Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Départ du Cpp des Fcbe : L’érosion continue au niveau des cauris

JPEG - 129.2 ko
Eugène Azatassou, coordonnateur national des Fcbe

Le navire cauris tangue ! Le naufrage est imminent bien que quelques incrédules battent encore des ailes, poussant des gémissements tel un nourrisson en manque d’allaitement, avec l’espoir de remonter la pente. A quelques semaines de son congrès, l’alliance Fcbe enregistre de nouvelles défections qui viennent élargir la fissure au sein de cette coalition, qui depuis la fatidique épreuve de la présidentielle de 2016, ne cesse de perdre des plumes. Après le départ des partis politiques : Rassemblement national pour la démocratie (Rnd) de l’ancien ministre et député Jean-Michel Abimbola, et du Mouvement espoir du Bénin (MEsB), de l’ex-ministre de l’enseignement supérieur, le professeur François Abiola, c’est au tour du Congrès du peuple pour le progrès (Cpp) de Jean Gounongbé, ex-chargé de mission du président Boni Yayi de prendre ses distances vis-à-vis de ses alliés d’hier. Christelle Houndonougbo a repris le flambeau le samedi dernier à l’occasion d’un congrès qui a reprécisé la nouvelle directive du parti, et affirmé clairement que le Cpp prend désormais son destin en main, loin d’une barque cauris en quête d’un capitaine.
Avec la défection du Cpp, dont le vice-président est l’honorable Valère Tchobo, il est évident que les cauris sont en difficulté dans la 9e circonscription électorale. Surtout que les députés Jean-Eudes Okoundé et Valère Tchobo, deux des trois députés de la 9e, étaient aux côtés de Christelle Houndonougbo, elle peut se féliciter d’avoir tiré le gros lot, car si la victoire politique n’est pas tributaire d’un calcul arithmétique, y contribue fortement.

Après le Cpp, à qui le tour ?
« Des gens peuvent le faire, mais ce sera difficile de remobiliser la troupe. Parce que beaucoup sont partis et d’autres partiront encore », a déclaré Jean Gounongbé, lors de son passage sur l’émission zone franche de la télévision Canal 3. Pour lui, il y a peu d’espoir de fédérer les groupements Fcbe émiettés par département. C’est clair donc que les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) sont véritablement en chute libre sur l’échiquier politique national. La vague des départs enfle et les cauris courent inévitablement vers leur fin. Arifari Bako, Rachidi Gbadamassi, Sabaï Katé et bien d’autres sont partis, et la question de la survie de l’alliance est plus que jamais d’actualité, notamment dans un contexte où les soutiens au régime Talon montent en flèche. Le départ du pouvoir de l’homme du changement et l’échec à la présidentielle de son dauphin semblent avoir sonné l’heure du déclin dans la maison cauris. Les quelques ténors qui se réfugient dans l’ombre sont abonnés au silence.
Et à cette allure, les Fcbe ne seront d’ici à là, qu’une coquille vide. Cette situation illustre à juste titre, la pertinence de la réforme du système partisan. Finir de profiter d’un parti, puis sauter les deux pieds joints dans un autre, est devenu le sport favori des leaders politiques, ce qui entache l’image de la démocratie béninoise. Les Cauris ont besoin aujourd’hui de s’asseoir à une même table, d’aplanir les divergences afin de sauver ce qui reste de cet héritage politique du président Boni Yayi. Les Fcbe doivent aller à l’école du président du Parti du renouveau démocratique (Prd), Me Adrien Houngbédji, qui a fait profil bas et appelé à une réconciliation de la famille des Tchoco-Tchoco. L’objectif principal du prochain congrès ne devrait pas être la position de l’alliance vis-à-vis du pouvoir en place, mais plutôt, comment colmater les brèches pour mieux affronter les prochaines échéances électorales. Il faut unir les forces pour aller à la conquête du pouvoir. Minimiser les départs serait une erreur préjudiciable à la survie de la coalition. Et en matière politique, les erreurs se payent cash.

21-02-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2370

Transfert de l’activité commerce de de gros de Dantokpa : Le marché (...)
20-10-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le conseil des ministres a autorisé en sa séance du mercredi 18 octobre 2017, la signature d’un contrat pour (...)  

Assistance aux populations sinistrées de Sinendé, Karimama et (...)
18-10-2017, La rédaction
Suite à la descente du Ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané dans les communes de Sinende, Karimama et Malanville et sur (...)  

En prélude au démarrage du Ravip : Le Comité de suivi monte au (...)
18-10-2017, La rédaction
Tout se met progressivement en place pour le démarrage, le 1er novembre prochain, du Recensement administratif (...)  

Œuvres sociales dans la 10ème circonscription électorale : Agoua au (...)
16-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Fidèle à ses habitudes, l’élu de la 10ème circonscription électorale, a une fois de plus partagé le vécu des populations (...)