Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Interdiction des prières musulmanes sur les places publiques : Talon doit se démarquer de Toboula

JPEG - 48.5 ko

Elle déchaine les passions. Encore plus ce vendredi, jour de prière, la décision du Préfet du Littoral, Modeste Toboula, d’interdire l’occupation de certaines rues de Cotonou par les fidèles musulmans focalisera les attentions. Les mouvements d’humeur ne sont pas exclus. Et pour cause, il y a une semaine, au nom de la libération des espaces publiques, la communauté musulmane de Cadjèhoun s’est vue brutalisée, par l’équipe préfectorale du Littoral, au moment où, elle se préparait à célébrer sa prière hebdomadaire. Jusqu’ici, aucune réaction de l’Exécutif et de son chef pour approuver ou désapprouver l’acte. Pourtant, au nom de la laïcité de l’Etat, le président Patrice Talon, garant de la paix sociale doit, au plus vite, se démarquer de cette dérive de Toboula. A moins de vouloir se rendre complice de la mise en péril de la cohabitation harmonieuse sur un même territoire des populations d’ethnies et de religions différentes, il est appelé à se mettre au dessus de la mêlée.
Sinon, comment expliquerait-on, plus tard, aux musulmans légitiment en rogne de se voir vider de l’espace public pour une occupation circonstancielle d’à peine une demi-heure, que bien de cultes qui se pratiquent aussi à des occasions sur l’espace public aient grâce aux yeux du préfet et du gouvernement ? Dans tous les cas, ce ne sont pas les catholiques habitués à défiler sur les voies publiques lors des fêtes du christ-roi, même s’ils en ont l’autorisation, ou les célestes abonnés à la plage qui applaudiront la fameuse décision préfectorale.
Taboula à tort. Talon en premier et les autres confessions religieuses en second doivent le lui faire comprendre. La religion est l’opium du peuple et à s’amuser à interdire, d’une manière ou d’une autre, l’expression des religions, c’est toucher à une corde sensible de la paix au Bénin. D’ailleurs, pendant plusieurs décennies, aucun gouvernement ou préfet n’a trouvé que l’occupation circonstancielle de la voie publique le vendredi pour le culte musulman était mauvaise. De façon tacite, ce droit a été donc acquis. Alors, que Taboula ne donne pas l’impression que le régime en place en a après les disciples de Mahomet, ou que certaines religions sont privilégiées que d’autres. Et, c’est à Patrice Talon de dire, tout haut, à son préfet : « touches pas aux cultes et aux religions ». Un simple geste du premier magistrat suffira à rassurer les musulmans. En attendant, on croise les doigts et plein d’optimisme, on attend que la fumée blanche sorte de la Marina. Inh’Allah !

27-01-2017, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En faillite ! Le débat sur le projet de loi portant révision de la Constitution du 11 décembre 1990 l’est. A peine lancé, est-il déjà frappé par le (...) Lire  

Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal : Nécessité d’une Dtn
22-03-2017, Ambroise ZINSOU
Editorial : Les députés face à l’histoire
20-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dans le vif du sujet !
20-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’Etape Hémicycle !
16-03-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2010

Session extraordinaire pour la révision de la Constitution : Ce (...)
22-03-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le suspense reste entier quant à l’issue que peut connaître la demande formulée par le chef de l’Etat de voir étudier (...)  

Non reconnaissance du Comité consensuel transitoire : Anjorin (...)
22-03-2017, Ambroise ZINSOU
A travers une conférence de presse qu’il a donnée lundi dernier au siège de la Fédération béninoise de football à (...)  

Opération de libération des espaces publics : Toboula, fermeté et (...)
21-03-2017, Gérard GANSOU
Signé du ministre du cadre de vie et du développement durable, le communiqué en date du 17 mars relatif aux exactions (...)  

Révision de la Constitution : Le ‘’Oui’’ mitigé de Gilbert (...)
21-03-2017, La rédaction
Les langues se délient progressivement au sujet du projet de révision de la Constitution du 11 décembre 1990, (...)