Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Lutte contre l’insécurité dès le 1er janvier 2017 : La nouvelle carte sécuritaire

JPEG - 264.6 ko

La sécurité au cœur de la rupture ! Le chef de l’Etat et son équipe mûrissent davantage les réflexions pour doter le Bénin d’une carte sécuritaire performante, capable d’apporter une réponse pérenne aux assauts des divorcés sociaux. La nouvelle décision qui sera mise en œuvre dès le 1er janvier 2017 est relative à l’application effective du décret 2000 portant délimitation des zones de compétences de la police et de la gendarmerie. La rupture a dépoussiéré ce texte de loi longtemps resté dans les tiroirs, pour en sortir une nouvelle carte sécuritaire. Conformément à ce décret, les gendarmes ne seront plus autorisés à officier dans les villes à statut particulier et les chefs-lieux de départements à partir du 1er janvier 2017. Toutefois, quelques unités spécialisées de gendarmerie seront acceptées pour assurer d’éventuels soit transmis du procureur de la République ou de la police judiciaire. Mais la surveillance des carrefours et autres interventions pour le maintien de l’ordre seront exclusivement de la compétence de la police nationale dans ces villes à statut particulier et dans les chefs-lieux de départements. Et tous les commissariats centraux ou d’arrondissements installés en violation des dispositions du décret 2000 seront fermés.
En effet, les gendarmes seront désormais les seuls maîtres du terrain dans les communes ordinaires ou n’abritant pas un chef-lieu de département. Ainsi, Ouidah, Abomey-Calavi, Bohicon, Savalou et autres, sont placées sous le contrôle des gendarmes et disposeront uniquement d’un commissariat de police. Les commissariats centraux et d’arrondissements installés sur ces territoires seront fermés. Le gouvernement entend aussi fermer une soixantaine de postes de police avancés à l’instar de celui de Tchaourou. Et la sécurisation des institutions financières est retirée aux policiers et remise aux mains des militaires. C’est donc clair que la question sécuritaire est inscrite au titre des priorités par le gouvernement de la rupture. En plus du renforcement des équipements des forces de sécurité, de leur dotation financière, Patrice Talon et son équipe pensent à une nouvelle stratégie pour quadriller le pays en matière sécuritaire.

26-12-2016, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Dans la tourmente de l’Unesco !
19-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Décidément. Plus on fouille dans l’écurie d’Augias de la gestion des fonds d’aide au développement, mieux on découvre. A tort, on pensait l’avoir (...) Lire  

Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ (...)
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’alternance syndicale
18-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : A la merci des domestiques
15-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La Pendajri a sa Brigade spéciale (...)
14-09-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2340

Gouvernement du Nouveau départ : Talon limoge le ministre Hervé (...)
19-09-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Une nouvelle inattendue et peu honorable pour une personnalité qui aura marqué l’opinion publique par son zèle. Et ce (...)  

Gestion des Forêts Communales Phase II : Les députés autorisent la (...)
15-09-2017, Karim O. ANONRIN
Les députés ont adopté hier, la loi portant autorisation de ratification de l’accord de prêt signé à Cotonou, le 10 (...)  

Vote de la loi portant prévention et prise en charge des hépatites (...)
15-09-2017, Karim O. ANONRIN
Les députés à l’Assemblée nationale, 7ème législature viennent de doter le Bénin d’un arsenal juridique qui va soulager les (...)  

Les députés adoptent une loi pour réduire la demande et l’offre des (...)
15-09-2017, Karim O. ANONRIN
Les choses devront se passer autrement au Bénin aussi bien pour les fumeurs, les commerçants du tabac que pour les (...)