Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Election du président de la commission des lois : Bataille politique au sein de la rupture

JPEG - 102.5 ko
Antoine Kolawolé Idji, l’un des candidats à ce poste

Le poste vacant du président de la commission des lois est au cœur de toutes les convoitises à l’hémicycle. Chose curieuse, cette course à la succession de Joseph Djogbénou a déclenché une querelle fratricide au sein des alliés du Chef de l’Etat. La coalition de la rupture est véritablement en difficulté à l’Assemblée nationale. Et pour cause. Les députés Antoine Kolawolé Idji de l’Union fait la nation (Un), Salifou Abdoulaye Gounou de l’alliance Eclaireur, proches du candidat Ajavon et Orden Alladatin le suppléant de Joseph Djogbénou, un soutien de Patrice Talon, sont sur la ligne de départ pour le poste de président de la commission des lois. Trois prétendants du même camp politique pour un fauteuil. On avait cru qu’après la présidentielle, il y aurait une synergie des efforts pour consolider le bloc ayant travaillé à la victoire du candidat Patrice Talon, afin de faciliter la mise en œuvre de son programme de société. Mais la nomination de Joseph Djogbénou au gouvernement a déclenché des rivalités précoces dans le camp de la rupture à l’hémicycle. Un déchirement interne qui n’augure pas d’heureuses perspectives quant à l’avenir de ce bloc. La quête du contrôle de la commission des lois met déjà à rude épreuve la cohésion au sein des alliés Patrice Talon. Qui de Idji, Alladatin et Gounou l’emportera ? Ce qui paraît plus ridicule, c’est bien les candidatures de Orden Alladatin et Kolawolé Idji, tous deux membres du groupe parlementaire Union fait la Nation (Un) qui se trouve du coup fragilisé au sein de cette commission.

Le rêve Talon !
Une chose est sûre, l’élection du prochain président de la commission des lois sera révélatrice des futurs combats politiques à l’Assemblée nationale qui n’a pas encore livré sa nouvelle configuration politique. Mais, sans la cohésion au sein des alliés de Patrice Talon, il serait bien difficile pour l’homme du Nouveau départ de conduire à bon port ses réformes politiques et institutionnelles. C’est dire que les partisans de la rupture doivent faire des concessions pour la survie de cette coalition, si tant est que les aspirations du départ demeurent les mêmes.

21-04-2016, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2550

Mise sur écoute des Béninois : La Cour donne carte blanche
22-02-2018, La rédaction
La loi n°2017-44 portant recueil du renseignement en République du Bénin, votée par l’Assemblée nationale le 29 décembre (...)  

Malversation financière au Cncb : Antoine Dayori et le Pca en (...)
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Décidément ! Sous la rupture, la lutte contre la corruption n’épargne presque personne. Grand artisan de l’avènement du (...)  

Saturation de l’actuel cimetière municipal de Parakou : Charles (...)
21-02-2018, La rédaction
L’actuel cimetière municipal de Parakou n’est plus en mesure d’abriter de nouveaux corps. Tels sont les propos du maire (...)  

Conséquences des grèves perlées dans l’administration publique : (...)
20-02-2018, La rédaction
Journée décisive pour les grévistes. Ils attendent de constater sur leurs fiches de paie, la mise à exécution ou non de (...)