Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


« J’ai l’impression que les Béninois demandent à Talon de réparer en 6 mois ce que Yayi a fait en 10 ans », dixit Jacques Migan

Maitre Jacques Migan était hier l’invité de l’émission Le grand rendez-vous de Soleil Fm. L’avocat s’est prononcé sur l’actualité politique nationale ainsi que sur les attentes de son mouvement, le Front des républicains pour le développement de la ville de Porto-Novo, en ce qui concerne la modernisation de la capitale du Bénin.

Les Béninois semblent être pressés. Ils semblent, en six mois, en demander un peu trop au Président de la République. C’est le sentiment de Maitre Jacques Migan qui intervenait hier sur l’émission Le grand rendez-vous de Soleil Fm : « J’ai l’impression que les Béninois demandent à Talon de réparer en 6 mois ce que Yayi a fait en 10 ans ». Et pourtant, fait-il remarquer, nous sommes bien conscients de l’état dans lequel le gouvernement précédent a laissé le pays. « Nous avons toujours au Bénin des politiciens qui ont tout le temps pensé à eux et non au développement du pays ». A en croire Me Migan, soutien de Sébastien Ajavon à la dernière présidentielle, Patrice Talon ne fait pas partie de cette catégorie d’hommes politiques. Selon lui, Talon comme Ajavon est un opérateur économique qui connait la valeur de l’argent et comment le fructifier. Il a affirmé que Patrice Talon est un homme de méthode ; une méthode basée sur « l’écoute, le dialogue et l’action ». Jacques Migan pense que nous avons un Président qui a fait le choix de « la discrétion dans l’efficacité » et ses actions pour assainir les finances publiques, promouvoir les compétences, lutter contre le délestage et les concours frauduleux, sont révélatrices de la qualité de l’homme. L’invité demande au peuple béninois d’être « patient ».

Les décisions du gouvernement à la loupe
Me Migan a apprécié plusieurs décisions et mesures du gouvernement. En ce qui concerne la décision d’interdiction d’activités aux associations faîtières estudiantines jugée « liberticide » par certains, sa position est sans équivoque : « Je serais à la place du Président de la République ou de ses ministres que je ferais pareil ». Il estime que le gouvernement a juste pris des mesures « conservatoires », d’autant que l’Université d’Abomey-Calavi, haut lieu de savoir, était devenue « un champ de bataille ». Il a bonne foi que les réformes prônées par le Président de la République vont aboutir et est persuadé de la détermination du Chef de l’Etat à régler les problèmes liés au foncier et à la corruption. Même si des gens proches du Chef de l’Etat s’étaient rendu coupables d’actes délictueux, Me Migan assure que Talon ne leur « fera pas de cadeau ». Il est convaincu qu’il faut en finir avec les hommes politiques qui profitent de la misère du peuple. « C’est aussi cela la Rupture », a-t-il martelé. Comme nombre de Béninois, l’invité attend aussi « la publication des résultats des audits ».
Jacques Migan recommande aux syndicalistes devenus critiques vis-à-vis du gouvernement ces derniers jours de retourner voir le Président de la République qu’ils ont couvert d’éloges après la rencontre qu’ils ont eue avec lui. Il a rappelé que les responsables syndicaux avaient affirmé, au sortir de cette rencontre avec le Président de la République, que ce dernier les a rassurés que sa porte leur est « toujours ouverte ».

Porto-Novo, toujours en quête de ses attributs de capitale
L’un des objectifs cardinaux du Front des républicains que préside Me Jacques Migan, c’est d’œuvrer pour le développement de la ville de Porto-Novo et permettre à la capitale de recouvrer ses attributs de ville-capitale. « Porto-Novo est dans un état de délabrement avancé… Depuis que je suis né en 1950, Porto-Novo est resté comme telle… », s’est-il désolé. Et pour atteindre les objectifs fixés à la naissance du front, Me Migan et ses compagnons ont trouvé du répondant en la personne du Président de la République. Il croit au Président de la République qui leur a dit vendredi dernier qu’il « veut moderniser la capitale à travers des infrastructures de grande envergure ». Il se réjouit de cette vision du chef de l’Etat et croit en sa détermination. Il a aussi manifesté sa satisfaction de voir le ministère de la justice transféré dans la capitale. Me Migan demande aux Béninois de ne pas rester attentistes et de contribuer chacun à son niveau au développement du Bénin.
Fawaz AYAH (Stg)

24-10-2016, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Le style Zinzindohoué !
27-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Ça y est ! Les bons apôtres pour une révision de qualité sortent des bois. En dehors des Béninois qui se sont fait leur religion sans, au préalable, (...) Lire  

Editorial : Le calme après la tempête
27-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Plaidoyer pour les journées de (...)
23-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fausse route pour l’Unamab !
23-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Propos de quelques députés après le rejet
27-03-2017, Karim O. ANONRIN


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2040

Révision de la Constitution béninoise : Les analyses de Abraham (...)
27-03-2017, La rédaction
L’émission ‘’le Grand rendez-vous’’ de soleil Fm a reçu hier, l’ancien ministre de la justice Abraham Zinzindohoué et Me (...)  

Débat sur la révision de la Constitution : Les Fcbe, le Pcb et le (...)
27-03-2017, Naguib ALAGBE
Deuxième sur la liste des personnalités prévues pour être consultées au sujet du projet de révision de la Constitution, (...)  

Projet de révision de la Constitution : Joseph Djogbénou explique (...)
27-03-2017, Karim O. ANONRIN
Le Garde des sceaux, Ministre de la justice, de la législation et des droits de l’homme, Joseph Djogbénou, a rencontré (...)  

Révision de la Constitution en procédure d’urgence : Les raisons du (...)
27-03-2017, Karim O. ANONRIN
Le pouvoir législatif vient de donner un signal de son indépendance vis-à-vis du pouvoir Exécutif en rejetant la (...)