Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Campagne cotonnière 2016-2017 : Et si Talon primait les meilleurs producteurs ?

JPEG - 82.5 ko

Pour un succès, c’en est un. 400 000 tonnes dès la première saison et ce, sans la moindre subvention de l’Etat. Ce sont alors, plus de quarante milliards de Fcfa d’économie au Trésor public béninois avec autant d’efficacité. Il est clair donc que la campagne cotonnière en cours est à inscrire au registre des choses qui marchent. C’est sans nul doute, un coup de maître qui toutefois, ne procède guère d’un coup d’essai. Et l’expérience personnelle du chef de l’Etat en la matière, comme on pourrait s’en douter, n’y est pas pour rien. Sa grande maîtrise du sujet et de ses contours a dû, on ne le sait que trop, peser dans la balance. Patrice Talon est, faut-il le rappeler, coutumier du fait. Des chiffres record en matière de production cotonnière, on en a connu avec lui. A la différence bien entendu qu’il n’en était alors qu’acteur majeur plutôt que gouvernant. Décideur devenu, il savait donc avec précision sur quel levier appuyer. Et le résultat est là, patent. Le meilleur de la réussite serait cependant, que les cultures vivrières et maraichères s’inscrivent dans cette même dynamique afin que l’autosuffisance alimentaire attendue depuis des lustres, soit enfin une réalité.

Maintenir le cap
Il va falloir tout au moins maintenir la courbe constante. Et cela pourrait passer par la mise en place d’un mécanisme servant à motiver les acteurs et à promouvoir un environnement concurrentiel en leur sein. Il faut dire que la chose a existé par le passé et a marqué les années de gloire de l’or blanc béninois d’une part, et de l’agriculture en général d’autre part. Bien de producteurs, en plus des gains et appuis divers consistant en du matériel agricole et des enveloppes financières, ont été reçus dans l’ordre du mérite agricole, pour leur contribution au développement du pays. Une telle initiative ne peut être que bénéfique afin de booster la production aussi bien cotonnière que céréalière et maraichère. Il y a certainement là, une bonne raison de renouer avec les vieilles habitudes.

13-04-2017, Naguib ALAGBE


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2550

Mise sur écoute des Béninois : La Cour donne carte blanche
22-02-2018, La rédaction
La loi n°2017-44 portant recueil du renseignement en République du Bénin, votée par l’Assemblée nationale le 29 décembre (...)  

Malversation financière au Cncb : Antoine Dayori et le Pca en (...)
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Décidément ! Sous la rupture, la lutte contre la corruption n’épargne presque personne. Grand artisan de l’avènement du (...)  

Saturation de l’actuel cimetière municipal de Parakou : Charles (...)
21-02-2018, La rédaction
L’actuel cimetière municipal de Parakou n’est plus en mesure d’abriter de nouveaux corps. Tels sont les propos du maire (...)  

Conséquences des grèves perlées dans l’administration publique : (...)
20-02-2018, La rédaction
Journée décisive pour les grévistes. Ils attendent de constater sur leurs fiches de paie, la mise à exécution ou non de (...)