Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


3ème Congrès ordinaire de Restaurer l’espoir : Le parti de Candide Azannaï se positionne aux côtés du peuple

JPEG - 265.5 ko

Une décennie après sa création, le parti Restaurer l’Espoir tient bon, et mobilise ses militants pour de nouvelles batailles. Sous l’égide de son président Candide Azannaï, le Parti a tenu le samedi dernier au Palais des congrès de Cotonou, son 3ème congrès ordinaire. Ce congrès qui a mobilisé plus de 1200 participants, venus de toutes les régions du Bénin, a été une occasion pour faire le point de la contribution de Restaurer l’Espoir à l’animation de la vie politique et se relancer suivant les exigences actuelles. « Depuis 11 ans, seul ou en alliance, nous avons tenu notre rang. Il n’y a pas eu de législature où nous avons été absents, il n’y a pas eu d’élections communales ou locales où nous n’avons pas été représentés », a souligné Candide Azannaï, Président de Restaurer l’Espoir. Mais en dehors de cette fierté, Restaurer l’Espoir se donne également pour objectif de répondre aux aspirations des Béninois à travers une action politique cohérente et crédible. Les assises se sont d’ailleurs déroulées autour du thème : « Crédibilité politique et confiance publique : s’engager pour l’intérêt général ». « Ce thème nous interpelle devant le constat d’une crise politique sans précédent aggravée par d’inquiétantes dégradations de l’image que nous renvoie l’homme politique. Pour certains, la politique n’est qu’un instrument qui renforce les puissants et opprime les peuples », a affirmé Candide Azannaï.
« Nous avons décidé de rester du côté du peuple ».

JPEG - 244.1 ko

Très attendue depuis la démission de Candide Azannaï du Gouvernement, la position du parti par rapport au Nouveau départ a été dévoilée à l’issue des travaux. Restaurer l’Espoir ne s’affichera pas comme étant un parti de l’opposition mais entend œuvrer pour la prise en compte des aspirations du peuple. « Il y a des dissensions entre le gouvernement et nous-mêmes, mais nous ne nous sommes pas enregistrés, nous n’avons pas rempli les formalités qu’il faut pour être de l’opposition. Donc, nous sommes critiques et nous avons décidé de rester du côté du peuple », a fait savoir le communiqué final du Congrès lu par Guy Mitokpè. L’ancien président Nicéphore Soglo est solidaire de la vision du parti. Parmi la pléthore de personnalités qui ont rehaussé de leur présence ce rendez-vous politique, il a déclaré lors de son allocution : « Ceux qui sont là partagent les mêmes espoirs, et je suis sûr que nous allons gagner ». Le nouveau logo de Restaurer l’Espoir dévoilé est représenté par la carte du Bénin, peinte en jaune. A travers cette couleur, le parti montre ses nouvelles aspirations pour le Bénin qui sont la richesse et la prospérité, a laissé entendre l’Honorable Guy Mitokpè. Les congressistes ont reçu également, entre autres, le soutien des députés Eric Houndété, Zéphirin Kinjanhoundé, Atao Hinnouho, Augustin Ahouanvoébla (à la tête d’une délégation du Prd), du maire Léhady Soglo, de Rosine Vieyra Soglo, du constitutionnaliste Joël Aïvo mais également des partis Udbn de Claudine Prudencio et Rnd de Jean Michel Abimbola.
Rodrigue ADJAKIDJE (Stag)

Discours d’ouverture solennel du 3e Congrès Ordinaire du Parti RESTAURER
Mesdames et Messieurs les Présidentes et Présidents,
Mesdames et Messieurs les Représentants des Partis et Alliances de Partis,
Mesdames et Messieurs les membres du Bureau politique,
Autorités religieuses et traditionnelles, Distingués invités,
Militantes et militants, Sympathisantes et sympathisants,
Chers congressistes,
Mesdames et messieurs les journalistes,

