction des revendications les obligerait à se lancer dans une lutte sans merci pour défendre leurs intérêts. Faut-il le souligner, la manifestation a été écourtée quelques instants après par l’intervention de la police.
Fulbert ADJIMEHOSSOU (Coll.)

19-10-2015, La rédaction


CHRONIQUES

En toute sincérité : Pas de roi sans reine, pas de reine sans (...)
28-07-2017, La rédaction
En amour, on se dispute, on s’entredéchire mais on reste unis. C’est ainsi que va la vie, et nul ne peut affirmer le contraire. Les conflits font (...) Lire  

En vérité : Micmac à préjudice pour Djougou (...)
27-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le geste du cœur !
26-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Après Macron, la Cedeao… !
25-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un éternel recommencement !
25-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Un en chute libre
24-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Culture en danger…
30-06-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 450

Les outils d’une gouvernance au service des peuples : L’ouvrage (...)
27-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
La salle de conférence d’Azalaï hôtel de Cotonou, a abrité dans la matinée d’hier, la première séance de vulgarisation de (...)  

Organisation du Hadj 2015 : Le plaidoyer d’un convoyeur de (...)
21-07-2017, La rédaction
Si l’organisation du Hadj 2016 a été un succès, sous la houlette du Nouveau départ, et que celui de 2017 se prépare (...)  

Adjogan : le rythme de la canne : L’héritage des Aïnonvi
21-07-2017, La rédaction
Autrefois canne à percussion, le adjogan s’est révélé au fil des jours un rythme exécuté dans les cours royales lors des (...)  

Au centre multicorps de Cotonou : Comédiens et danseurs dans (...)
21-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
La thématique est originale et les acteurs se retrouvent dans un nouveau rôle, une nouvelle expérience avec la (...)