Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Crise au parti social démocrate : Le bureau du Psd divisé sur l’organisation du congrès

JPEG - 71.9 ko

Tiendra-t-il ? Tel un derby, nul ne peut jurer de la tenue effective du prochain congrès du Parti social démocrate (Psd), annoncé par le camp du président Emmanuel Golou, pour le 30 juin 2017. Les dissidents refusent de payer le prix des intérêts personnels de leur président. Seulement 8 sur les 41 membres que compte le bureau exécutif national ont donné leur quitus pour l’organisation de ces assises. La majorité s’insurge, y décèle un empressement et exige le report. Pour le camp Bintou Taro, l’on ne saurait convoquer un nouveau congrès sans avoir légitimé les actes de celui tenu le 15 juin 2015. Ainsi, en dehors des griefs portés contre la gestion du président du Psd, Emmanuel Golou, les dissidents lui opposent la publication des actes du dernier congrès. Car, à en croire le camp Bintou Taro, la marche forcée vers le congrès engagée par Golou n’est pas anodine, et ne pourrait d’ailleurs conduire à bon port au regard des préalables qui s’imposent aujourd’hui pour la survie de cette formation politique. En effet, il est un secret de polichinelle que le président du Psd, qui est aussi à la tête de l’international socialiste met en jeu son fauteuil aux prochaines assises de cette organisation, et pour y rempiler, il devrait justifier de sa réélection au plan national. Et pour les dissidents, c’est tout le nœud de ce forcing pour l’organisation précipitée d’un congrès à la date du 30 juin contre la volonté de la grande majorité du bureau politique national. Comment un président et une poignée de membres peuvent-ils dicter leur loi à tout un parti ? Un questionnement que remuent depuis lors les dissidents, qui en appellent au respect des textes qui régissent le Parti social démocrate. Emmanuel Golou va-t-il enfin écouter son bureau politique et ajourner son congrès ou foncera-t-il tête baissée ? Seul l’avenir nous le dira. Une chose est sûre, cette crise n’honore pas la démocratie béninoise.

20-06-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2550

Mise sur écoute des Béninois : La Cour donne carte blanche
22-02-2018, La rédaction
La loi n°2017-44 portant recueil du renseignement en République du Bénin, votée par l’Assemblée nationale le 29 décembre (...)  

Malversation financière au Cncb : Antoine Dayori et le Pca en (...)
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Décidément ! Sous la rupture, la lutte contre la corruption n’épargne presque personne. Grand artisan de l’avènement du (...)  

Saturation de l’actuel cimetière municipal de Parakou : Charles (...)
21-02-2018, La rédaction
L’actuel cimetière municipal de Parakou n’est plus en mesure d’abriter de nouveaux corps. Tels sont les propos du maire (...)  

Conséquences des grèves perlées dans l’administration publique : (...)
20-02-2018, La rédaction
Journée décisive pour les grévistes. Ils attendent de constater sur leurs fiches de paie, la mise à exécution ou non de (...)