Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Budget général de l’Etat, gestion 2016 : Déjà huit Ministres devant la Commission budgétaire

JPEG - 215.2 ko

L’étude des budgets sectoriels des ministères et institutions de la République du Bénin par la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale a démarré le lundi dernier au Palais des gouverneurs à Porto-Novo. Ceci, dans le cadre de l’étude du Projet de budget général de l’Etat, gestion 2016. Pour la journée du lundi, ce sont le Premier Ministre chargé du Développement Economique, de l’Evaluation des politiques publiques et de promotion de la bonne gouvernance Lionel Zinsou, le Ministre d’Etat, chargé de l’économie, des finances, et des programmes de dénationalisation, Komi Koutché, le ministre du travail, de la fonction publique, et de la réforme administrative et institutionnelle et le Ministre de l’économie maritime et des infrastructures portuaires qui ont été auditionnés par la Commission budgétaire. A la fin de l’audition, chacun d’eux a levé un coin de voile sur le montant de son département ministériel et les grands projets que le budget qui lui est alloué permettra d’exécuter. Actualité oblige, le Ministre du travail, de la fonction publique et de la réforme administration et institutionnelle, Aboubakar Yaya, en a profité pour réfuter toutes les allégations faisant état de ce que les derniers concours de recrutement organisés au profit du ministère de l’économie, des finances et des programmes de dénationalisation sont entachés de graves irrégularités. La journée d’hier mardi 17 novembre 2015 a connu la présence de 4 autres Ministres à savoir le Ministre d’Etat chargé de l’Enseignement secondaire, de la formation technique et professionnelle, de l’Insertion des jeunes, Alassane Soumanou, de la Ministre de la microfinance, Naomie Azaria Hounhoui, de la Ministre des enseignements maternel et primaire, Eléonore Yayi Ladékan, et du Ministre de l’urbanisme, de l’habitat et de l’assainissement, Noël Fonton.

(Lire ci-dessous les déclarations des Ministres après leur passage devant la Commission budgétaire)
Premier Ministre, chargé du Développement Economique, de l’Evaluation des politiques publiques et de promotion de la bonne gouvernance Lionel Zinsou

JPEG - 453.1 ko

« …On a un ministère fait de cadres et qui a un budget raisonnable de 13.405.149.000 Fcfa … »
« …Le budget 2016 tient compte de tout ce qu’on a appris en 2015. Donc en 2015, on a appris qu’on n’arrivait pas à dépenser les ressources que nous avions, notamment les ressources extérieures. Du coup il y avait un paradoxe parce qu’on a des urgences et on a de la difficulté à mobiliser les ressources. Donc en 2016, on va prendre toute une série de petites réformes de fonctionnement de l’ancien ministère de développement pour que la primature soit un vecteur d’accélération et qu’on soit sûr qu’on aura à dépenser non pas 50% de nos ressources, mais 100% de nos ressources au service de nos populations. D’abord, il y a un problème d’efficacité dans la dépense. C’est important, parce que ce n’est pas seulement des développements productifs de l’investissement. C’est aussi du développement social. Donc, c’est très important qu’on fasse aussi bien des infrastructures et des routes, mais c’est aussi important qu’on puisse se doter des programmes qui concernent l’eau, l’école, la santé parce que le ministère du développement et la primature ont la responsabilité de l’ensemble des programmes publics, qu’ils soient sociaux, infrastructurels ou productifs. Donc, le secteur privé est le premier moteur dans l’investissement, mais pas dans le domaine social et dans le domaine de l’infrastructure. C’est pour cela qu’on a un ministère fait de cadres et qui a un budget raisonnable de 13.405.149.000 Fcfa. C’est un budget qui est en progression sur l’investissement de 37% d’une année à l’autre. D’abord, il faut exécuter ce budget. Cela demande quelques réformes, un peu d’informatisation et une vraie volonté politique parce que notre problème, c’est d’abord de bien utiliser toutes nos ressources. Quand je dis toutes, c’est 100% de nos ressources. C’est ce que j’ai expliqué aux députés en leur présentant ces chiffres qui sont très exigeants et ambitieux… »

Ministre Aboubakar Yaya du travail, de la fonction publique, et de la réforme administrative et institutionnelle