JPEG - 203.6 ko

Mesdames et messieurs,
Mes premiers mots, en ce moment où s’ouvre le troisième congrès ordinaire de mon Parti, vont au peuple béninois à qui j’adresse mes très chaleureuses salutations ainsi que mes vifs remerciements pour le soutien constant qu’il a toujours témoigné à notre Parti et à mon humble personne.
A la suite du Président du comité d’organisation de ce congrès, je tiens à souhaiter la bienvenue à cette cérémonie, à tous nos distingués invités et à tous les congressistes venus de Cotonou, des Départements de notre pays et de la diaspora béninoise dans le monde. Votre présence nous honore.
Recevez ici notre sincère gratitude et l’assurance de notre cordiale estime. Je voudrais exprimer mes sincères remerciements aux responsables des Partis politiques présents à ces assises, soyez assurés de notre parfaite considération et de notre reconnaissance.
Je remercie très profondément le Président du comité d’organisation du congrès, l’Honorable Jules GNAVO, l’une des meilleures personnes dont on puisse rêver à ce poste, ainsi que tous les membres du comité. Je remercie l’Honorable Guy Dossou MITOKPE, Secrétaire Général du Parti, les élus nationaux, communaux, locaux et les bénévoles du Parti qui ont contribué à la tenue de l’événement de ce jour.
Vous êtes les meilleurs, le Parti est fier de vous et je salue votre dévouement et votre générosité. Mesdames et messieurs les Présidentes et Présidents, Distingués invités, Chers congressistes, Mesdames et Messieurs, Restaurer l’Espoir est né il y a onze ans (11 ans) à un moment crucial de notre histoire politique.
Aujourd’hui, nous pouvons être fiers du chemin parcouru. Il y a 11ans, nous l’avons porté sur les fonds baptismaux. Il y a 11ans, nous avons fait l’option fondamentale du Libéralisme social, un courant conciliant les valeurs du libéralisme à celles inspirées de l’humanisme. Depuis 11ans, seul ou en alliance, nous avons tenu notre rang. Depuis 11ans, il n’y a pas eu de Législature où nous avons été absents.
Depuis 11ans, il n’y a pas eu d’élection communale et locale où nous n’avons pas été représentés. C’est le lieu de saluer les membres fondateurs, à qui nous rendons hommage pour leur engagement et leur détermination, pour leur clairvoyance. C’est également le lieu de saluer le courage et le dynamisme de nos militants et sympathisants pour notre lutte commune en vue de l’instauration d’un Bénin meilleur pour tous. Le Parti Restaurer l’Espoir vous en sera toujours reconnaissant. Le sens de notre engagement en politique c’est de nous assurer que chaque enfant de ce pays peut aspirer à la dignité et au meilleur.
Ce troisième congrès de notre Parti est placé sous le thème : ‘’Crédibilité politique et confiance publique : s’engager pour l’intérêt général’’.
Je mesure à sa juste valeur les enjeux d’un tel thème et je m’en réjouis. Je m’en réjouis parce que simplement ce thème nous interpelle devant le constat d’une crise de confiance publique sans précédent ; crise de confiance aggravée par d’inquiétantes dégradations de l’image que nous renvoie l’homme politique. Pour certains la politique n’est qu’un instrument qui favorise les puissants et brime les peuples.
D’aucuns définissent la politique comme un terrain fertile pour les combats d’égo et les compromissions de toutes sortes. Certains sous le couvert du pouvoir politique utilisent les leurres et les bricolages esthétiques comme modes de gouvernance. A quoi servirait la politique si elle consistait seulement à promettre au peuple les lendemains qui chantent et à repousser continuellement la réalisation de cette promesse ? Camus écrivait ‘’vivre c’est ne pas se résigner’’.
A Restaurer l’Espoir nous croyons à l’engagement sincère comme levier du progrès et gage de l’amélioration des conditions de vie de nos populations. Pour nous, taire les entorses et les violations à la loi, les dissimuler ou feindre de ne pas les voir, se résigner, c’est les accepter.
Les convictions qui sont les nôtres ne sont pas de vains mots. En tant que politique, il est de notre devoir de faire mentir ces assertions qui décrédibilisent le politique, ruinent la confiance publique et interrogent l’engagement militant et l’utilité des Partis politiques. La politique se légitime par la crédibilité de ses acteurs. Cette crédibilité n’est pas mesurable à l’achat des consciences.
