Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Construction du siège de l’Assemblée nationale : Des surcouts et des contentieux bloquent les travaux

JPEG - 144.1 ko

Le bout du tunnel est encore loin dans le dossier de construction du nouveau siège de la représentation nationale. Huit ans après le démarrage des travaux, l’incertitude demeure quant à son aboutissement. C’est un chantier que le Garde des sceaux n’a pas hésité hier à qualifier de « musée de la malversation » au cours de sa conférence de presse conjointe avec le Ministre du cadre de vie, José Didier Tonato. « On a compris avec les chiffres que finalement, l’Assemblée nationale dont le siège est en construction, nous coûtera peut-être plus de quatre fois ce qui a été prévu », s’est-il offusqué. En effet, de l’évaluation des travaux faite aux plans juridique, technique et financier par un comité ad’ hoc, on note, un nouveau coût d’objectif global de près de 41 milliards pour la finalisation des travaux de la première phase, y compris 2,5 milliards de contentieux, 7 milliards de travaux complémentaires et plus de 300 millions de dégradations et avaries. Le total des surcoûts au projet du à la suspension et au retard, sans les couts liés aux éventuelles condamnations en justice, est chiffré selon le ministre José Didier Tonato à 11 milliards de francs Cfa.
Mieux, il y a quelques mois, l’Etat Béninois a été condamné à payer 32 milliards au maitre d’ouvrage délégué. « 32 milliards. Un responsable qui ne règle pas cela peut avoir l’ambition d’aller plus loin, mais serait physiologiquement handicapé, c’est-à-dire ce qu’on appelle en langage trivial de l’impuissance. Si on ne clarifie pas l’horizon judiciaire, tout matériel déposé sur le site fera objet de saisie », a ajouté Me Joseph Djogbénou.

Un audit pour situer les responsabilités
Ainsi, avant toute reprise des travaux, le Gouvernement a décidé de commanditer un audit qui permettra, selon les conférenciers, de situer les responsabilités. « Ayons le courage de situer les responsabilités et pourquoi pas de sévir comme il le faut », a déclaré le Garde des sceaux. D’où la suspension par le Conseil des ministres, le vendredi dernier, du mémorandum d’entente et de la convention signés entre la Serhau-Sa et l’Etat béninois, en attendant les conclusions et recommandations des audits. « Pour un chantier qui est censé durer deux ans, on a payé plus d’un milliard et demi d’avance. On a payé les avances sur le revêtement, sur des corps d’Etat qui n’interviendront qu’en fin de construction. Ceux qui ont bénéficié de ces avances ont eu leurs contrats résiliés et on n’a pas questionné sur les avances. Il y a des trop perçus », a déclaré José Didier Tonato. Huit ans environ après le démarrage des travaux, le taux d’exécution physique global du chantier est d’environ 37,80 % contre un taux d’exécution financière de 46,62%. Un écart que le Ministre José Didier Tonato justifie par les avances de démarrage perçues. Aussi, a-t-il souligné, depuis janvier 2016, en dehors du lot 11 B (Aménagement extérieur et assainissement) qui a évolué timidement, les travaux de tous les autres lots sont presque à l’arrêt pour des raisons de validation de travaux supplémentaires et de prise de nouveaux contrats ou avenants y relatifs. Plus de 18 milliards de francs Cfa resteraient encore à mobiliser pour des travaux restants. Afin d’arrêter la saignée, le Gouvernement du Nouveau départ se saisit du dossier et souhaite créer, selon les conférenciers, les conditions d’un aboutissement heureux et dans un délai raisonnable des travaux de cette infrastructure.
Fulbert ADJIMEHOSSOU

9-11-2016, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Les Cauris au gré des intérêts !
20-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
Un, deux et déjà trois départs officiels…Le rêve du ‘‘Après nous, c’est nous’’ des Fcbe tourne carrément au cauchemar. Dix mois après l’échec à la (...) Lire  

En toute sincérité : Couple et Incompatibilités (...)
17-02-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Des sacrifices pour l’intérêt (...)
14-02-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La voie de la fusion !
14-02-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Saint Valentin version (...)
10-02-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Un os dans la gorge de Talon
9-02-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Azannaï face à l’équation du partage des gains électoraux
24-01-2017, Isac A. YAÏ, Moïse DOSSOUMOU
Azannaï face à l’équation du partage des gains électoraux
24-01-2017, Isac A. YAÏ, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1980

Départ du Cpp des Fcbe : L’érosion continue au niveau des (...)
21-02-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le navire cauris tangue ! Le naufrage est imminent bien que quelques incrédules battent encore des ailes, poussant (...)  

Direction générale des douanes et droits indirects : Voici ce (...)
21-02-2017, Naguib ALAGBE
A la douane béninoise, les signaux passent au vert. Les changements intervenus ces derniers jours sont de nature à (...)  

Réformes politiques et institutionnelles : L’Un affine sa (...)
20-02-2017, Naguib ALAGBE
Deux rapports, dont l’un sur le code électoral en vigueur au Bénin et l’autre sur les réformes du système partisan, (...)  

Invité sur Zone Franche de Canal3 Wilfried Houngbédji explique les (...)
20-02-2017, La rédaction
La cherté de la vie à laquelle font face les populations béninoises, ces derniers mois, a aussi ses soubassements dans (...)