Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Un an d’épiscopat : L’évêque de Dassa sème les germes de l’espérance

28 Mars 2015-28 Mars 2016. IL y a plus d’un an que Monseigneur François Gnonhossou a été sacré évêque au sanctuaire marial notre dame Arigbo de Dassa- Zoumé avec prise de possession de son siège canonique. Au terme d’une année d’épiscopat à la tête du diocèse de Dassa, beaucoup de choses ont été faites au sujet de son projet d’action qui est le développement humain, social et d’infrastructures.

Semez, d’autres récolteront. Telle est la logique du deuxième évêque de Dassa-Zoumé, Monseigneur François Gnonhossou qui a été nommé le 12 février 2015 par le Pape François. Après sa prise de fonction, l’évêque a commencé par travailler dans le diocèse avec des projets bien définis.
Ayant constaté que dans beaucoup de domaines, le diocèse est en retard, il a jeté son dévolu sur le secteur agropastoral et à ce sujet, la ferme du village Agbon dans la commune de Bantè située à 55km de Dassa a été ressuscitée. Le prêtre Jules Hodonou a été nommé pour développer ce secteur d’activité. L’évêché de Dassa est en quelque sorte le terrain expérimental de tous les projets que le prélat est en train d’initier dans le diocèse. En janvier dernier, 32 jeunes ont été recrutés pour la formation dans le domaine agropastoral. Ces personnes ont été logées au Cafod, côté opposé au sanctuaire marial. Et ils vont travailler à l’évêché. Le diocèse a bénéficié d’un domaine de 300 hectares qui se trouve à Sandéou à Oké-Owo dans la région de Savé. Le domaine va être mis en valeur sous peu pour permettre au diocèse de s’assurer l’autosuffisance alimentaire. L’évêque a aussi acquis 134 hectares dans le village Goussoué dans l’arrondissement de Paouignan commune de Dassa- Zoumé après sa prise de fonction. Bientôt, le cheptel du diocèse qui est présentement dans la localité d’Ikpinlê va être ramené dans la ferme de Goussoué à Dassa. Au cafod, la transformation des fruits sous la direction de Madame Adélaïde Laorou va commencer. L’évêque a fait forer deux puits à l’évêché pour pouvoir réussir son projet de maraîchage et de pisciculture. A cet effet, deux étangs ont été réalisés pour retenir de l’eau pendant la saison sèche. L’évêque a aussi initié la cuniculture pour faciliter la tâche aux jeunes qui désirent apprendre ce métier.

Donner une image rayonnante au Cafod
Le cafod qui sert de lieu d’hébergement aux pèlerins était dans un état piteux avant l’arrivée de Monseigneur Gnonhossou. Le triste spectacle de malpropreté notoire qu’offre cet endroit inquiétait tout le monde. Sur ce site, il y a un centre d’accueil de 42 chambres qui a été initié depuis le temps du 1ere évêque de Dassa monseigneur Antoine Ganyé et qui s’était arrêté faute de financement. Dès l’arrivée de Monseigneur Gnonhossou, ce centre a été rénové et sera opérationnel pour le pèlerinage prochain. Sur le même site, il y a d’autres bâtiments vétustes avec des toits usés qui ont été remis à l’état neuf. Certains bâtiments ont été réhabilités. Les dispositions sont prises pour qu’au pèlerinage prochain, les fidèles de l’église catholique qui voudraient se confier à la Vierge Marie le fassent dans les conditions requises. Dans le même temps, l’évêque œuvre pour que le site ait un autre centre d’hébergement. Actuellement, l’évêque fait des pressions sur les entrepreneurs pour que la chapelle d’adoration qui est en construction soit opérationnelle pour le prochain pèlerinage.

La quintessence de la ligne éditoriale de l’évêque est l’unité.
Le souci majeur de l’évêque est de rassembler tous les fils du diocèse, quelle que soit leur aire culturelle, qu’ils soient Itcha Ife ou Tchabè, Idasha ou Mahi afin de mettre en place une fédération des ethnies en dehors de leur appartenance politique. Pour l’évêque, on ne peut pas faire la pastorale sans prendre en compte la question de l’unité. L’évêque insiste sur la pastorale de la vie chrétienne profonde, sur un véritable amour de l’église et de Jésus- Christ.

Historique du diocèse de Dassa
Erigé le 05 avril 1963 par division du diocèse de Cotonou, le diocèse d’Abomey n’était dirigé que par un seul évêque en la personne de feu monseigneur Lucien Monsi –Agboka. L’idée de l’église était, entre temps, de rapprocher les pasteurs de leurs ouailles en créant les diocèses à taille moyenne et en scindant les diocèses trop grands. Eu égard à tout cela, il s’est avéré nécessaire de scinder le diocèse d’Abomey en deux et Feu Monseigneur Agboka s’y était merveilleusement employé.

Et c’est ce qui a donné naissance à celui de Dassa.
Jusqu’en Juin 1995, le diocèse d’Abomey couvrait une superficie de 18.931 km². Créé le 10 Juin 1995 par démembrement de celui d’Abomey, le diocèse de Dassa-Zoumé couvre, une superficie de 13.931km². De ce point de vue, le diocèse reste encore, à lui tout seul, un grand diocèse, celui d’Abomey ne couvrant plus que 5000km². Il couvre aujourd’hui les six communes du département des Collines. Voilà, en grandes lignes, la genèse et la consistance de l’érection du diocèse de Dassa-Zoumé.

10-08-2016, Félix AGOHOUNGO


CHRONIQUES

En toute sincérité : Couple tête baissée !!
24-02-2017, Naguib ALAGBE
Sur le revers d’un veston, un long cheveu blond. Dans une poche, la facture d’un romantique restaurant. Et, un discret mais éloquent parfum émanant (...) Lire  

En vérité : La Cpi malgré tout !
22-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Pour un Hadj sans tribulations
22-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les Cauris au gré des intérêts (...)
20-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Couple et Incompatibilités (...)
17-02-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Des sacrifices pour l’intérêt (...)
14-02-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Nouvel an chinois : 2017 : l’année du coq
5-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 420

Promotion du patrimoine culturel immatériel du Bénin : L’Ensemble (...)
24-02-2017, Arnaud DOUMANHOUN
La culture au service du développement restera un vœu pieux si les politiques publiques, de même que les organismes (...)  

Interview avec John Arcadius « Je n’ai pas disparu…Je vais souvent à (...)
9-02-2017, La rédaction
De son vrai nom Comlan Arcadius Avaligbé, John Arcadius est un artiste musicien (chanteur, auteur compositeur, (...)  

Projection des six meilleurs films de Rebiap 2016 : Le cinéma à (...)
9-02-2017, Isac A. YAÏ
Dans le cadre des activités d’après festival, Eric Nougloi, Promoteur des Rencontres de belles images africaines à (...)  

5e édition du festival de cinéma de la « Rebiap » : Parakou célèbre (...)
7-02-2017, Isac A. YAÏ
« La politique cinématographique béninoise à la croisée des chemins », tel est le thème de la 5ème édition du festival de (...)