Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Après les mesures de suppression des postes coûteux : Bientôt un contrôle physique avant le payement des salaires

JPEG - 162.3 ko

Le gouvernement de la rupture déborde d’imagination pour faire face aux difficultés de trésorerie de l’Etat. 2200 milliards de dette intérieure hérités du régime Yayi, un lourd passif qu’il faut gérer avec le dépassement du ratio masse salariale sur ressources fiscales, de l’ordre de plus de 40% contre la norme Uemoa de 35%. ‘’Ce n’est pas acceptable. On a entrepris des actions pour limiter les dégâts et contenir la masse salariale… Nous envisageons des mesures dont l’impact sera fort, on va faire un contrôle physique pour le paiement des salaires d’ici septembre…’’, a déclaré hier à l’hémicycle, le ministre des finances Romuald Wadagni. Voilà qui est clair. Talon s’engage dans la chasse aux fonctionnaires fictifs. Rien n’échappe à la dynamique de l’amaigrissement des dépenses de l’Etat, devenu le leitmotiv du gouvernement de la rupture. Et pour cause. Dans son entretien au journal Le Monde, le ministre d’Etat chargé du plan, Abdoulaye Bio Tchané déclarait : « En 2015, le Bénin a un déficit de 10% du Pib, la dette représente 41% des recettes de l’Etat, les salaires pèsent pour 50% et 9% pour les autres charges. Au total, il manque entre 360 milliards et 450 milliards pour faire face aux charges de l’Etat ». Ce tableau peu reluisant de l’état des finances publiques à la prise de pouvoir du nouveau régime, confirmé récemment par le Fonds monétaire international (Fmi), ne laissait autres choix à la rupture qu’une politique de réduction des dépenses de l’Etat. Ainsi, après la suppression des institutions budgétivores, de certains postes trop coûteux à l’Etat, le dégraissage de la structure type portant Attribution, organisation et fonctionnement (Aof) des ministères, l’élaboration d’une nouvelle carte diplomatique avec la suppression de neuf (9) missions diplomatiques, le gouvernement s’attaque maintenant à l’épineuse question de la gestion de la masse salariale. Une question assez délicate, qu’il faudra aborder avec la collaboration acteurs sociaux. D’ailleurs, le ministre des finances a été prudent sur le sujet devant la représentation nationale : « On est de concert avec les partenaires sociaux. On n’est pas contre les avantages des travailleurs. On ambitionne tendre vers une meilleure maitrise des charges ».

22-06-2016, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2550

Mise sur écoute des Béninois : La Cour donne carte blanche
22-02-2018, La rédaction
La loi n°2017-44 portant recueil du renseignement en République du Bénin, votée par l’Assemblée nationale le 29 décembre (...)  

Malversation financière au Cncb : Antoine Dayori et le Pca en (...)
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Décidément ! Sous la rupture, la lutte contre la corruption n’épargne presque personne. Grand artisan de l’avènement du (...)  

Saturation de l’actuel cimetière municipal de Parakou : Charles (...)
21-02-2018, La rédaction
L’actuel cimetière municipal de Parakou n’est plus en mesure d’abriter de nouveaux corps. Tels sont les propos du maire (...)  

Conséquences des grèves perlées dans l’administration publique : (...)
20-02-2018, La rédaction
Journée décisive pour les grévistes. Ils attendent de constater sur leurs fiches de paie, la mise à exécution ou non de (...)