Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Candidature de l’homme d’affaires à la présidentielle : Pari politique pour le milliardaire Talon

JPEG - 62 ko

Sorti de la caverne de l’exil, Patrice Talon a indubitablement des munitions pour vaincre la troupe de Sébastien Ajavon et surtout l’armée cauri aux ordres de Yayi. Mais, il devra obtenir l’aval de la classe politique pour réaliser son rêve. Le sponsor a décidé de se coltiner le rôle d’acteur dans la grande arène. Le milliardaire a déjà fait un premier pas décisif dans sa marche vers la Marina avec un retour effectif au bercail. Revenu en terre natale dans la discrétion, l’homme d’affaires candidat est contraint d’aller au charbon à visage découvert avec toute son énergie.
Après avoir vaincu le scepticisme sur son retour au pays, Talon est à l’épreuve de la conquête du pouvoir. L’ascension à la présidence ne se fera pas sans anicroches. Et l’ancien exilé doit résoudre trois équations majeures. Le triple test tient le destin présidentiel de l’homme d’affaires engagé dans le labyrinthe politique et la bataille à mille inconnues de 2016.

L’obstacle Yayi
Si l’adversité entre les deux hommes a, au moins faibli sur les apparences, et cédé à un regain de flux pacifique, politiquement, l’échange de pardon et les mots doux masquent mal la soif hégémonique partagée. Sur le terrain, la bataille du trône sera sans concession. Le duel Yayi Talon s’annonce comme un match dans le match. Même si le premier épuise son ultime mandat, il aura son ancien ami dans le viseur. Et Talon, pour gravir les marches de la Marina, devrait mettre à terre le grand cauri , maitre des lieux à qui appartient le privilège de remettre les clés de la présidence. Face à la dynamique de tout sauf Talon inscrite dans l’intensité du rouleau compresseur Fcbe, le milliardaire, compétiteur né, doit puiser dans ses ressources intimes et se jeter avec toutes ses forces dans la grande bagarre de la présidentielle.
Considéré, malgré la théorisation du pardon et l’accumulation des gestes d’éclat, comme l’ennemi numéro1 du régime, Talon est une cible privilégiée de la mouvance cauri. Exposé à la foudre Yayi et aux attaques des affidés du yayisme, il n’a d’autre choix que de déminer l’espace politique et d’assumer son destin.

L’épine Ajavon
Et ce ne sera pas que l’os Yayi dans la gorge de Talon. Son rival du monde des affaires a lui aussi décidé de faire l’expérience de la présidentielle avec une candidature en gestation et qui s’annonce comme une candidature anti Talon. Une bataille politique dans la jungle des affaires que rien ne peut désormais exorciser. Ce duel Talon-Ajavon plein de nervosité donnera l’un des visages inédits de la présidentielle. Jamais un choc d’opérateurs économiques n’a autant alerté la nation. Le monde politique va-t-il se résigner à arbitrer ce duel de deux géants des affaires ?

L’équation politique…
Dans un entretien accordé aux chaînes de télévision locales, Talon a lié son destin présidentiel à l’adhésion des acteurs politiques à sa candidature. « Je n’ai jamais été autant actif que ces dernières semaines dans mes échanges avec les leaders politiques de mon pays pour apporter une réponse concertée et adéquate à cette question… » La stratégie relève d’une logique politique pour cette grosse fortune, animateur discret de la sphère politique….Le sponsor politique espère légitimement le retour d’ascenseur des acteurs politiques. Mais la mécanique de soutien n’est pas acquise pour la Télécommande. Devant une classe politique versatile et asservie à des calculs électoraux, Talon doit encore convaincre et ratisser large dans le landerneau pour se hisser au sommet.
L’homme d’affaires a longtemps flatté l’instinct conquérant d’une opposition qu’il a alimentée et aidée à prendre le perchoir à l’Assemblée nationale. Sa candidature peut être désormais gênante pour certains de ses partenaires politiques mus par la phobie de la finitude. La crainte subite de l’élection du milliardaire dévaste les consciences.
Talon, fraîchement revenu de l’exil, sait que la suite de son aventure dépendra de sa capacité à mobiliser les acteurs politiques. Mais, en cas de négociation infructueuse, soit il fait marche arrière ou il mise alors sur un éventuel rejet de la classe politique par les électeurs. Yayi avait bénéficié de ce scénario en 2006 pour évincer la Vieille Garde et briguer la magistrature suprême.

12-10-2015, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : Mérite à la Rupture !
11-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Pour la Rupture et le président Patrice Talon, le risque politique est énorme. Mais, audace en deçà, lâcheté au-delà. Ça, c’était avant. A l’époque où (...) Lire  

En vérité : Vivres détournés et indignité (...)
7-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil diplomatique
7-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Un réquisitoire signé Mahougnon (...)
6-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le budget selon l’opposition
6-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un cadeau suspect
5-12-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2430

Visite de la Directrice Générale du Fmi à Cotonou : La Dg/Fmi salue (...)
12-12-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En visite au Bénin, la Directrice Générale du Fonds Monétaire International (Fmi), Christine Lagarde a échangé hier (...)  

Criminalité pharmaceutique : Encore 200 cartons de faux médicaments (...)
12-12-2017, La rédaction
A chaque jour son lot de faux médicaments retrouvés chez l’honorable Atao Hinnouho. Depuis le vendredi dernier, où la (...)  

Département du Mono : Dakpè Sossou mobilise les populations de (...)
12-12-2017, La rédaction
Le député de la 18e circonscription électorale, Dakpè Sossou fait montre d’une détermination inédite pour la réussite du (...)  

Contre la corruption et les pratiques connexes : Patrice Talon (...)
11-12-2017, Naguib ALAGBE
D’une révolution à la Ghanéenne des années 80 notamment, nul doute que le Bénin en avait grand besoin. Le constat était (...)