JPEG - 189.1 ko

« …Le budget de mon ministère pour 2016 s’élève à 6.495.000.227 Fcfa (…) Les concours ne souffrent d’aucune irrégularité. Je l’ai toujours dit et je le dirai toujours jusqu’à ma mort »
« …C’est un exercice qui se fait une fois l’an. Je suis venu présenter le budget du ministère dont j’ai la charge à savoir le Ministère du travail, de la fonction publique, et de la réforme administrative et institutionnelle. Donc, ce budget pour 2016 s’élève à 6.495.000.227 Fcfa répartis au niveau des charges de fonctionnement et au niveau des investissements publics. Les députés ont cherché à savoir pas mal de choses puisque mon budget a connu une régression de 2,28% comparativement au budget 2015. A ce sujet, nous avons fait une demande de crédit additionnel. Vous savez, le premier ministère transversal, c’est le ministère du travail, de la fonction publique, et de la réforme administrative et institutionnelle. C’est ce ministère qui gère tout le personnel de l’Etat. Les députés ont jugé que le montant de notre budget est trop peu. Ils ont cherché à savoir ce qui s’est passé au niveau des concours. Nous avons essayé de leur donner les réponses adéquates. Comme je l’ai toujours dit, moi Yaya Aboubakar, Ministre du travail, de la fonction publique, et de la réforme administrative et institutionnelle, je dis que ces concours querellés ne souffrent d’aucune irrégularité. Je l’ai toujours dit et je le dirai toujours jusqu’à ma mort. Polémique, il n’y en a pas (…) Les propos politiques venant d’autres personnes n’engagent qu’elles. Ces concours ne seront pas annulés. La preuve est que les lauréats sont invités depuis ce matin à prendre service au ministère de l’économie, des finances et des programmes de dénationalisation. Les députés ont également demandé pourquoi le nombre de personnes à recruter au niveau de la douane est pléthorique. Ce n’est pas le ministère du travail, de la fonction publique et de la réforme administrative et institutionnelle qui décide du nombre d’agents à recruter pour une administration publique. C’est la douane elle-même qui a exprimé le besoin. Nous sommes là pour exécuter les besoins des ministères bénéficiaires des agents recrutés. La douane a demandé 502 douaniers répartis comme suit : 30 inspecteurs, 35 contrôleurs et 437 préposés. C’est ce que j’ai fait et pas plus tard que le vendredi dernier, j’ai signé la lettre de mise à disposition de ces lauréats là… »

Ministre Patrick Yérima de l’économie maritime et des infrastructures portuaires
« …Ce budget est de 1.754.922.000 Fcfa et va permettre d’intervenir sur 5 gros projets… »
« …Je viens de présenter aux députés à l’Assemblée nationale, le budget du ministère de l’économie maritime et des infrastructures portuaires. Ce budget est de 1.754.922.000 Fcfa et va permettre d’intervenir sur 5 gros projets dont le projet de développement institutionnel, le projet de développement des transports fluvio-lagunaires, le projet d’aménagement des eaux navigables et le projet de développement des infrastructures. Je crois qu’à travers ces projets, nous prendrons encore une fois part au processus de développement de l’économie (…) Vous savez que le poumon de l’économie nationale est le Port autonome de Cotonou. Donc, j’ai présenté à la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale, l’ensemble des réformes qui sont engagées pour permettre au Port autonome de Cotonou de répondre plus efficacement à la concurrence dans la sous-région, mais aussi de contribuer à l’amélioration du secteur social. Les honorables députés ont soulevé des préoccupations relatives au ralentissement dans l’exécution de certains travaux d’infrastructures relevant du ministère de l’économie maritime. Il s’agit notamment des ports secs et du port en eau profonde de Sèmè-Podji. Je les ai rassurés que ces différents projets sont en cours et qu’ils ne sont pas au ralenti. Ces projets ne tarderont pas à être visibles. Pour le port en eau profonde de Sèmè-Podji par exemple, le goulot d’étranglement était la question d’indemnisation des propriétaires terriens. A ce sujet, la Commission en charge de l’élaboration du projet a déjà finalisé son travail. Bientôt, le Conseil des Ministres va se pencher sur le dossier pour son adoption… »

Ministre d’Etat chargé de l’Enseignement secondaire, de la formation technique et professionnelle, de l’Insertion des jeunes, Alassane Soumanou

