Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Election du président de la commission des lois : Bataille politique au sein de la rupture

JPEG - 102.5 ko
Antoine Kolawolé Idji, l’un des candidats à ce poste

Le poste vacant du président de la commission des lois est au cœur de toutes les convoitises à l’hémicycle. Chose curieuse, cette course à la succession de Joseph Djogbénou a déclenché une querelle fratricide au sein des alliés du Chef de l’Etat. La coalition de la rupture est véritablement en difficulté à l’Assemblée nationale. Et pour cause. Les députés Antoine Kolawolé Idji de l’Union fait la nation (Un), Salifou Abdoulaye Gounou de l’alliance Eclaireur, proches du candidat Ajavon et Orden Alladatin le suppléant de Joseph Djogbénou, un soutien de Patrice Talon, sont sur la ligne de départ pour le poste de président de la commission des lois. Trois prétendants du même camp politique pour un fauteuil. On avait cru qu’après la présidentielle, il y aurait une synergie des efforts pour consolider le bloc ayant travaillé à la victoire du candidat Patrice Talon, afin de faciliter la mise en œuvre de son programme de société. Mais la nomination de Joseph Djogbénou au gouvernement a déclenché des rivalités précoces dans le camp de la rupture à l’hémicycle. Un déchirement interne qui n’augure pas d’heureuses perspectives quant à l’avenir de ce bloc. La quête du contrôle de la commission des lois met déjà à rude épreuve la cohésion au sein des alliés Patrice Talon. Qui de Idji, Alladatin et Gounou l’emportera ? Ce qui paraît plus ridicule, c’est bien les candidatures de Orden Alladatin et Kolawolé Idji, tous deux membres du groupe parlementaire Union fait la Nation (Un) qui se trouve du coup fragilisé au sein de cette commission.

Le rêve Talon !
Une chose est sûre, l’élection du prochain président de la commission des lois sera révélatrice des futurs combats politiques à l’Assemblée nationale qui n’a pas encore livré sa nouvelle configuration politique. Mais, sans la cohésion au sein des alliés de Patrice Talon, il serait bien difficile pour l’homme du Nouveau départ de conduire à bon port ses réformes politiques et institutionnelles. C’est dire que les partisans de la rupture doivent faire des concessions pour la survie de cette coalition, si tant est que les aspirations du départ demeurent les mêmes.

21-04-2016, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Nous nous sommes donnés comme mission depuis un certain temps d’apporter notre expertise et notre expérience au service de la culture béninoise qui (...) Lire  

Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Formule ‘‘Portabilité mobile’’ !
19-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Que fait Talon de sa majorité (...)
19-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Bénin sportif, pourquoi pas (...)
18-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2220

Présidence du Parti social démocrate : La justice renvoie Amoussou, (...)
21-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le juge n’a pas tranché sur la question de fond. Très attendu par les parties, le verdict du tribunal de première (...)  

Avancées dans le passage de l’analogie au numérique : Rafiatou (...)
21-07-2017, La rédaction
Faire le point de l’évolution des travaux techniques et échanger sur les orientations institutionnelles et juridiques (...)  

Mesures sociales sous la rupture : La vision Talon démontre sa (...)
21-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Ne jamais mettre la charrue avant les bœufs. A ce piège, malgré les critiques les plus acerbes sur le manque de (...)  

Narcisse Djègui à propos de la fête nationale du cotonculteur : « (...)
20-07-2017, La rédaction
Parakou accueille le samedi prochain l’édition 2017 de la fête nationale du cotonculteur (Fnc). Il s’agit d’un (...)