Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Jacques A. Migan sur le rejet du projet de révision de la Constitution : « Ce rejet n’exprime pas une hostilité absolue à toutes réformes constitutionnelles »

Le projet de révision de la Constitution présenté par le Gouvernement vient d’être rejeté à la phase de la recevabilité.

JPEG - 232.4 ko

Faut-il s’en réjouir ? Faut-il désespérer ?
Une approche nuancée est nécessaire pour mieux comprendre les causes de ce rejet.
Rien n’est compromis de manière irrémédiable. N’oublions pas que le Chef de l’Etat a fait des réformes politiques et institutionnelles un axe majeur de son quinquennat.
Ce rejet n’exprime pas une hostilité absolue à toutes réformes constitutionnelles.
D’ailleurs, le fait qu’il y ait eu 60 députés qui ont voté pour la recevabilité du projet montre à suffire l’opportunité de la révision. Le vote de cette majorité démontre qu’une grande partie de la classe politique est contre l’immobilisme.
Le rejet du projet révèle plutôt une nouvelle forme d’expression de revendications politiques en faisant procéder à une relecture du projet de réformes par une commission afin d’amender certains points.
Il peut également se justifier par un travail d’explication du projet de réformes insuffisant. Il me semble nécessaire d’expliquer clairement le pourquoi, le comment et les avantages que la démocratie béninoise pourrait en tirer aussi bien auprès de nos élus que de nos compatriotes.
Ce projet de réforme constitutionnel doit être avant tout un débat à caractère technique et non l’occasion d’exprimer une opposition à la politique menée par le Chef de l’Etat.
Enfin, le Chef de l’Etat a, cependant, toujours la possibilité de réintroduire le projet après avoir pris en compte les propositions pertinentes et constructives pour que cette réforme institutionnelle soit une réussite.
La démocratie béninoise en ressortirait grandie et renforcée.
Jacques A. MIGAN
Ancien Bâtonnier

7-04-2017, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Sauver Cotonou du drame d’Abidjan
22-06-2018, Isac A. YAÏ
La ville est plongée dans le deuil. Abidjan, la belle, pleure ses morts. Cette cité cosmopolite a troqué son charme contre les affres des pluies (...) Lire  

En vérité : A l’heure des réformes électorales
20-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les nouveaux chantiers de la (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2700

Réformes du Code électoral et du système partisan : Une modification (...)
22-06-2018, Isac A. YAÏ
Des dispositions à amender et des critères à intégrer, mais qui nécessitent pour la plupart, un toilettage de la (...)  

1ère audience publique à la Cour constitutionnelle : 12 dossiers (...)
22-06-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Les audiences publiques prévues dans la nouvelle mouture du règlement intérieur de la Haute juridiction ont démarré ce (...)  

Djogbénou recadre Holo, le Cos-Lépi ne jouera pas les (...)
22-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
Déjà à l’installation de l’actuel Cos-Lépi ? alors même que rien ne lui permettait de le dire, le président Holo avait (...)  

Décision DCC 18-124 : La Courmet fin au mandat du Cos-Lépi
22-06-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Le mandat du Cos-Lépi installé le 08 mai 2018 au titre de l’année 2017 prend impérativement fin le 30 juin 2018. Telle (...)