Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


La HAAC, le canon braqué contre la presse libre

JPEG - 219.5 ko

Je ne suis pas de ceux qui, habituellement proposent de supprimer les institutions qui posent problème dans leur existence et essence mêmes. Pourtant, je suis obligé de constater que parmi les maux qui minent notre démocratie, il y a bien un problème HAAC. Ce matin du jeudi 24 mai 2018, la chambre administrative de la Cour suprême a évoqué et mis en délibéré l’affaire Le béninois Libéré (MM. TAKOU et TCHIAKPE) contre la HAAC. Les représentants de la HAAC avaient du mal à préciser le texte qui donne compétence à l’institution de prendre des sanctions aussi graves que l’interdiction d’exercer à vie. En toute logique, les sanctions seront sanctionnées…
Il me semble que la HAAC n’a pas une idée juste et claire de sa mission de régulation qui l’a transformée en canon braqué contre la presse, surtout la presse qui ne chante pas les louanges du pouvoir. On pouvait penser que cette institution était en mission pour le Président YAYI Boni comme on peut penser aujourd’hui qu’elle l’est pour le pouvoir TALON. Je pense qu’il faut aller au-délà de l’indignation quoique légitime mais circonstancielle pour constater que la HAAC pose un problème existentiel et structurel pour notre démocratie chèrement acquise. Ce qui doit nous amener à poser clairement et sérieusement la question de la suppression, surtout après la décision unilatérale du Président de la HAAC se suspendre La Nouvelle Tribune. La HAAC supprimée, les auteurs d’infractions de presse répondront directement devant les juridictions compétentes. Le mal-HAAC, le malaise HAAC, la HAAC-Hache seront ainsi composés au passé.
En écoutant le Président de la HAAC, j’ai eu la nette impression qu’il a agi en attendant ou en espérant que la plénière de la HAAC lève la sanction infligée à La Nouvelle Tribune, l’un des rarissimes espaces de liberté non contrôlés par le pouvoir. La Nouvelle Tribune et son promoteur ont le courage et la dignité de refuser de chanter les louanges du pouvoir. Tous les Béninois ne peuvent pas aller à la rivière. La démocratie est un régime de libertés.
Socialement, politiquement, juridiquement et judiciairement, la décision de suspension de La Nouvelle Tribune sera combattue.

Courage à Vincent FOLY.
Longue vie à La Nouvelle Tribune.

Ibrahim David SALAMI
Agrégé des facultés de droit
Professeur Titulaire des universités

25-05-2018, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : Place au concret !
20-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
Buffles-Aspac. L’affiche est belle. Le spectacle, j’en doute. Mais, le samedi 29 septembre prochain au stade municipal de Parakou, elle marquera le (...) Lire  

En vérité : L’arnaque à plein nez
20-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’école s’éveille !
17-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’appel de Gabriel Ajavon
17-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Inconcevable pénurie de timbres (...)
6-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ils l’ont fait !
4-09-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2850

Recomposition de l’échiquier politique national : Nazaire Sado et (...)
20-09-2018, Karim O. ANONRIN
Le parti Mobilisation pour le Développement et l’Avenir (Mda) du député Nazaire Sado, élu dans la 23ème circonscription (...)  

Conseil des ministres/Projet de loi de finances : Le budget 2019 (...)
20-09-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Le projet de loi de finances, gestion 2019 s’établit en ressources et en charges à 1877, 543 milliards de francs Cfa (...)  

Examen du projet de budget de l’Assemblée nationale : Les députés (...)
20-09-2018, Karim O. ANONRIN
Les députés se réuniront probablement ce jour en séance plénière au Palais des gouverneurs à Porto-Novo si la Commission (...)  

Invité sur l’émission Cartes sur table : Gabriel Ajavon appelle à la (...)
17-09-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Tolérance zéro à la corruption. C’est en quelque sorte le cri de cœur de Gabriel Laurex Ajavon, Vice-Président du parti (...)