Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Univers de la mode au Bénin : Des habits brodés, un nouveau style qui gagne du terrain

Hommes, femmes, jeunes et vieux aiment porter de nos jours des vêtements brodés. Un style vestimentaire remarquable au regard de la beauté et de l’élégance qui s’en dégagent. Des spécialistes du métier et fanatiques des habits brodés en parlent.

JPEG - 89.9 ko

Il est fréquent de voir lors des grandes réjouissances hommes, femmes jeunes et vieux porter des habits brodés, un style très prisé actuellement dans les grandes villes du Bénin comme Cotonou, Abomey-Calavi, Porto-Novo et autres. Pour certains fanatiques, porter des habits brodés, c’est une façon de se distinguer dans un groupe ou de prouver son identité culturelle. « J’aime porter des habits brodés parce que je suis Sénégalais et chez nous, quand on coud, surtout les basins, il faut les broder », soutient fièrement Diallo. Quant à Mounirath, comptable dans une société de la place, elle se sent très à l’aise dans les tenues traditionnelles brodées. « Je porte des habits brodés pour me faire remarquer positivement, car de nos jours, il est fréquent de voir des femmes porter des jeans serrés et des tee-shirts qui laissent le nombril et parfois le postérieur à découvert », a-t-elle expliqué.
Abondant dans le même sens, dame Sabirath, commerçante au marché Dantokpa estime que la broderie permet de se faire remarquer et donne plus de valeur au tissu. Par ailleurs, les spécialistes de la broderie renseignent que c’est un travail qui nécessite beaucoup d’attention, de créativité et surtout de finesse pour sortir des habits bien brodés. Si certains se prononcent sur les différents types de broderie, d’autres par contre parlent des matériaux utilisés et des difficultés rencontrées dans le métier. Edmond Hessou, patron de Bel Duel Fashions s’intéresse aux différents types de broderie. « Il y a quatre types de broderie : la broderie phonixe, la broderie petit fil, la broderie gros fil et la broderie à main ». A l’en croire, la broderie gros fil coûte cher, car elle nécessite plus de fil et cela donne de l’esthétique au tissu.
Agbangla Wil est le patron de Prestige Elégencia Kim Confession. Il parle ici des équipements utilisés dans la broderie. « Pour faire de la broderie, il faut la machine, les fils en fonction de la couleur du pagne, le fer à repasser pour coller et surtout le courant électrique ». A l’en croire, le coût varie en fonction du type de broderie et du modèle. Néanmoins, il estime que pour une broderie hommes, la frappe du devant, des poches et les contours des manches, cela peut coûter en moyenne 2000 à 3000 Fcfa. Pour sa part, Atekodjina Antonin, patron de l’atelier Antonos couture parle des difficultés rencontrées dans la broderie. « La toute première difficulté est le fait que l’on prenne le tissu d’un client qu’on brode sans qu’il n’ait choisi un modèle type donné. Donc, on craint qu’à la livraison, qu’il rejette le travail fait. S’il n’apprécie pas, alors surviennent les problèmes. Lors de la broderie, il peut arriver que l’huile de la machine tâche le pagne ou que la braise de charbon tombe sur le tissu lors du repassage, le client peut exiger le de remboursement. Par contre, certains clients sont compréhensifs et vous diront de laisser tomber », confie-t-il tout en ajoutant qu’il y a des clients qui, par manque d’argent, ne viennent pas chercher leur tenue. Abondant dans le même sens, Edmond Hessou évoque les dispositions à prendre pour ne pas décevoir les clients. « Quand un client vient faire des commandes, il faut lui présenter le catalogue pour éviter des désagréments et bien suivre le travail, surtout avec les apprentis qui sont souvent à la base des risques », a-t-il conclu.
Paris Z. KOUKPONOU (Stag)

18-09-2015, La rédaction


CHRONIQUES

tribune verte : L’audace d’assainir les villes
1er-12-2016, La rédaction
Sous la rupture, les villes s’apprêtent à faire leur toilette. Le Gouvernement Talon retrousse les manches pour débarrasser huit principales villes (...) Lire  

Plume libre : Zèle et excès à la Haac !
30-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : Le péril du feu
30-11-2016, Moïse DOSSOUMOU
Plume libre : Le duo Ajavon-Kotingan
28-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Plume libre : Le mystère de la cocaïne (...)
24-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La croisade pour la paix
21-11-2016, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 420

3ème édition du festival Mia : Pour la promotion des instrumentistes
29-11-2016, La rédaction
La ville de Cotonou accueille la 3ème édition du festival des Meilleurs Instrumentistes d’Afrique (Mia). Ce grand (...)  

« L’affaire Coovi : Chronique d’un procès au goût d’inachevé (...)
24-11-2016, La rédaction
L’assassinat de l’ancien président de la Cour d’appelde Parakou, Sévérin CodjoCoovia,pendant longtemps, défrayé la (...)  

Métier de la broderie : Un secteur d’activité menacé
20-10-2016, La rédaction
Spécialité des Sénégalais, la broderie est un métier qui permet d’apporter une touche particulière aux vêtements. Malgré (...)  

Louis Biao, Directeur général l’Anssfd : « Nous mettons hors d’état (...)
29-09-2016, La rédaction
Après l’affaire Icc-Services, le gouvernement a mis en place l’Agence Nationale de Surveillance des Systèmes (...)