Elle ne peut se jauger à l’aune des soutiens politiques forcés et manipulés. Elle est consubstantielle à la confiance que les populations placent en leurs dirigeants et cette confiance n’est pas aveugle. Du moins, elle ne peut l’être continuellement. Je pense avec Rousseau que « le citoyen doit s’armer de force et de constance et dire chaque jour de sa vie au fond de son cœur, ce que disait un vertueux Palatin dans la Diète de Pologne ‘’je préfère, les dangers de la liberté au repos de la servitude’’ ».
Mais pourquoi s’interroger sur la crédibilité politique ? Pourquoi s’interroger sur la confiance publique ? Et pourquoi s’interroger sur le sens de notre engagement politique ? En s’appuyant sur Sandy Allgeier, nous pouvons comprendre mieux l’intérêt que revêt la crédibilité politique.
« Si vous n’êtes pas crédibles, les gens ne vous feront pas confiance. S’ils ne vous font pas confiance, vous ne parviendrez pas à les convaincre. Et si vous ne parvenez pas à les convaincre, vous ne pourrez pas régler les problèmes, innover ou diriger ».
Car la confiance ne s’achète pas. Elle se mérite. Elle est essentielle à la réussite de toute entreprise. Elle permet d’inspirer confiance. Elle permet à l’entourage de l’acteur public d’adhérer à ses idéaux. Nous voudrions partager également avec cette auguste assistance quelques ingrédients de base que nous empruntons à Renée Parent à propos de la crédibilité. La crédibilité suppose la compétence la transparence, la cohérence, les habiletés relationnelles, la démonstration des qualités que les populations estiment importantes pour leur épanouissement, la disponibilité à être en mode écoute et non uniquement en mode commandement.
Nous pensons avec Sandy Allgeier, que la crédibilité se gagne par les gestes et non par le statut et le pouvoir, la sincérité génère la confiance. « La sincérité réside dans le fait qu’une personne soit engagée par ce qu’elle dit, dans ce qu’elle dit. Qu’elle porte le trouble et l’émotion sans quoi ses actes et ses paroles n’emportent aucune crédibilité. » recommandait J. L. Austin On augmente ses chances d’inspirer confiance quand on s’abstient de jugements hâtifs, rusés, violents et enragés.
Il faut être ouvert aux opinions des autres.
Lhomme politique doit avoir des aptitudes à communiquer, le respect, l’ouverture, l’écoute et la facilité à nouer de bonnes relations. Il faut avant de s’engager à faire quelque chose, s’assurer de sa faisabilité, et aussi ne pas prétendre qu’on a des principes mais les bafouer à la première occasion ou agir avant de réfléchir. L’homme politique doit-il être un Euripide pour qui c’est « la langue qui promet et non le cœur » ? Pour nous à Restaurer l’Espoir, l’homme politique doit être un soldat de l’intérêt général et la crédibilité son uniforme de combat.
A ce propos, je voudrais me référer à Meninecke dans son célèbre ouvrage L’idée de la raison d’Etat dans les temps modernes, « L’homme d’Etat perd la liberté d’agir de façon personnelle et arbitraire ; il est un soldat au service de l’Etat". Pour être crédible, il faut avoir la confiance publique. La confiance publique est la pierre centrale de tout système démocratique bien portant.
Elle n’est pas un chèque en blanc. La confiance publique repose sur les exigences de la moralisation de la vie publique, de la transparence, de la bonne gouvernance et de la condamnation des conflits d’intérêt dans l’exercice des pouvoirs publics.
Notre Parti nous invite et invite également les responsables politiques quels que soient leurs bords à méditer ces mots.
Mesdames et messieurs, il faut redonner confiance aux forces vives de notre Nation, les cadres, les commerçants, les ouvriers, les paysans, les artisans ; hommes, femmes, jeunes, déçus par la pratique de la politique dans notre pays depuis des décennies.
La confiance publique est déterminée par la part de l’intérêt général dans les préoccupations des acteurs politiques. Il y a confiance publique si cette part remplit la totalité de l’action publique. Il existe pour l’homme politique des possibilités de renouer ou de rétablir ou encore de restaurer la confiance publique en respectant les lois, en tenant parole c’est-à dire en établissant l’équilibre entre son dire et son agir.
La confiance publique est donc indissociable de l’intérêt général. Mais à quoi reconnaît-on le respect de l’intérêt général, gage de la confiance publique ? L’intérêt général peut se définir comme une situation qui génère un bien-être pour tous les individus d’une société. L’intérêt général est donc ce qui profite à toute la communauté entière, ce qui va dans l’intérêt de tous. Il s’oppose à l’intérêt personnel. Il est des principes de l’intérêt général que l’Etat ne peut être réduit à une association d’individus ayant en vue leurs intérêt particuliers.

