Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Bénin : une présidentielle calme malgré la polémique des cartes électorales

JPEG - 46.7 ko

Dimanche, plus de 4,7 millions de Béninois étaient appelés à voter pour élire leur nouveau président. Reportage à Cotonou, où le scrutin s’est déroulé dans le calme malgré des incidents mineurs.
« J’ai voté pour le candidat que Dieu a choisi. Dieu m’a dit pour qui voter tard cette nuit ». Il est 7h45, dimanche 6 mars, dans le bureau de vote du complexe scolaire protestant du quartier Gbedomidji à Cotonou, et Cyprien, 48 ans, une casquette sur la tête et de larges lunettes de soleil, exhibe fièrement son pouce noirci par l’encre.
Comme lui, plus de 4,7 millions de Béninois étaient appelés à voter dimanche 6 mars pour élire leur nouveau président. A l’exception de quelques arrondissements de Cotonou, des départements du Zou et du Plateau (Centre), les bureaux de vote ont ouvert à 7 h ou avec un léger retard lié aussi bien à des dysfonctionnements qu’à l’arrivée tardive des électeurs. Dans Cotonou, les files d’attente ont commencé à se former une heure après l’ouverture officielle des bureaux.
A la mi-journée, si aucun chiffre de participation n’avait encore été communiqué, le scrutin se déroulait dans le calme malgré quelques incidents mineurs. Des électeurs se sont notamment présentés au mauvais bureau de vote, d’autres détenaient leur carte d’électeur mais n’étaient pas inscrits sur la liste électorale. Et dans la commune de Dogbo (Centre), des jeunes adolescents, bien loin de l’âge requis pour voter, ont été rejetés d’un bureau de vote après avoir présenté de fausses cartes d’électeurs.

Craintes de fraude
De fait, les principales craintes de fraude concernaient les cartes d’électeurs – les nouvelles n’ayant pas été distribuées dans les départements du Zou et du Plateau. Samedi soir, Emmanuel Tiando, le président de la Commission électorale nationale autonome (Cena), a déclaré à la presse que « pour éviter qu’il y ait des situations de tension et pour permettre à tous les électeurs de prendre part au vote (…) les anciennes cartes [uniquement celles ayant servis pour les scrutins locaux de 2015] comme les nouvelles pourront être utilisées sur toute l’étendue du territoire national ». Une décision qui contredisait celle prise par la même autorité 24 heures plus tôt.
Conséquence de cette cacophonie, dimanche matin, l’information n’avait pas encore circulé dans tous les bureaux de vote où certains organisateurs pensaient encore que seules les nouvelles cartes étaient autorisées. Si elles ont été distribuées il y a plusieurs semaines, des dysfonctionnement ont persisté comme au complexe scolaire protestant du 7e arrondissement. Résultat, à la veille du scrutin, une centaine de cartes demeuraient sans propriétaire. « Les gens sont un peu perdus. Certains viennent sans carte, d’autres avec leur pièce d’identité seulement », confie Wilfrang Apithy, assistant coordonnateur dans ce bureau de vote.

Les favoris ont voté

JPEG - 56.1 ko

Toujours à Cotonou, le collège de l’Océan dans le quartier Cocotier de la Haie Vives a vu défiler de nombreuses personnalités politiques. Lionel Zinsou, Premier ministre et candidat des Forces Cauris pour un Bénin émergent (FCBE, au pouvoir), y a voté en fin de matinée. Il était accompagné d’un de ses alliés, le député Eric Houndété. Ce dernier a ensuite croisé Ganiou Soglo, ancien ministre, fils de Rosine et Nicéphore Soglo, qui soutient Sébastien Ajavon. C’est dans ce même bureau de vote aussi qu’Ajavon, le roi du poulet, et l’ancien couple présidentiel mais aussi leur autre fils Lehady (qui lui soutient Lionel Zinsou) ont ensuite voté.
De son côté, Patrice Talon a voté en fin de matinée dans le quartier Zongo à Cotonou. Pascal Koupaki a fait de même un peu plus tôt au centre de Sègbohouè dans la Commune de Kpomassè (Sud-Ouest). Quant à Abdoulaye Bio-Tchané, c’est dans le Nord, à Djougou (département de la Donga), qu’il a exercé son devoir de citoyen. Enfin, le président Thomas Boni Yayi s’est déplacé dans son quartier de Cadjehoun, à Cotonou. Fidèle à son habitude, celui qui quittera son poste à l’issue de l’élection a fait le spectacle, demandant à être fouillé avant de voter.

Un scrutin sous surveillance
Plusieurs missions d’observation ont été accréditées pour contrôler la bonne tenue du scrutin (Commission économique des Etats d’Afrique de l’Ouest, Organisation internationale de la francophonie et organisations de la société civile). Membre de l’équipe de l’OIF, le Sénégalais Cheick Tidiane Gadio a appelé « la population à rester calme jusqu’à la proclamation des résultats ». « Ces derniers jours, nous avions des craintes. Mais la dernière décision de la Cena nous a rassuré, nous la saluons. Et aujourd’hui, le vote se déroule dans le calme. On espère que les grandes tendances seront connues rapidement », a-t-il déclaré.
Les bureaux de vote ont fermé à 16h, le dépouillement démarrant immédiatement après. Les résultats sont attendus dans les 72h.
source : (jeuneafrique)

7-03-2016, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : Plaidoyer pour les journées de salubrité
23-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Disons-le sans détour. La ville de Cotonou a besoin d’un bon coup de balai. L’insalubrité qui y règne et à laquelle s’accommodent les habitants de (...) Lire  

En vérité : Fausse route pour l’Unamab !
23-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal : Nécessité d’une Dtn
22-03-2017, Ambroise ZINSOU
Editorial : Les députés face à l’histoire
20-03-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2010

Projet de révision de la Constitution : Talon s’explique et (...)
24-03-2017, La rédaction
Voix grave et visage serein, Talon s’est adressé à l’opinion publique dans un langage clair, empreint d’espoir de voir (...)  

Albert Tévoédjrè sur la révision : « Ici c’est le Bénin, ce projet ne (...)
24-03-2017, La rédaction
Selon un message diffusé en début d’après-midi à Cotonou sur les réseaux sociaux, Albert Tévoédjère, le frère Melchior a (...)  

Débat sur la révision de la Constitution : Le front de sursaut (...)
24-03-2017, Naguib ALAGBE
Ils y étaient, dans le cadre des consultations foraines sur le projet de révision de la Constitution, initiées par (...)  

Révision de la Constitution : Lettre ouverte du politologue Juste (...)
23-03-2017, La rédaction
Manhattan, le 20 mars 2017. Juste Codjo Politologue Kansas State University Manhattan, KS, U SA Email : (...)