Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Budget de l’Assemblée nationale, gestion 2017 : Le parlement dans la dynamique du Nouveau départ

JPEG - 58 ko

Les députés à l’Assemblée nationale examineront ce jour le projet de budget de l’institution pour la gestion 2017. Malgré les nombreux besoins du parlement tels que des bureaux et moyens de fonctionnement, ledit projet de budget qui est d’un montant de 13.448.000.000 Fcfa n’a connu que 3,40% d’augmentation comparativement au budget de l’année 2016 qui est de 13.442.788.538 Fcfa. Cette légère augmentation du montant du projet de budget de l’Assemblée nationale, gestion 2017 est perçue par beaucoup comme une volonté de l’Assemblée nationale de rester dans la même dynamique que le régime du ‘’nouveau départ’’. En effet, depuis l’avènement de ce régime, l’on assiste à une gestion rationnelle des finances publiques. Le premier signal du régime du ‘’nouveau départ’’ a été la réduction du nombre de postes ministériels avec un gouvernement de 21 membres. Ensuite, c’est le Ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni, qui s’est livré à une campagne médiatique sur ce que l’on peut appeler ‘’la gabegie financière’’ sous le régime précédent. Il y a encore quelques mois, l’on parle d’une économie d’environ 40 milliards de Fcfa faite à l’Etat par le gouvernement du président Patrice Talon suite à la suppression des subventions de l’Etat à la filière coton. Sans aucun doute, c’est le président Patrice Talon qui va être satisfait des députés si le budget qu’ils voteront certainement aujourd’hui respectait la lettre de cadrage du gouvernement du nouveau départ. De sources concordantes, l’on apprend que les choses auraient pu se passer autrement si le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, ne s’était pas personnellement pas impliqué dans l’élaboration du projet de budget de l’institution pour l’année 2017. Car, c’est un projet de budget avec une augmentation de 14% par rapport à 2016 qui avait été proposé au départ. Mais, il faudra attendre le sort que vont réserver les députés au projet de budget qu’ils examineront ce jour au Palais des gouverneurs à Porto-Novo. Ceci, étant donné que le Parlement n’est pas fait que de députés pro-Talon ; c’est-à-dire prêts à accompagner la vision du président Patrice Talon sans résistance.

22-09-2016, Karim O. ANONRIN


CHRONIQUES

Editorial : Les bus de la mort
28-06-2017, Moïse DOSSOUMOU
Ils sèment la mort sur nos routes. Avec une rage morbide à peine contenue et une envie toujours renouvelée de faire couler du sang, par leur (...) Lire  

En vérité : A la Rb comme au Psd… !
28-06-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Au fil fébrile de Bénin (...)
27-06-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Talon, tel que nous l’aimons (...)
22-06-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une capitale sans route
22-06-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Deuxième Compact à table !
21-06-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Communiqué de la Présidence
22-06-2017, La rédaction
Communiqué de la Présidence
22-06-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2190

Animation de la vie politique : Les Fcbe fidèles à Yayi se (...)
28-06-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le prince de Tchaourou n’est pas ‘‘fini’’. Boni Yayi, leader incontesté des cauris, fait preuve de doigté dans la lecture (...)  

Examen du certificat d’études primaires 2017 : Une 1ère journée sans (...)
28-06-2017, La rédaction
Au centre Godomey Savi, ils sont au total 508 candidats à démarrer hier les épreuves écrites et orales de l’examen du (...)  

Congrès extraordinaire du camp des réformistes : Abraham (...)
27-06-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Les réformistes ont tenu le pari de l’organisation d’un congrès extraordinaire, le week-end écoulé, pour statuer sur la (...)  

Gestion des partis politiques au Bénin La fin d’une ère (...)
27-06-2017, Naguib ALAGBE
Les temps ont bien changé. Les partis politiques, jusque-là confondus au patrimoine personnel de leur(s) (...)