Mesdames et messieurs les Présidentes et Présidents,
Distingués invités
Chers congressistes,
Mesdames et messieurs,

L’intérêt des travaux des présentes assises n’est pas seulement dans la réappropriation de la place centrale exclusive que doit avoir pour le politique la triade crédibilité politique- confiance publique et intérêt général. Nous voulons provoquer une manière autre de faire la politique sans avoir exclusivement recours à la ruse, à la rage, à la violence, à l’immoralité, à la cupidité et au mensonge. En un mot, la politique ne peut pas se dérouler sur le seul terrain de l’immoralité, des compromissions et des égos surdimensionnés qui menacent, intimident, terrorisent et usent de la corruption.
Hegel évoquait le caractère inacceptable de l’idée d’opposition entre la raison d’Etat et les devoirs de la morale. Machiavel qui sert souvent de refuge à certains pour justifier toutes sortes de perversions en politique, n’exclut pas du tout la nécessité du vrai. Il met en garde le prince contre les dangers de l’ivresse de la flatterie. Il conseille de s’abstenir des biens des concitoyens et des sujets et de leurs femmes et recommande la lucidité requise pour fuir les flatteurs. L’homme politique doit armer (au sens d’éduquer) et renforcer ses militants pour que leur courage, leur détermination, leurs compétences soient au service de l’intérêt général.
À Restaurer l’Espoir, nous nous interrogeons à la suite de biens d’autres, si tous les coups devraient être permis ? Ne faudrait-il pas avoir une éthique forte pour aller plus loin comme le recommandent des sagesses ? Combien de personnes continueront-elles de vivre heureux ou tout au moins, de survivre dans nos contrées, si tout autant que nous sommes, nous nous complaisons dans le confort du "oui du résigné " ou de l’inaction ? Un de nos illustres contemporains disait : " le mal triomphe par l’inaction des hommes de bien".
Aujourd’hui, le mal qui nous guette, et qui est déjà à nos portes, a pour nom la résignation face à la surpuissance de l’intimidation des fortunes supposées ou réelles. Nous sommes dans un pays où une large partie de la population n’a pas le minimum vital. Nous sommes dans un pays où les offres d’emploi sont infimes comparativement aux demandes.
La principale préoccupation de notre jeunesse, aujourd’hui, c’est l’emploi. Nous devons y réfléchir davantage.
Je pense à nos jeunes enfants sortant chaque année de nos universités, écoles et lycées professionnels. Je pense à toutes celles/ceux qui n’ont plus de perspectives d’avenir.
Je pense aux femmes qui doivent supporter seules les charges du ménage.
Je pense à celles/ceux qui sont obligés de s’adonner à des emplois peu qualifiés, malgré leur niveau d’études élevé, pour joindre les deux bouts.
Je pense à tous ceux qui sont laissés en rade par les politiques publiques.
Il faut que ces personnes n’ayant plus foi en l’action publique sachent qu’il est possible d’espérer.
Il faut que, par nos actes et positions, celles/ceux-là sentent que tout n’est pas perdu. Le Bénin prospère, solidaire et rayonnant est possible. Pour cela, il faut des actions fortes. C’est pourquoi, nous lancerons, d’une part, l’approfondissement, comme par le passé, des réflexions sur les micro-projets, dispositifs pouvant permettre à un large pan de notre population de sortir de la pauvreté et d’autre part, des perspectives sur l’adaptation de la formation aux opportunités d’emploi et sur l’écosystème du numérique.

