Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Lutte contre l’insécurité dès le 1er janvier 2017 : La nouvelle carte sécuritaire

JPEG - 264.6 ko

La sécurité au cœur de la rupture ! Le chef de l’Etat et son équipe mûrissent davantage les réflexions pour doter le Bénin d’une carte sécuritaire performante, capable d’apporter une réponse pérenne aux assauts des divorcés sociaux. La nouvelle décision qui sera mise en œuvre dès le 1er janvier 2017 est relative à l’application effective du décret 2000 portant délimitation des zones de compétences de la police et de la gendarmerie. La rupture a dépoussiéré ce texte de loi longtemps resté dans les tiroirs, pour en sortir une nouvelle carte sécuritaire. Conformément à ce décret, les gendarmes ne seront plus autorisés à officier dans les villes à statut particulier et les chefs-lieux de départements à partir du 1er janvier 2017. Toutefois, quelques unités spécialisées de gendarmerie seront acceptées pour assurer d’éventuels soit transmis du procureur de la République ou de la police judiciaire. Mais la surveillance des carrefours et autres interventions pour le maintien de l’ordre seront exclusivement de la compétence de la police nationale dans ces villes à statut particulier et dans les chefs-lieux de départements. Et tous les commissariats centraux ou d’arrondissements installés en violation des dispositions du décret 2000 seront fermés.
En effet, les gendarmes seront désormais les seuls maîtres du terrain dans les communes ordinaires ou n’abritant pas un chef-lieu de département. Ainsi, Ouidah, Abomey-Calavi, Bohicon, Savalou et autres, sont placées sous le contrôle des gendarmes et disposeront uniquement d’un commissariat de police. Les commissariats centraux et d’arrondissements installés sur ces territoires seront fermés. Le gouvernement entend aussi fermer une soixantaine de postes de police avancés à l’instar de celui de Tchaourou. Et la sécurisation des institutions financières est retirée aux policiers et remise aux mains des militaires. C’est donc clair que la question sécuritaire est inscrite au titre des priorités par le gouvernement de la rupture. En plus du renforcement des équipements des forces de sécurité, de leur dotation financière, Patrice Talon et son équipe pensent à une nouvelle stratégie pour quadriller le pays en matière sécuritaire.

26-12-2016, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2550

Mise sur écoute des Béninois : La Cour donne carte blanche
22-02-2018, La rédaction
La loi n°2017-44 portant recueil du renseignement en République du Bénin, votée par l’Assemblée nationale le 29 décembre (...)  

Malversation financière au Cncb : Antoine Dayori et le Pca en (...)
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Décidément ! Sous la rupture, la lutte contre la corruption n’épargne presque personne. Grand artisan de l’avènement du (...)  

Saturation de l’actuel cimetière municipal de Parakou : Charles (...)
21-02-2018, La rédaction
L’actuel cimetière municipal de Parakou n’est plus en mesure d’abriter de nouveaux corps. Tels sont les propos du maire (...)  

Conséquences des grèves perlées dans l’administration publique : (...)
20-02-2018, La rédaction
Journée décisive pour les grévistes. Ils attendent de constater sur leurs fiches de paie, la mise à exécution ou non de (...)