Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Entre promesses de l’Exécutif et exigences du Front : L’éducation pris en otage

JPEG - 227.2 ko

La ritournelle est de retour. A la veille de la rentrée scolaire 2015-2016, le Front des trois ordres de l’enseignement a, dans un long communiqué, posé des conditions pour une rentrée apaisée. Une panoplie d’exigences et surtout l’espérance que l’Exécutif tiendra à ses promesses. En tout cas, les porte-paroles du Front d’action des syndicats de l’éducation, Francis Okoundé et Albert Akinotcho attendent le gouvernement au carrefour de ses engagements à travers le relevé des décisions du conseil des ministres en sa séance du 27 mars 2015. Et deux points à savoir l’octroi d’une prime intermédiaire de 10 000 FCfa par enseignant à partir du 1er janvier 2015 et dont le paiement effectif devrait démarrer le 1er septembre 2015 et l’élaboration et l’adoption des statuts particuliers des enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire au plus tard le 30 septembre 2015 sont, pour le Front, non négociables.
Le ton est donné. Dans le secteur de l’éducation, on prend les mêmes et on recommence. En effet, les Béninois ont fini par s’habituer à ces genres de menaces suite à des promesses non tenues à la veille de chaque rentrée scolaire. Mais à l’attentisme du gouvernement qui ne réagit que quand il est dos au mur, il faut ajouter celui du Front qui n’attend que la veille des rentrées ou carrément l’année scolaire pour tirer le drap vers son côté. Et dans ce bras de fer gouvernement-Front, ce sont les apprenants dont le niveau laisse déjà à désirer qui sont pris en otage.
Le pire, c’est que, avec l’ambiance de fin de mandat et les échéances électorales qui s’annoncent, la prompte réaction du gouvernement à satisfaire le Front risque de prendre plus de temps qu’il n’en faut. Et bien évidemment, la crise est bien partie pour s’installer avant et les enfants une fois encore, sacrifiés sur l’autel des tiraillements entre enseignants et gouvernants. Difficultés de trésorerie ou mégarde des décideurs ? Tout compte fait, beaucoup se demandent sur l’éducation continue d’être une priorité au Bénin. La preuve, le niveau des enseignants et des apprenants baisse de façon drastique. Et tout ceci sous le regard bienveillant des responsables du Front et des gouvernants qui préfèrent tout simplement s’adonner à la guerre des prébendes et des intérêts personnels. L’éducation, elle continue malheureusement d’être orpheline des enseignants bien qualifiés et des apprenants aptes à assurer l’avenir de la nation.

4-09-2015, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Talon, tel que nous l’aimons !
22-06-2017, Angelo DOSSOUMOU
Du désaveu au préfet Toboula, respect et humilité envers son peuple. Devant Dieu et devant les hommes, le président Patrice Talon vient, une fois (...) Lire  

Editorial : Une capitale sans route
22-06-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Deuxième Compact à table !
21-06-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Contraint à la performance
21-06-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La thérapie Vlavonou
20-06-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Conflit royal à Parakou !
20-06-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Communiqué de la Présidence
22-06-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2190

Marche de protestation du Front pour le sursaut patriotique : Le (...)
23-06-2017, La rédaction
Les militants du Front pour le sursaut patriotique (Fsp) ont battu hier le macadam à Cotonou pour désapprouver la (...)  

Crise à la Renaissance du Bénin : Le film de l’audience au tribunal (...)
23-06-2017, Landry Salanon
L’audience de l’assignation en référé des réformistes de la Renaissance du Bénin (RB) s’est déroulée hier au Tribunal de (...)  

Communiqué de la Présidence
22-06-2017, La rédaction
Le Président de la République, Monsieur Patrice Talon a instruit cet après-midi le préfet du littoral Monsieur Modeste (...)  

Après douze mois à la tête du département de l’Alibori : Le préfet (...)
22-06-2017, Isac A. YAÏ
Mohamadou Moussa, préfet du département de l’Alibori boucle ce jour 12 mois à la tête de ce département. Nommé le 22 (...)