Distingués invités,
Chers congressistes,
Mesdames et Messieurs,

La vérité apaise. La vérité rassemble. La vérité, c’est que le parti « Restaurer l’Espoir » s’est toujours engagé pour les réformes courageuses visant à transformer en profondeur notre modèle économique.
La vérité, est qu’il est illusoire de croire que le développement apaisé des nations en système de Democratie moderne doit être bâti sur les décombres de la paix sociale.
La conception du développement à pas de charge sera insupportable et nous paraît une provocation incompatible avec la sociologie de développement de nos populations.
Réformer courageusement et sans parti pris dans la concertation, tel est notre leitmotiv. Avant de clore mon propos, je voudrais signifier, une fois encore, à toutes et à tous que notre mouvement rêve d’un pays où la liberté et l’égalité sont chéries. Il rêve d’un pays où les mots travail, justice et fraternité ont un sens. Il rêve d’un pays où le mot solidarité a un sens. Il rêve d’un Bénin prospère, solidaire et rayonnant.
Notre Peuple tient à la Democratie pluraliste et moderne comme à la prunelle de ses yeux. A l’issue des travaux de ce Congrès, nous aurons à examiner les statuts, le règlement intérieur et autres textes réglementaires de notre parti.
Nous aurons également à procéder au renouvellement des organes nationaux de notre parti.
Nous aurons à nous prononcer sans complaisance sur l’impact de l’avènement du régime actuel, sur la vie de la Nation, sur l’image de notre pays, sur les conditions de vie des populations secteur par secteur. Nous devons évaluer la relation de notre Parti avec le régime actuel et en déduire les résolutions qui s’imposent relativement à notre profession de foi et à nos engagements envers les populations.
Les militantes, militants, les sympathisantes et sympathisants, le Peuple attendent avec beaucoup d’intérêts les conclusions de nos travaux en vue de la promotion d’une politique d’exemplarité républicaine. Même la communauté internationale attend nos conclusions.
Pour ma part, il ne me reste qu’à souhaiter que ces conclusions notamment les résolutions et recommandations pertinentes qui seront formulées soient à la hauteur des attentes.
Pour terminer, à tous nos distingués invités et aux congressistes, je réitère mes souhaits de bienvenue et je dis, ayons une confiance inébranlable pour l’avenir.
Je déclare ouverts les travaux du 3e Congrès de Restaurer l’Espoir.
Dieu bénisse nos travaux.
Dieu veille sur notre Pays.
Je vous remercie de votre attention.

6-06-2017, La rédaction


CHRONIQUES

Le dernier sacerdoce de Houngbédji !
17-08-2017, Angelo DOSSOUMOU
L’initiative a peut-être surpris plus d’un. Mais pas moi. Le numérique, Houngbédji l’a dans la peau. Pour la jeunesse africaine, il en veut une (...) Lire  

Editorial : Le défi d’une bonne rentrée
17-08-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La belle politiquement cocufiée (...)
16-08-2017, Isac A. YAÏ
Editorial : Sous la menace du terrorisme
16-08-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Un Psd, deux ailes !
14-08-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Ces valeureux sportifs béninois
14-08-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Quelques axes de l’audit du Fnm
16-08-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2280

A l’ère du Nouveau départ : L’or blanc retrouve des couleurs
18-08-2017, Angelo DOSSOUMOU
Une campagne cotonnière bouclée avec une production record, et une autre en cours avec de très bonnes perspectives. A (...)  

Les membres de la Haute cour de justice formés à la tenue de procès (...)
17-08-2017, La rédaction
La présidente de la Haute cour de justice, Marcelline Gbèha Afouda a officiellement lancé hier à la Cour d’Appel (...)  

Campagne cotonnière 2017-2018 : 105 milliards déjà payés aux (...)
17-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
L’Association interprofessionnelle de coton (Aic) et les égreneurs travaillent en parfaite intelligence pour (...)  

Quelques axes de l’audit du Fnm
16-08-2017, La rédaction
Le 02 août dernier, le Conseil des ministres s’est penché, entre autres, sur le compte rendu de la mission d’audit (...)