JPEG - 128.4 ko

« …Nous sommes à 56 milliards pour la gestion 2016 (…) Nous ne pouvons pas signer les statuts particuliers de 152 milliards Fcfa des enseignants... »
« …Il s’agit pour moi de parler de la dimension financière du système éducatif. On n’a pas assez d’enseignants et il faut investir. On n’a pas assez d’infrastructures et il faut aussi investir. Tout ceci, c’est de l’argent. C’est de l’argent que nous avons parlé avec les honorables députés et nous avons été agréablement surpris de la mobilisation de tous les députés. Ils ont compris que c’est l’éducation avant tout. Le budget des 3 ordres de l’enseignement fait environ 30% du budget général de l’Etat. Que pouvons-nous faire face aux ressources limitées. Et le budget de mon ministère a connu une diminution compte tenu du contexte et de l’environnement. De plus de 58 milliards Fcfa l’année 2015, nous sommes à 56 milliards pour la gestion 2016. Ma vision en prenant la tête de ce ministère, c’est de donner de la visibilité à la formation technique et professionnelle. Avec ce budget, quoique diminué d’environ 3%, nous sommes certains que les objectifs principaux qui y sont liés seront atteints. Nous voulons aller vers la professionnalisation de notre système éducatif (…) Je pars très réconforté de cet entretien, parce que je crois que j’ai été compris par les représentants du peuple dont les recommandations sont d’augmenter mon budget. Nous avons une massification d’effectifs dans nos écoles. Il y a 200.000 apprenants qui viennent du Cm2 pour le collège. Ils vont où ! Nous sommes passés de 400 collèges à 1000 collèges. Nous sommes passés de 11 lycées et centres de formation technique à 36 aujourd’hui. Nous avons fait des recrutements. Nous avons fait des reversements. Je félicite les enseignants permanents comme vacataires. Sans les vacataires, je ne pourrai pas gérer les écoles. Ils m’ont aidé du point de vue quantité, mais pas du point de vue qualité. Ils sont près de 50.000 (…) J’ai géré la concertation gouvernement/Centrales syndicales le 27 octobre dernier. Nous nous sommes entendu sur le minimum à savoir 19.600.000.000 Fcfa représentant les 1,25%. Nous nous sommes entendu pour faire les rappels de 10.000 Fcfa de janvier à août 2015. Nous nous sommes entendu que les deux statuts qui coûtent 152 milliards Fcfa ne peuvent pas être appliqués à court et moyen termes. Nous ne pouvons pas signer les statuts de 152 milliards Fcfa. C’est pourquoi nous avons dit qu’on doit reprendre les statuts. Quand on va en négociation, on gagne un peu et on perd un peu… »

Naomie Azaria Hounhoui, Ministre de la microfinance

JPEG - 643.2 ko

« …Nous venons de présenter devant la commission des finances, le budget exercice 2016 du ministère chargé de la microfinance. Le budget est d’un montant de 8.395.000.394 Fcfa contre 13 milliards l’année dernière. Pourquoi cette diminution drastique comme ils l’ont si bien remarqué ? C’est que l’ex ministère chargé de la micro-finance, de l’emploi des jeunes, de l’entrepreneuriat des femmes a été scindé en deux et aujourd’hui, nous nous retrouvons avec deux ministères. Un ministère chargé de la microfinance et le ministère chargé de l’emploi des jeunes, des petites et moyennes entreprises. C’est cela qui explique la baisse drastique de 36, 87% du montant de ce budget. Donc, les actions que nous avons priorisées pour l’année 2016 se résument en deux grands domaines. Il y a d’abord la micro-finance elle-même et l’entrepreneuriat à la base. Donc, en ce qui concerne la microfinance, nous avons fait une prévision que d’ici 2025, que le Bénin dispose désormais d’un système de microfinance assaini, professionnel, capable d’atteindre toutes nos populations à la base. Et je pense que nous venons d’adopter un document de politique de développement de la microfinance dans notre pays… »
Propos recueillis par Karim Oscar ANONRIN

18-11-2015, Karim O. ANONRIN


CHRONIQUES

En vérité : Grèves et bluff !
25-04-2017, Angelo DOSSOUMOU
L’essentiel ! Constamment, il est menacé et sacrifié sur l’autel du moi et des divergences politiques. A l’esprit, et avant de poser tout acte (...) Lire  

En vérité : Juridisme anti développement (...)
24-04-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’activisme des patriarches (...)
19-04-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité :Talon contraint de réussir !
18-04-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Quand c’est Madame qui (...)
14-04-2017, Naguib ALAGBE
En vérité : Dégâts de chenilles !
13-04-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Ce que Talon et Rodriguez se sont dit
27-04-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2100

Ce que Talon et Rodriguez se sont dit
27-04-2017, La rédaction
Je suis arrivé à Cotonou depuis hier, et nous avons eu une longue séance de travail avec le chef de l’Etat et ses (...)  

Rodriguez chez Talon : Yayi, Ajavon et d’autres encore devraient (...)
27-04-2017, Naguib ALAGBE
Ce n’était qu’un début, cependant, l’opinion nationale avait bien de raisons d’être sous le charme. Martin Rodriguez, (...)  

Assurances de l’argentier national sur ‘’Bénin Révélé’’ : Yacoubou (...)
26-04-2017, La rédaction
Le Président de la Fondation Malèhossou se dit convaincu par les explications du Ministre de l’économie et des (...)  

Affaire Dangnivo : Dakpè Sossou interpelle le gouvernement
26-04-2017, Karim O. ANONRIN
Le député Dakpè Sossou, élu sur la liste Forces Démocratiques Unies (Fdu) dans la 18ème circonscription électorale vient (...)