Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Haute Cour de la justice : une épine pour la démocratie

Après 17 années de révolution, la joie de la liberté retrouvée a voilé le visage à toute une Nation. Les cadres et les politiques ont tiré profit de cette exultation débordante et anesthésiante des Béninois. En érigeant le monstre inoffensif de la Haute Cour de la justice, institution chargée de juger les personnes ayant occupées de haute fonction au sommet de l’Etat, les pères de la conférence nationale de février 1990 se sont mis à l’abri. En effet, le régime révolutionnaire avait instauré un mode de sanction implacable contre les détournements de deniers publics, et puisqu’il était question de reprendre les affaires aux militaires, les participants à la conférence nationale ont eu l’ingénieuse idée de proposer un organe qui va désormais connaître du sort des hautes personnalités, les mêmes qui siégeaient à ces assises. Conséquence, 25 ans après la conférence nationale, la Haute Cour de la justice s’est révélé être un épouvantail dont se servent certains chefs d’Etat pour afficher une fausse détermination à lutter contre la corruption. Au fonds, tout le monde est convaincu que la complexité du mécanisme de son fonctionnement ne lui permettra jamais de connaître du jugement de ces personnes privilégiées de la République qui volent sous l’immunité de la loi. Pourtant l’on assiste passivement à un enchaînement infécond des mandatures. La Haute Cour de justice censée planer comme une épée de Damoclès sur la tête des gouvernants est devenue un monstre pour les finances publiques. Une institution budgétivore qui saigne les caisses de l’Etat. Surtout, n’avancez pas la perversion de l’esprit de la loi. Car, la loi telle rédigée par les pères fondateurs du renouveau démocratique, dans son esprit comme dans sa lettre est disposé de telle sorte que les gros voleurs ne soient jamais jugés. La preuve, malgré les nombreux scandales financiers étalés sous les différents régimes qui se sont succédés jusque là, personne n’a véritablement payé le prix. Nul doute qu’il faut réviser la loi, dans sa lettre et dans son esprit. Sur la question, les constitutionnalistes occupent à volonté la scène pour tenter de convaincre l’opinion de l’inévitable révision de la Constitution du 11 décembre 1990. Alors, la volonté politique restera la seule alternative crédible contre l’impunité. Il faut déjà renforcer la Chambre des comptes de la Cour suprême. Car, avec l’institutionnalisation de la Cena, il est désormais clair qu’on ne peut tout remettre à la charge de la révision de la loi fondamentale. Faut-il aller à une dissolution de la Haute Cour de la justice ?

22-10-2015, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Attention… Loi contre conflits récurrents !
23-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Un arsenal juridique pour sceller la paix entre éleveurs et agriculteurs. Pour l’instant, nous ne sommes qu’à l’étape de proposition de loi. Mais déjà, (...) Lire  

Editorial : Le Cnsr à la barre
23-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Lacrymogène : La directive Talon
23-11-2017, La rédaction
tribune verte : Un nouvel espoir pour l’Habitat
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
En vérité : Exit la longévité au pouvoir (...)
22-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Lacrymogène : Mètognon et l’impunité
22-11-2017, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : L’UN fait vraiment la Nation !
15-11-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2400

Projet de construction du port pétrolier en eau profonde de (...)
23-11-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Sous le Nouveau départ, priorité est donnée aux opérateurs privés locaux dans les prises de décision au sommet de (...)  

Entretien téléphonique de Paul Nindo Sahgui depuis le Sénégal : La (...)
23-11-2017, La rédaction
Le Maire de la commune de Tanguiéta, Paul Nindo Sahgui en mission au Sénégal a, dans un entretien téléphonique, (...)  

Projet de budget général de l’Etat, gestion 2018 : Cinq ministres (...)
22-11-2017, Karim O. ANONRIN
5 Ministres ont planché hier devant la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale dans le cadre de l’étude du (...)  

Journée de réflexion sur le Fonds de développement de la formation (...)
22-11-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le ministre de la fonction publique, Adidjatou Mathys a procédé à l’ouverture d’un atelier de réflexions sur le Fonds de (...)